A la uneCamargueFaits DiversSociétéVidéo

FAIT DU SOIR Marche blanche pour Bouchra : l’hommage après la sidération

Environ 400 personnes ont défilé dans le quartier du Bosquet. (Photo Boris Boutet)
Le meurtre de Bouchra a choqué de nombreux vauverdois. (Photo Boris Boutet)

Le 24 juillet, Bouchra, 43 ans et mère de trois enfants, était assassinée par son mari de six coups de couteau en pleine avenue de la Costière. Pour lui rendre hommage, une marche blanche était organisée ce dimanche dans son quartier du Bosquet, à Vauvert. Environ 400 personnes ont participé à ce cortège silencieux. 

L’heure était à l’émotion ce dimanche à Vauvert. En fin d’après midi, plusieurs de centaines d’habitants se sont déplacés pour rendre un dernier hommage à Bouchra, tuée par son mari quelques jours plus tôt. Un événement « imprévisible« , comme l’a souligné le maire, Jean Denat. « C’est une famille qui ne s’était jamais fait connaître par quelque difficulté que ce soit. Bouchra était quelqu’un qui s’occupait de son mari, élevait ses enfants et avait une vie sociale tout à fait intéressante pour la ville. »

La marche blanche était organisée par l’association « Quartiers en mouvement » et a démarré au jardin Molines, dans le quartier du Bosquet dont Bouchra était originaire. Dans le silence, le cortège s’est dirigé vers l’avenue de la Costière et a marqué un arrêt là où, deux ans plus tôt, l’entraîneur du FC Vauvert Rédouane Abbaoui avait été assassiné par l’un de ses joueurs. La foule est ensuite passée devant l’appartement de la victime avant de s’arrêter sur un banc situé devant l’école Pompidou, là où le crime a été commis, pour l’heure des discours.

« Bouchra n’ayant pas de famille, ce sont ses voisins qui sont devenus ses proches, a expliqué Fatima qui habitait sur le même palier qu’elle. J’ai vu grandir ses enfants. On pouvait échanger pendant des heures en parlant de tout et de rien et on finissait toujours par des éclats de rire. Ses derniers mots ont été : prenez soin de mes enfants. Je suis très fier d’avoir été son amie. » 

102 roses déposées sur le lieu du crime. (Photo Boris Boutet)

Mais les organisateurs voulaient aller au-delà du simple hommage à Bouchra. « Nous sommes aussi là pour dénoncer les violences faites aux femmes, a insisté Hanane, membre de l’association locale « Quartiers en mouvement ». Bouchra a été la 60e femme tuée par son mari depuis le début de l’année. Il est possible de briser la glace : le silence ne fait qu’entretenir le danger. En ne parlant pas, on devient complice de ces agissements. » 

Après les discours, 102 roses ont été déposées sur le banc où Bouchra a été tuée. Un chiffre symbolique puisqu’il correspond au nombre de femmes mortes sous les coups de leur mari en 2020. À Vauvert, tous prient pour que 2021 ne batte pas ce triste record.

Boris Boutet

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité