A la uneActualitésSanté

NÎMES Covid-19 : « des chiffres en baisse mais encore très hauts » dans le Gard

Le centre de vaccination éphémère revient au Carrefour Nîmes Étoile (Photo d'illustration : Corentin Corger)
Un centre temporaire géré par les sapeurs-pompiers du Gard (Photo Corentin Corger)

Afin d'améliorer le taux de vaccination dans les quartiers populaires, un centre de vaccination temporaire sans rendez-vous est installé vendredi et samedi au sein du centre commercial Carrefour Nîmes Étoile au pied des quartiers Valdegour et Pissevin. Si le taux d'incidence diminue, les chiffres concernant la Covid-19 restent élevés dans le département. 

Les sapeurs-pompiers gardois avaient déjà été sollicités pour l'ouverture d'un centre de vaccination temporaire du côté de Beaucaire, Roquemaure ou encore Saint-Jean-du-Gard. Cette fois-ci huit pompiers accompagnés d'un chef de poste, d'un médecin et de trois infirmiers gèrent pendant deux jours un centre éphémère situé au sein du centre commercial Carrefour Nîmes Étoile ouvert ce vendredi ainsi que demain de 9h à 19h. "C'est inhabituel mais on a ciblé ce lieu car il est proche d'un quartier populaire. On s'aperçoit que les populations les plus précaires sont moins vaccinées, il y a beaucoup d'hésitation. Donc on amène la vaccination au plus près de chez eux", détaille Claude Rols, délégué départemental de l'ARS (Agence Régional de Santé) associé au SDIS (Service Départemental d’Incendie et de Secours) et à la préfecture du Gard sur cette opération.

Ce centre commercial est situé au pied des quartiers Pissevin et Valdegour qui représentent un bassin de population d'environ 16 000 personnes. Sur certains territoires, comme celui-ci, l'ARS a constaté un retard de 10 à 15 % par rapport à la moyenne du taux de vaccination dans le Gard. Au 22 août, ce dernier s'élève à 60% pour une vaccination complète, c'est environ 3% de moins qu'au niveau national et plus de 70% pour une première injection. Les autorités souhaitent ainsi renforcer l'accès à la vaccination en cette période de rentrée. Ce centre est ouvert sans rendez-vous pour toutes les personnes de plus de 12 ans. Il suffit de se présenter avec une pièce d’identité et sa carte vitale. Pour les personnes de moins de 16 ans, une autorisation parentale est nécessaire. Ce centre est disponible pour recevoir une première dose, une deuxième et même une troisième avec le vaccin Moderna.

Covid-19 : 130 hospitalisations dans le Gard

Concernant l'évolution de la pandémie dans le Gard, "les chiffres sont en baisse mais restent encore très hauts avec un taux d'incidence (le nombre de nouvelles contaminations rapporté à 100 000 habitants) de 308. L'année dernière à la même période nous étions à 50. Il faut être prudent quant à un éventuel rebond", explique Claude Rols. Ce dernier martèle que la vaccination est le meilleur moyen de se protéger. "Ce n'est pas catastrophique mais la vaccination est importante pour continuer à protéger les plus jeunes. On assiste à un rajeunissement des cas les plus graves. Et le vaccin protège aussi contre l'apparition des nouveaux variants, c'est le meilleur moyen pour stopper la circulation." Actuellement plus de 130 personnes sont hospitalisées à cause du Covid-19, principalement pour le variant Delta, dans les établissements gardois. En réanimation, la situation se stabilise avec une trentaine de patients dont 13 en soins intensifs.

Dans les hôpitaux, le niveau quatre reste tout de même en vigueur, cela signifie que des interventions moins urgentes sont déprogrammées. Si la vaccination progresse à la même vitesse qu'au niveau national, les autorités sanitaires espèrent que ce petit retard de 3% ne va pas davantage se creuser. "Historiquement, on aperçoit un public réfractaire dans le Gard au sujet de la vaccination et pas que concernant la covid-19", justifie Claude Rols. Cette opération de centre provisoire va être renouvelée dans d'autres territoires gardois avec toujours la présence des sapeurs-pompiers. "Ce n'est pas notre mission prioritaire mais chaque fois qu'il y a un besoin pour la population nous sommes là", confie le colonel Jean-Michel Langlais, directeur du SDIS du Gard.

Corentin Corger

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité