A la uneNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Les Crocos se cassent les dents sur les noix de Grenoble

Ponceau a été le Nîmois le plus en vue au millieu de terrain ce soir face à Grenoble (Photo archives Anthony Maurin).
Delpech a marqué son premier but en pro ce soir face à Grenoble (Photo Anthony Maurin).

Les Nîmois ne sont plus invaincus : au terme d’un match au scénario bizarre, avec un but très tôt pour les rouge et blanc et un coup du sort en toute fin de match pour les Grenoblois, les hommes de Pascal Plancque ont perdu leur premier match de la saison au stade des Alpes ce soir. 

Depuis le début de cette saison, le Nîmes Olympique ressemble à un animal à sang-froid : souvent dominé, pas brillant dans le jeu mais capable de faire mouche à tout moment. Ce soir, face à Grenoble, équipe malade à l’attaque aussi inefficace que la défense de Nîmes est impériale depuis le début de la saison (2 buts marqués en 6 matchs pour l’une, 2 buts encaissés en 6 matchs pour l’autre), les Crocos ont démarré fort. 

Très fort : on joue depuis 43 secondes à peine lorsque le jeune Delpech, 19 ans, même pas son nom sur son maillot, reprend du gauche un bon centre de Burner à ras de terre pour tromper Maubleu et inscrire son premier but en pro. Marquer d’entrée de jeu n’est pas forcément une si bonne nouvelle, surtout à l’extérieur, même lorsqu’on est la meilleure défense de Ligue 2. Ainsi, les Grenoblois se mettent à monopoliser la balle, jouent haut, centrent beaucoup et se montrent parfois dangereux mais inefficaces sur les nombreux coups de pieds arrêtés qu’ils obtiennent, enfilant les corners comme des perles (9 sur la première période !). 

Pas toujours justes au milieu de terrain, à l’image d’un Benrahou pas dans son match et d’un Valerio globalement intéressant, mais capable de belles ouvertures comme de passes-suicides, les hommes de Pascal Planque semblent subir les absences conjuguées de Cubas et Fomba, blessés et très bons depuis le début de saison. Dominés, les Nîmois le sont, une nouvelle fois, mais restent toutefois nettement plus dangereux que les Isérois : Burner ne peut reprendre devant le but vide après un bon travail d’Aribi, auteur sans doute de ses meilleures 45 minutes sous le maillot rouge et blanc (11e), Benrahou écrase sa frappe après un raid plein de réussite et une bonne remise d’Aribi, encore (28e), Aribi qui se mettra encore en évidence en fin de première période. 

Globalement, la physionomie de cette première période ne surprendra pas les suiveurs du NO, parmi lesquels la bonne centaine de supporters nîmois ayant fait le déplacement en Isère : les Nîmois sont efficaces mais pas impériaux. 

La boulette de Bråtveit

Pas impériaux du tout : les Grenoblois reviennent fort, et prennent le dessus sur les Crocos. La première partie de la seconde période est iséroise, et la domination des locaux se verra récompensée de l’égalisation, signée Diallo, qui reprend d’une tête surpuissante un énième bon centre de Néry (54e). Tout est à refaire pour les nîmois qui prennent un coup sur la tête. Leur jeu s’en ressent : déjà pas brillant depuis le début de la seconde période, il devient inexistant avec un milieu débordé duquel seul Ponceau tire quelque peu son épingle du jeu. 

Il faut attendre la 70e pour voir une occasion pour les Crocos sur le premier ballon de l’entrant Doucouré qui touche le poteau sur un centre d’Eliasson. Pas verni, l’attaquant, après son poteau contre Caen. Deux minutes plus tard, Eliasson se met en évidence dans la surface adverse, mais ni lui ni Sainte-Luce ne parviennent à frapper. 

Les débats s’équilibrent, et on sent que le match peut basculer du bon côté : Eliasson n’en est pas loin lorsque, sur une remise dans la surface iséroise, une main est réclamée par les Nîmois (90e). Il n’en sera rien. Les Crocos ont laissé passer leur chance, et sont sanctionnés par un coup du sort dans les derniers instants du match. On joue la 94e lorsque Henen enroule une frappe mollassone à 25 mètres. Bråtveit, très bon depuis le début de la saison, se troue complètement et se met le but tout seul. 

Eliasson tirera juste à côté dans les arrêts de jeu, mais rien n’y fera : cette fois, ce n’est pas passé. Nîmes n’est plus invaincu et réalise une mauvaise opération au classement, en se retrouvant sixième ce soir. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

7e journée de Ligue 2. Stade des Alpes. Spectateurs : 5 200 environ. Grenoble Foot 38 – Nîmes Olympique : 2-1. (mi-temps : 0-1). Arbitre : M. Dechepy. Buts pour Grenoble : Diallo (54e), Henen (94e). But pour Nîmes : Delpech (1e). Avertissements à Grenoble : Monfray (48e), Néry (64e), Belmonte (65e), Henen (94e). Avertissements à Nîmes : Burner (61e), Aribi (65e), Martinez (74e), Koné (86e).

Grenoble : Maubleu – Néry, Monfray, Nestor (Sylvestre-Brac, 81e), Gersbach – Perez (De Iriondo, 81e), Belmonte (Bambock, 81e), Michel (Gaspar, 65e), Diallo – Correa (Henen, 59e), Ravet. Remplaçants non utilisés : Salles, Bunjaku. Entraîneur : Maurizio Jacobacci. 

Nîmes : Bråtveit – Burner, Martinez (cap.), Guessoum, Sainte-Luce – Valerio, Benrahou (Koné, 84e), Ponceau, Eliasson, Delpech – Aribi, (Doucouré, 68e). Remplaçants non utilisés : Dias, Ueda, Paquiez, Zaidan, Philibert. Entraîneur : Pascal Plancque. 

Thierry Allard

34 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité