A la uneNîmes OlympiqueSports Gard

NÎMES OLYMPIQUE Une réponse sincère attendue face aux Normands

Porté par ses cadres, Nîmes Olympique doit réagir (Photo Anthony Maurin)

Avec quatre matches consécutifs sans victoire et une deuxième défaite cette saison encaissée mardi au Paris FC (2-0), Nîmes Olympique (8e, 13 pts) vit une période difficile après une entame prometteuse. Après avoir pointé un excès de confiance dans la capitale, Pascal Plancque attend une vraie réponse sur le terrain de la part de ses joueurs ce soir (à 21h) face à Le Havre (7e, 14 pts) pour la 10e journée de Ligue 2.

La prestation proposée en deuxième période au Paris FC a laissé des traces et hier en conférence de presse l'entraîneur Pascal Plancque n'avait toujours pas digéré la défaite (2-0) de ses hommes. Et il y a de quoi être inquiet. Après la défaite dans les derniers instants à Grenoble (2-1), la remontada amiénoise aux Costières (3-3) et donc ce revers dans la capitale, ça commence à faire beaucoup et il ne faudrait pas que la série des mauvaises performances se poursuive. Nîmes reste sur une seule victoire sur les cinq dernières journées, à Dunkerque (2-0), dont trois matches nuls consécutifs à domicile. Le plus préoccupant c'est la solidité défensive aperçue en début de saison qui a explosé sur les derniers matches : quatre buts encaissés sur les sept premières journées, cinq sur les deux dernières.

Alors oui Nîmes n'a pas pris de but en première période mais les chiffres montrent qu'au retour des vestiaires, un relâchement se fait sentir. Et puis si face à Amiens, il y avait au moins le réalisme offensif à retenir, contre Paris l'attaque n'a pas apporté satisfaction. Pourtant les Gardois ont eu des occasions franches en première période mais les revenants Ferhat et Koné n'ont pas trouvé la faille. "En début de saison dans le jeu ce n’était pas flamboyant mais c’était efficace. Les moindres occasions que l’on avait, on plantait des buts. Par contre, derrière on était intraitable. Il faut que l’on retrouve cette unité-là qui passe par avant tout bien défendre", commente le capitaine Pablo Martinez, de retour ce soir après avoir purgé son match de suspension en milieu de semaine.

"La compétition c'est d'abord du mental et du physique"

"Unité" pour le capitaine et "union sacrée" pour Pascal Plancque quand il s'est exprimé après la défaite de Paris. Des mots forts surtout pour parler du "manque d'humilité et de modestie" de ses joueurs sur le deuxième acte. "On a oublié ce qui a fait notre force en début de saison. On ne savait pas trop où on allait, on se posait beaucoup de questions. À Bastia, on n'était même pas 18 sur la feuille de match mais il y avait un état d’esprit, une solidarité qui s’est répétée après sur les matches suivants. Petit à petit avec les bons résultats, ça s’est un peu désagrégé. En jouant à la baballe, on pensait être sur la voie de la vérité, alors que ce n'est pas du tout ça", remet en place Pascal Plancque.

Benrahou, Ferhat et Koné ont multiplié les gestes techniques et les passes dans un petit espace mais sans que cela apporte un véritable intérêt au jeu offensif des Crocos. L'Algérien et le Sénégalais souhaitaient partir et sont finalement restés. Ils ne sont pas encore prêts physiquement mais le sont-ils mentalement ? "Le temps de digestion n'est pas totalement fait. Malgré toutes les qualités techniques que tu peux avoir, la compétition c'est d'abord du mental et du physique", répond et résume l'entraîneur nîmois.

Le capitaine Martinez est de retour en défense centrale (Photo Anthony Maurin)

Si ces trois hommes devraient à nouveau être titulaire, il est forcément attendu qu'ils soient plus efficaces et besogneux. Car sur le papier, l'équipe a de quoi faire saliver et se positionner haut dans cette Ligue 2. "Avec l’équipe que l’on a, on ne peut pas se permettre de se cacher. On ne peut pas, ne pas jouer les premiers rôles", assure clairement Pablo Martinez, plus ambitieux que son président qui a répété l'objectif d'obtenir un maintien serein.

Une réponse sincère est souhaitée face aux Normands mais elle ne s'annonce pas évidente. Les hommes de Paul Le Guen sont invaincus depuis six rencontres avec un bilan de quatre nuls pour deux victoires. La dernière mardi face à Quevilly-Rouen (1-0) a permis à Le Havre de doubler au classement les Gardois. Contrairement à son adversaire, la défense de la formation de Seine-Maritime n'a encaissé que cinq buts cette saison dont un seul à l'extérieur. Au classement particulier, elle affiche le co-deuxième meilleur ratio avec Auxerre juste derrière Ajaccio (4 buts encaissés).

Cubas sur le banc, Doucouré en réserve

Pour retrouver de la sérénité dans la défense après les grosses difficultés entrevues au stade Charléty après l'ouverture du score, le staff nîmois compte sur le retour du patron, Pablo Martinez. "Je ne pense pas que ma présence ait manqué. Ueda, Guessoum, ça doit tenir la baraque. Au niveau de la communication, on n'a pas été assez bon derrière, ils doivent réussir à prendre le relais", analyse le défenseur central qui va reprendre sa place sans doute aux côtés de Ueda même s'il a été sorti en fin de match.

On devrait retrouver le 4-2-3-1 rétabli dans la capitale avec l'indispensable Fomba au milieu certainement associé à Ponceau. L'enchaînement des matches, le troisième en six jours, pourrait aussi entraîner quelques changements pour faire tourner. Cubas est de retour mais il ne devrait pas débuter. En revanche, le jeune Léon Delpech (19 ans) est forfait à cause d'une contracture à la cuisse liée à une fatigue musculaire.

Décevant depuis plusieurs rencontres, Eliasson pourrait être relégué sur le banc de touche au coup d'envoi. Mais les solutions de remplacement ne sont pas si simples : Repasser en 4-1-4-1 en ajoutant un joueur au milieu, mettre Koné sur un côté ou passer en 4-4-2 avec Ferhat et Benrahou sur les côtés, ce qui ne semble pas au menu du jour pour stabiliser l'arrière-garde. Mettre Doucouré sur une aile aurait pu être une option mais le jeune international malien n'a pas été convoqué et jouera samedi avec la réserve face à Beaucaire en N3. Aribi revient dans le groupe et Omarsson pourrait profiter du fait que Koné n'est pas encore en jambes et qu'il n'a pas été décisif lors de sa première titularisation. Sidy Sarr n'a pas été retenu et Anthony Briançon poursuit sa rééducation. Peu importe les hommes sur le terrain, c'est un esprit d'équipe que le coach veut avant tout retrouver. Et le public également.

Corentin Corger

Le groupe retenu : Bratveit, Dias – Burner, Paquiez, Martinez, Ueda, Guessoum, Sainte-Luce – Cubas, Fomba, Valerio, Ponceau, Eliasson, Benrahou, Ferhat – Koné, Omarsson, Aribi.

Le onze probable : Bratveit – Burner, Ueda, Martinez, Sainte-Luce – Fomba, Ponceau – Eliasson, Benrahou, Ferhat – Koné.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité