A la uneActualitésGardNîmesSociété

FAIT DU SOIR L’heure bleue, la ville de Nîmes vue au crépuscule par Dominique Marck

(Photo Anthony Maurin).
Dominique Marck et son "Heure bleue" (Photo Anthony Maurin).

C'est un livre, une balade panachée de textes et de photographies, mais c'est avant tout un livre spécial. Les photos sont celles de Dominique Marck et les textes de Véronique Palomar-Camplan. En séance de dédicaces au restaurant le Chapon Fin, Dominique Marck parle de son dernier né.

Il s'était déjà promené sur les toits de Nîmes et en avait sorti un livre. Ensuite, pendant le confinement, il a voulu montrer sa ville endormie. Ces deux ouvrages étaient en noir et blanc car le photographe aime ces non couleurs. "Je voulais changer un peu après tous ces moments sombres ! Un peu de couleur ne fait pas de mal, mais je préfère quand même le noir et blanc..."

On connaît le bleu de Prusse, le bleu roi, le bleu azur, le bleu de la prunelle de mes yeux ou celui des tableaux de Leonard mais au juste, l'heure bleue, c'est quoi ? L'heure bleue est-elle celle de notre paire de jeans Denim ? Que nenni ! "C'est l'instant juste avant que le soleil ne se couche, la ville s'éclaire. On peut aussi le faire quand le soleil se lève mais là, toutes mes photos sont faites au crépuscule. Ce moment dure quinze à vingt minutes. Je regardais sur Internet à quel moment le soleil se couchait et je suis parti en vadrouille. Ça a duré un peu plus d'un mois et je courais d'une place à l'autre !"

(Photo Anthony Maurin).

Et pourquoi l'heure bleue alors que dans notre pays solaire l'astre des jours est plus souvent le sujet de ce genre d'ouvrage ? C'est un choix, rare et passionné. "J'ai entendu parler de l'heure bleue, ça m'a intrigué. Je me suis renseigné et j'ai compris. L'heure bleue, c'est un moment de douceur, ça contraste avec le tumulte que l'on peut vivre en journée. Les photos de jour, je les fais en noir et blanc pour faire ressortir une sensation. Là, l'heure bleue est déjà une sensation."

Ce livre propose bien des choses, une balade ponctuée de beaux panoramas, une marque de fabrique pour le photographe. "C'est toute une histoire car nous partons du centre-ville, enfin, on fait le tour de la ville pour finir aux Jardins de la Fontaine qui sont magnifiés lorsqu'ils sont illuminés."

(Photo Anthony Maurin).

Pour souligner la valeur de la photo, Véronique Palomar-Camplan s'est prêtée au jeu de l'écrit. Pour cela elle s'est renseignée, elle a enquêté et débusqué quelques belles et étonnantes surprises pour les lecteurs. N'oublions pas qu'elle a travaillé quelques temps au sein de la rédaction d'Objectif Gard ! "Ses textes sont très importants ! Mes premiers livres ne comportaient aucun écrit. Là j'en avais envie mais je ne suis pas très à l'aise avec ça, alors Véronique a pris la main. Elle a pas mal bossé dessus, elle a fait de nombreuses et impressionnantes recherches et elle a fait ce que je voulais, une promenade en ville et la quitter en s'envolant."

Parmi les lignes de notre "Véro nationale", le lecteur retrouvera quelques anecdotes croustillantes, mais aussi pas mal d'informations de son cru. À Nîmes, les éclairages ne sont pas du tout uniformisés. Tantôt roses, oranges, blancs ou jaunes, les ampoules ou LED auraient pu compliquer la tâche du photographe. Non, il s'en sert, il utilise ces variations. "Je trouve ça marrant mais pour moi c'est parfait ! Eh oui, au contraire, ça me permet de mettre en valeur ce que tu es en train de prendre en photo et ça permet de ne jamais être répétitif !" Ou comment faire d'un défaut une qualité !

(Photo Anthony Maurin).

Quelles photos a-t-il eu le plus de plaisir à déclencher ? "Les trois qui m'entourent aujourd'hui : la Maison carrée, les arènes et les Jardins de la Fontaine." Et les plus compliquées ? "Celles qui sont sur les toits avec des lumières environnantes qui pouvaient nuire au sujet." Et Dominique Marck de conclure : "On a une très belle ville, c'est dommage car nous ne profitons jamais assez de la regarder attentivement. J'ai fait ce livre pour que les gens puissent voir la ville à des moments où peu d'entre eux ont la chance de pouvoir voir tout ça !"

Le livre fait 140 pages pour une bonne centaine de photos et coûte 30 euros. Comment l'acheter à Nîmes, en France ou à l'étranger ? Appelez Dominique Marck au 06.12.83.57.76 ou écrire à mapassionlesphotos@gmail.com. Allez aussi faire un tour du côté du site Internet!

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 37 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité