A la uneActualitésEconomieGardPolitique

ÇA RESTE ENTRE NOUS Les indiscrétions de la semaine

C'est dimanche. Il est 12 heures. Place à la coulisse politique gardoise !

Fais pas ton Lachaud ! Les Courdil père et fils, on ne les présente plus à Nîmes. Ils ont réussi dans l'immobilier, surtout dans la gestion de copropriétés. Dans ce domaine, ce sont des cadors. Mais là où le père a été plus malin en faisant de la politique uniquement en coulisse, le fils, François, n'a pas pu résister aux sirènes médiatiques et à la lumière. Depuis plus d'un an, il est un jeune élu à la ville de Nîmes. Mais cela ne lui suffit plus, il rêve d'aller plus haut et travaille d'arrache-pied pour y arriver. Rien d'étonnant pour ce junior en politique qui avait tapé dans l'oeil de Jean-Paul Fournier, le maire de Nîmes, notamment lors de la soirée de lancement de sa campagne pour un quatrième mandat, avec un discours qui en avait scotché plus d'un. Il est même devenu un proche de Franck Proust et de Laurent Burgoa, les deux vieux briscards qui gravitent autour de Fournier depuis 20 ans. C'est le cas aussi d'une partie des élus de la Ville et de l'Agglo de Nîmes, plutôt admiratifs. L'autre grosse partie se méfie, voire le déteste. Trop ambitieux disent certains. La tête qui enfle un peu trop vite pour d'autres. Arrogant pour les plus hargneux. On lui reproche même de ne pas dire bonjour quand il arrive en mairie. Le Stéphane Plaza de Nîmes manquerait de savoir-vivre ? Étonnant pour un homme plein d'ambitions qui cherche à se rendre populaire auprès de tous. Une chose est sûre, ce comportement de défiance est arrivé jusqu'aux oreilles du maire qui l'a convoqué cette semaine pour lui dire de mettre un peu d'eau dans son vin. D'être plus consensuel. Le patron de la mairie a excellé dans cet exercice avant de devenir un animal politique redoutable. Ses conseils sont donc bons à prendre. Jean-Paul Fournier a aussi conseillé à François Courdil d'enfiler quelques tenues de protection. Car des coups, il va en prendre de la part de ses collègues qui ont compris qu'il allait disputer le match des Législatives sur la 6e circonscription pour peut-être devenir député en 2022, avec la complicité de l'entourage familial du directeur général des services de la Ville, Christophe Madalle. Depuis, la riposte s'organise et chez certains Républicains on commence à réfléchir à la contre-attaque. En fin de semaine, Xavier Douais, Dolorès Orlay-Moureau, Julien Plantier et Richard Flandin ont organisé un déjeuner de travail qui a fait parler. Difficile d'imaginer que le "problème" Courdil n'a pas été mis sur la table. Y compris l'hypothèse d'une victoire du député sortant, Philippe Berta, face à son ancien attaché parlementaire (François Courdil) qui ferait les affaires du quatuor et sonnerait le glas des ambitions électoralistes du fils Courdil. Pourquoi pas ? Julien Plantier, le premier adjoint, n'a de toute façon qu'une obsession : abattre tous les obstacles devant lui durant les quatre prochaines années. Même les petits. Et comme il aime à le dire selon des propos rapportés par son entourage : "Courdil ne sera pas mon Lachaud." En une phrase, on a tout compris...

Le Medef va prendre parti pour les élections de la CCI. Le Bagnolais Philippe Broche qui brigue la présidence de la CCI a présenté sa liste Cœur gardois cette semaine. Malgré ce que prédisaient les mauvaises langues, il a réussi son coup en déposant une liste de 55 noms. Et tant pis si le nombre de Nîmois à l'intérieur est insuffisant pour respecter les équilibres territoriaux... Éric Giraudier, de son côté, fera le grand lancement de sa campagne mardi prochain à l'aéroport de Nîmes-Garons comme nous l'avions déjà indiqué dans nos colonnes. La rumeur a couru plusieurs jours que le Medef, qui a toujours soutenu le Nîmois, serait au abonné absent. C'est faux. Selon nos informations, Jean Luc Monteil, vice-président du Medef national, sera présent mardi soir. Il devrait aussi prendre la parole. Tout comme Franck Proust, le président de Nîmes Métropole, attendu pour apporter son soutien officiel. Les élections à la CCI, on le voit, c'est aussi et avant tout une histoire de soutiens...

Au départ, personne ne voulait y aller. Ils ne sont pas fous Les Républicains nîmois. Ils ont bien compris que Jean-Paul Fournier soutiendrait Françoise Dumas aux Législatives de 2022. Et encore plus si Emmanuel Macron remporte un deuxième mandat. Après avoir envisagé la candidature de l'ancien adjoint aux Sports, Laurent Boissier, puis celui en charge du Tourisme, Xavier Douais, la mairie de Nîmes et les instances du parti ont jeté leur dévolu sur Claude De Girardi, la binôme de Laurent Burgoa défaite aux Départementales de juin dernier. Il y a tout juste une semaine, elle annonçait à Jean-Paul Fournier renoncer à la députation. Puis finalement, elle a indiqué à Franck Proust vouloir se donner une dizaine de jours de réflexion. Il va falloir qu'elle se décide vite car Valentine Wolber, l'adjointe déléguée aux Commerces et à la dynamisation du centre-ville est déjà dans les startings-blocks.

Législatives : le ni oui, ni non d'Eddy Valadier. Ce mardi, Franck Proust était l'invité de notre émission Bonsoir le Gard (à regarder du lundi au vendredi à partir de 18h30 sur Facebook). Interrogé sur les élections législatives, le patron Les Républicains du Gard a expliqué que le maire de Saint-Gilles, Eddy Valadier, lui avait indiqué ne pas être candidat pour le scrutin de juin 2022. Seulement, c'est un petit peu plus compliqué que ça... Si Eddy Valadier n'est pas candidat, il pourrait bien changer d'avis. Sur la 2e circonscription, plusieurs militants et élus de la Droite soutiennent sa candidature, le présentant comme le seul capable de l'emporter contre Nicolas Meizonnet, le député Rassemblement national sortant qui vient de perdre les élections départementales sur le canton de Vauvert.

Et si Jean Denat y allait aussi ? Une autre personnalité de ce territoire hésite... C'est Jean Denat. Poussé par de nombreux militants de la Petite Camargue, le maire de Vauvert n'a pas encore pris sa décision. Les deux dernières fois, Katy Guyot, sa première adjointe, et Marie Sara ensuite ont échoué face à Gilbert Collard. Cette fois, la Gauche est mieux armée. Elle vient de battre coup sur coup le Rassemblement national aux municipales d'abord, puis aux Départementales en juin dernier. À chaque fois, un succès que l'on doit avant tout à Jean Denat. Mais le maire de Vauvert prendra-t-il le risque de quitter ses administrés à peine deux ans après avoir été réélu ? Surtout si la Gauche sort perdante de la présidentielle ? L'avenir le dira...

Jean-Paul Fournier agacé par le ministre de l'Intérieur. Comme Objectif Gard s'en est fait l'écho, le maire de Nîmes a reçu jeudi un appel du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin. L'objet du coup de téléphone ? La signature du contrat de sécurité intégré pour combattre le trafic de drogue. Les discussions ont très vite tourné au rapport de force : Jean-Paul Fournier s'engage à embaucher cinq policiers municipaux par an, mais il aimerait que le Gouvernement fasse un geste en envoyant une trentaine de policiers nationaux supplémentaires. Le ministre lui demande dans ce cas d'embaucher une quinzaine de policiers municipaux par an... C'est pas gagné.

Unesco : prochaine étape le 12 octobre. Après une rencontre le 24 juin dernier, la ville de Nîmes prépare ses bagages pour une nouvelle étape importante dans le nouveau dossier de candidature au patrimoine mondial de l’Unesco  « La Maison Carrée de Nîmes ». Il s'agit de l'audition générale pour la présentation du dossier de candidature finalisé au Comité national des biens français du patrimoine mondial et au ministère de la Culture. Elle se déroulera le 12 octobre prochain. Prochaine étape ensuite en janvier 2022, date à laquelle l'État français sera chargé de déposer officiellement la candidature au centre du patrimoine mondial. Dès le dépôt, les experts mandatés par l’Unesco auront alors 18 mois pour étudier le dossier avec un potentiel passage à la 46e session du comité du patrimoine mondial à l’été 2023. On croise les doigts.

Hidalgo la vague. Pas très en forme dans les derniers sondages où elle dévisse sérieusement, la maire de Paris, candidate du Parti socialiste pour la présidentielle 2022, ne bénéficie pas non plus d'un soutien inconditionnel chez ses amis socialistes. Encore cette semaine, un grand électeur gardois, proche de Carole Delga, n'a pas hésité à prédire "la vague que l'on va se prendre dans la gueule. Surtout si Anne Hidalgo continue à raconter partout qu'elle va doubler le salaire des profs et abaisser la limite de circulation sur l'autoroute à 110 kilomètres par heure." Cela a le mérite d'être clair...

Edeis sécurise les lignes pour l'hiver. Alors que Ryanair avait tendance à retirer des lignes durant l'hiver sur Nîmes-Garons, cette année, l'aéroport devrait conserver ses voyageurs pour des vols entrants et sortants vers le Maroc et Bruxelles. Deux destinations qui ont fait le plein cet été et même lors des périodes difficiles en lien avec la covid. Du moment que les frontières étaient ouvertes... Des bonnes nouvelles qui devraient en entraîner une autre dans les prochains mois : une nouvelle destination est annoncée pour début 2022 !

La rédaction

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité