A la uneAlès-CévennesEconomieEnvironnement

FAIT DU SOIR La piscine intercommunale, nouvel écrin au cœur de Quissac

Les artisans utiliseront des matériaux locaux comme la pierre massive issue des carrières locales et le bois. (Photo Cabinet V2S et NAS architecte / DR)
Les artisans utiliseront des matériaux locaux comme la pierre massive issue des carrières locales et le bois. (Photo Cabinet V2S et NAS architecte / DR)

Initié en juillet 2017, le projet de réhabilitation de la piscine intercommunale de Quissac est enfin sur les rails. Initialement espérée avant l’été 2022, la livraison du chantier ne devrait pas intervenir avant le mois d’octobre prochain. Zoom sur ce « gros bébé » dont accouche la communauté de communes du Piémont cévenol.

À l’heure de célébrer ses 47 ans d’existence, la piscine intercommunale de Quissac ne répondait plus aux exigences réglementaires et aux besoins des usagers. C’est donc en toute logique que la communauté de communes du Piémont Cévenol (CCPC) a engagé d’importants travaux pour réhabiliter intégralement cette infrastructure majeure de la commune.

« C’est en juillet 2017 que la réhabilitation de la piscine a été actée, quelques jours après que je sois devenu président de l’intercommunalité », se souvient Fabien Cruveiller qui poursuit : « C’est la continuité du travail enclenché par Olivier Gaillard. Il a fallu quatre ans pour mener un marché public complet, qui s’est articulé autour d’un dialogue compétitif, avant que nous options pour le projet de V2S et NAS architecte. »

Construite en 1974, la piscine de Quissac avait besoin d’un sérieux lifting. (Photo Corentin Migoule)

Après quoi, le bâtiment initial a été démoli en janvier dernier. La nouvelle piscine intercommunale sera donc conçue comme un cloître avec en son centre, deux bassins en inox, un matériau plébiscité car offrant une esthétique particulière par le biais de l’accentuation des reflets de l’eau et du soleil. « Ça limite les fuites d’eau, et ça nous a permis de réduire la profondeur pour compenser les surcoûts liés au chauffage de l’eau », note le président de la communauté de communes.

Car c’est avec la ferme intention « d’élargir les ailes de saison », en donnant accès à la structure du 1er mai au 30 septembre, « pour que tous les élèves du territoire puissent venir faire leur cycle de natation », qu’est opérée cette réhabilitation. « Ça génère un surcoût puisqu’on a été obligé de changer le transformateur pour que l’eau soit chauffée, car on sait très bien que personne ne se baigne dans une eau à 20° », justifie Fabien Cruveiller.

C’est pourquoi une pompe à chaleur air-eau permettra un maintien de la température des bassins à 28°. Celle-ci sera associée à une nappe solaire pour réduire la consommation de la pompe à chaleur en profitant des périodes d’ensoleillement. Des panneaux solaires couvriront une partie des besoins en eau chaude sanitaire, en plus des douches qui seront équipées de dispositifs d’économie d’eau.

Projection sur le nouvel écrin quissacois. (Photo V2S Architectes / DR)

Aussi, dans l’optique d’améliorer l’accueil habituellement très régulier des écoles et des collèges, le hall d’entrée sera « plus fonctionnel », tandis que des vestiaires collectifs chauffés vont être construits. Enfin, les enfants en bas âge profiteront d’une nouvelle aire de jeux aqualudique baptisée « Splashpad », qui permet aux bambins d’avoir un premier contact avec l’eau en éliminant le risque de noyade. Attenante à cet espace, une aire de pique-nique enherbée fera le bonheur des parents.

« On ne veut pas en faire un lieu de compétition », prévient Fabien Cruveiller. « Ça restera toujours du loisir, avec une fréquentation familiale », poursuit-il. Au rayon des nouveautés, des murs en pierres massives issues des carrières de Vers-Pont-du-Gard seront érigés autour de l’édifice, en faisant un lieu fermé sur l’extérieur. « C’est le symbole de notre ruralité que l’on veut moderne », précise le président de la CCPC.

Les premiers bains à l’été 2023 ?

Assurément, la réhabilitation de la piscine intercommunale de Quissac est un projet d’envergure pour la communauté de communes du Piémont Cévenol qui, pour lui donner vie, va bénéficier d’un financement à hauteur d’un million d’euros en provenance de la région Occitanie (505 000 €), du département du Gard (315 000 €), et de l’État (200 000 €). Le coût de l’opération s’élevant à 3 942 873 euros (TTC, maîtrise d’œuvre comprise).

« C’est le premier gros bébé du mandat », savoure celui qui est aussi maire de Cardet. Initialement espérée avant le début de l’été prochain, l’inauguration de ce nouvel écrin intercommunal ne devrait pas intervenir avant le mois d’octobre 2022.

Corentin Migoule

 

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité