A la uneActualitésAlès-Cévennes

ALÈS Un nouveau Camsp « pour le bien-être de nos enfants »

Dévoilement de la plaque du Camsp. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

À Alès, la semaine a commencé avec l’inauguration du nouveau centre d’action médico-sociale précoce, construit dans le quartier de Clavières, rue Jules-Renard. 

Après un an et demi de travaux, le nouveau centre d’action médico-sociale précoce (Camsp) est sorti de terre. Géré par le centre communal d’action sociale de la Ville d’Alès, il accueille et s’occupe du suivi de plus de 200 enfants âgés de 0 à 6 ans qui présentent des difficultés ou retard dans leur développement.

L’établissement a notamment pour missions de dépister les handicaps, de proposer des soins et de la rééducation, mais aussi d’accompagner les familles. D’où l’importance d’avoir des locaux fonctionnels et adaptés, ce qui n’était plus le cas dans les anciens bâtiments du quartier de Cauvel. « Aujourd’hui nous avons une structure fonctionnelle, à la hauteur des ambitions que nous nous sommes données », se félicite le maire, Max Roustan, quelques instants avant de couper le ruban inaugural.

L’occasion pour lui, et pour le président d’Alès Agglomération, Christophe Rivenq, de revenir sur la politique menée face aux besoins sanitaires de la ville. « Depuis près de 30 ans, un choix fort a été fait par la municipalité pour investir sur les équipements sociaux, qui étaient tous en souffrance », assure celui-ci, également premier adjoint au maire, précisant que ce nouveau Camsp est « l’un des plus gros investissements réalisés ces dernières années puisqu’il représente plus de trois millions d’euros ». La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, l’Agence régionale de santé mais aussi le Département ont mis la main au porte-monnaie. « Et la Ville a emprunté 1,6 millions qui manquait. C’est pour le bien-être de nos enfants », ajoute Max Roustan.

Camsp
Coupure du ruban après les discours. Photo Élodie Boschet/Objectif Gard

Représentant la présidente du Département, la conseillère départementale Valérie Meunier a décrit « une structure adaptée, moderne, répondant aux besoins des enfants, de leurs familles et des professionnels », tandis que le directeur du Camsp, le docteur Bataille, a qualifié le bâtiment d’ « extraordinaire » et salué « l’implication de l’équipe pluridisciplinaire ».

Michèle Veyret, adjointe déléguée au Pôle solidarité, n’a pas oublié « tous les enfants qui voudraient bien venir ici mais sont sur liste d’attente » et la directrice adjointe de l’ARS, Françoise Dardailhon, a évoqué la nécessité de travailler sur la « précocité des dépistages » et la réduction des délais de prise en charge, « trop importants » aujourd’hui. Enfin, le Camsp a pu être visité par toutes les personnes présentes, à condition de se désinfecter les mains à l’entrée, de porter évidemment le masque, et d’être répartis en petits groupes.

Élodie Boschet

 

Elodie Boschet

Elodie Boschet, journaliste à Objectif Gard depuis septembre 2013.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité