A la uneActualitésBagnols-Uzès

FAIT DU SOIR Le projet de halles de Bagnols sur les rails

Anthony Gazan porte le projet de Halles de la Cèze (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)
Le bâtiment qui accueillera les Halles de la Cèze, à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les plus anciens se souviendront de ce bâtiment comme celui de l’ancien cinéma « Le Club », qui a fermé dans les années 1980, de la boîte de nuit qui lui a succédé ou de la brocante qui a laissé sur sa façade la mention « Supermarché de l’occasion ». Bientôt, il accueillera l’ambitieux projet d’Anthony Gazan : des halles à Bagnols. 

Ce bâtiment situé au début du chemin du Moulin de la Tour, le Bagnolais Anthony Gazan, à la tête d’AGA Groupe, groupe immobilier comptant dix salariés basé route de Lyon, l’a racheté en 2008. « J’ai eu un coup de coeur pour ce bâtiment », rejoue le chef d’entreprise. Il n’a pas même 30 ans à l’époque, est alors dans l’immobilier depuis quelques années après avoir tenu des cafés-restaurants à Bagnols et Goudargues puis repris ses études. Mais Anthony Gazan sait déjà ce qu’il veut en faire : des halles. « C’est un endroit stratégique, le bâtiment a des hauteurs sous plafond élevées, il fait 700 m2 au sol, ça va être magnifique », avance-t-il. 

« Le projet de ma vie »

Issu d’une famille de commerçants, le Bagnolais voit dans le fait de créer des halles dans sa ville « le projet de (sa) vie. » Treize ans plus tard, il est enfin en passe de se concrétiser. « Le projet n’était pas mûr, explique Anthony Gazan. Quand Jean-Yves Chapelet a été élu maire (en 2017, ndlr) je suis allé le rencontrer. Je lui a posé le projet sur la table, et il m’a dit : on y va. Je n’ai pas eu de soutien financier mais un soutien moral, et ça change tout. À partir de là, je m’y suis mis à fond. »

L’entrepreneur dépose un premier permis de construire, qui comportait un étage, finalement jugé trop ambitieux à l’aune de la nouvelle donne du covid, puis un second pour le projet final, un marché couvert. « On ne garde que les quatre murs, on refait tout le reste. Ce sont des gros travaux », présente Anthony Gazan. À l’intérieur, « il y aura deux kiosques principaux, dont un pour le bar des halles, car la priorité pour moi est que ce soit un lieu convivial, et un autre pour lequel on lance un appel à candidature car on verrait bien un concept store mais on n’a pas d’idée arrêtée », avance le porteur de projet. 

Les travaux démarrent en février

Côté bouffe, « il y aura treize stands avec les métiers principaux des halles : boucher-charcutier, poissonnier, écailler, fromager, primeur, caviste, fleuriste… Une offre globale », précise Anthony Gazan. Les Halles auront aussi leur brasserie pour le midi, et un petit extérieur où on trouvera sans doute une aire de jeux pour les enfants. Les commerçants ne sont pas encore choisis, mais priorité sera donnée aux locaux, qui pourraient y ouvrir un second point de vente. « Et à la qualité, nous voulons faire des halles gastronomiques », ajoute Anthony Gazan. Du reste, les candidatures sont ouvertes (*).

Vue du bâtiment de l’ancien cinéma « Le Club », à Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les travaux de ces Halles de la Cèze doivent débuter « certainement en février, pour douze à dix-huit mois », avance le chef d’entreprise. Il voit ces futures halles comme « une locomotive commerciale pour le centre-ville qui va apporter une plus-value. Les autres commerçants vont s’y retrouver, et pourquoi pas s’y greffer. »

Ce serait bienvenu pour l’entrepreneur, qui assume entièrement le risque financier de « ce projet public porte par un privé », comme il dit, un peu sur le modèle du village estival Bagnols Plage, dont il est un des actionnaires fondateurs. D’ailleurs, il a nommé Céline Biais, avec qui il travaille sur Bagnols Plage, pour diriger les futures halles. Reste qu’il porte le projet en tablant sur « un amortissement sur 25 ans, contre 15 sur un projet classique », et sur une zone de chalandise plus taillée sur l’Agglomération et ses 75 000 habitants que sur la seule Bagnols et ses 19 000 âmes. 

Encouragé par la mairie, ce projet l’est aussi de par sa dimension économique. Outre le fait qu’Anthony Gazan, membre de l’association Grisbi qui promeut le « loyal au local », fait appel en majorité aux entreprises locales pour les travaux, les halles devraient à terme créer, selon ses estimations, « de cinquante à soixante emplois ».

Thierry ALLARD

thierry.allard@objecitfgard.com

* À l’adresse mail suivante : contact@leshallesdelaceze.fr. La sélection des commerçants sera effectuée « sur le premier trimestre », précise Anthony Gazan.  

Thierry Allard

32 ans, féru de politique, de sport et de musique. Jadis entendu en radio, je couvre depuis juin 2014 le Gard rhodanien pour Objectif Gard.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité