A la uneAlès-CévennesFaits DiversGardNîmes

ALÈS Après sept ans d’enquête un non lieu total pour un médecin mis en examen pour viols

Photo d'illustration OG

La chambre de l’instruction de Nîmes a prononcé mardi 18 janvier, un non lieu général dans un dossier d’abus sexuels sur des patientes.

Un gynécologue d’Alès était mis en examen depuis juillet 2014 dans cette affaire criminelle de viols, six patientes du praticien ayant dénoncé des actes à caractère sexuel qui seraient survenus, selon les plaignantes, dans le cabinet du médecin.

Il y a quelques mois, un juge d’instruction du pôle criminel de Nîmes avait décidé de renvoyer le médecin devant les assises pour deux viols. Les autres plaintes et accusations avaient été abandonnées par le magistrat instructeur à cause d’absence de preuves et de charges suffisantes pour poursuivre la procédure à l’encontre du mis en examen… Il faut noter que le médecin réfute catégoriquement les accusations depuis le début de cette procédure.

Ce mardi la chambre de l’instruction de Nîmes a donc prononcé un non lieu total pour absence de charges suffisantes, nous confirme maître Isabelle Mimran, le conseil du praticien alésien. « Ce médecin est totalement innocent. Il vit un drame, un enfer même depuis sept ans. Il souhaite qu’on le laisse en paix et qu’il puisse continuer son activité« , témoigne la pénaliste nîmoise qui a réclamé et obtenu ce non lieu. Le médecin incriminé avait été suspendu un mois au début de la procédure en 2014 avant d’être autorisé par la cour d’appel de Nîmes à reprendre son métier. Il est toujours en exercice. Un pourvoi en cassation reste possible dans cette affaire.

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Un commentaire

  1. Quelle honte … Il est de notoriété publique que ce praticien est « borderline » ( et c’est peu de le dire comme cela … ) .
    Ma femme et ma tante l’on quitté rapidement, se disant qu’il pratiquait des gestes « inappropriés »…
    Mais 6 plaignantes ne suffissent pas à la justice, le pauvre, accusé à torts…
    Continuez à « pratiquer » mon bon monsieur, la justice vous couvre !
    Mesdames, à bon entendeur …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité