A la uneActualitésGardNîmesSociété

FAIT DU SOIR Nîmes fête la truffe ce week-end

Quelques prix, ici la truffe est à 1 000 euros le kilo (Photo Anthony Maurin).
La fête de la truffe sur la place du Marché (Photo Anthony Maurin).

La fête de la truffe se tient à Nîmes depuis aujourd’hui et jusqu’à dimanche après-midi. Voici le moment idéal pour parler de l’or noir, de ce diamant odorant et souterrain qui se laisse cueillir au pied d’arbres recherchés. Sur le marché de Nîmes, il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses.

« J’ai pour habitude de venir chaque année. D’une part pour prendre une petite truffe car ça fait toujours plaisir. D’autre part et il faut bien l’avouer, j’aime venir parce que j’achète toujours quelques bons produits du terroir. Exemple, je suis en train de prendre un apéritif et je vais aller chercher une saucisse-aligot. En dessert, je prendrai, sur le stand d’à côté, un fromage de chèvre que je mangerai avec un bon vin » affirme Ludovic.

De belles truffes (Photo Anthony Maurin).

La truffe a ses habitudes dans la région. Du côté d’Uzès on la cultive mais à Nîmes elle a droit à son marché annuel. Diamant noir des terroirs les plus reconnus, la truffe est toujours mystérieuse. Il faut aller la cueillir délicatement sous la terre, elle se vend souvent au cul du camion avec des tarifs parfois à quatre chiffres. Son goût est aussi diffus qu’un nuage de fumée et présent comme celui d’une chèvre dans une chèvrerie. La truffe ne laisse personne indifférent. Soit on l’adore, soit on l’abhorre.

(Photo Anthony Maurin).

Sur la place du Marché la truffe prend donc ses quartiers d’hiver. Au coeur de la saison les spécialistes sont ravis. « On voit la truffe se vendre entre 850 euros et 1 000 euros le kilo. Cette année elle est bonne malgré un début de saison un peu délicat. Voyez, comme elles sont belles, sèches, vous ne payez pas de l’eau. Sentez la bonne odeur qu’elles dégagent ! »

N’oubliez pas de faire durer la truffe et son odeur… (Photo Anthony Maurin).

Sur la place du marché, il n’y a pas que de la truffe. Elle est même mise en minorité. Bières, vins, huiles d’olive, petits pâtés nîmois, fromages, miels, charcuterie corse ou encore beignets d’oignons doux, l’essentiel pour la truffe, c’est de l’imaginer comme une tête de gondole, un produit d’appel. Celles et ceux qui voudront s’essayer à la cultiver pourront même acheter des plants d’arbres à vocation truffière !

Quelques prix, ici la truffe est à 1 000 euros le kilo (Photo Anthony Maurin).

Un commerçant qui connaît par coeur la fête de la truffe nous parle un peu de l’édition en cours. « Venir ici, c’est un rendez-vous incontournable. En plus et en même temps il y a la braderie. Bon, c’est pas encore la folie en ville mais le monde arrive peu à peu et je suis sûr que le week-end sera positif. Les politiques sont en campagne alors ils devraient serrer des paluches ! Et les clients ont envie de se faire plaisir donc tout le monde est content. En tout cas ça fait du bien de revenir et de pouvoir discuter un peu… Nous avons eu du mal à nous entendre cette année avec la Ville, tout a été compliqué mais nous sommes très heureux de retrouver nos clients. »

Là, elle n’est qu’à 850 mais ce stand ne fait pas partie des producteurs de truffe du Gard (Photo Anthony Maurin).

Petite remarque, malgré les travaux qui bouchent la rue Fresque, plusieurs démonstrations de cavage sont à l’ordre du jour. Le cavage, c’est l’action de creuser pour chercher des truffes. Cela peut se faire à l’aide d’un instrument ou d’un animal dressé à cet effet comme le chien ou le cochon par exemple. Chose assez rigolote, le parc où se déroulera le cavage est plus petit d’année en année… Sa superficie s’est encore affinée et bientôt les spectateurs pourront voir la truffe recherchée à l’oeil nu tant la piste sablonneuse est réduite. Remarquez, cela peut aussi être un excellent exercice familial.

Que des bons produits ! (Photo Anthony Maurin).

Une visite s’impose donc sur la place du Marché. Entre le crocodile et le palmier vous trouverez votre bonheur qu’il soit truffé ou pas. Autre satisfaction de la fête de la truffe, des restaurants en sont partenaires. Gard Ô vin : 3 impasse du Marché. Le bouchon des greffes : 18 Grand rue. Le Wine Bar Cheval Blanc : 1 place des Arènes. La brasserie Le Palmier : 18 Place du Marché. Le Mogador : 2 Place du Marché. Les Enfants Denîm : 20 rue Fresque. Chez Jo : Les Halles de Nîmes. Vamonos : 2 rue Saint Antoine. Le Brennus : 10 Place du Marché. Livestation Diy : 15 rue Fresque. Pinocchip : 29 rue de la Madeleine. Menna : 7 rue de Bernis. La Saint Antoine : 2 rue Saint Antoine. La Table du 2 : 2 bis rue de la République. L’Avant-Garde : 1 place du Marché et, pour finir, Le Petit Nîmois : 14 place du Marché.

(Photo Anthony Maurin).

Ce samedi à 11h et à 14h, démonstrations de cavage. Le marché est, lui, ouvert de 9h à 19h le samedi et de 9h à 14h le dimanche. La peña Del Fuego viendra également animer le marché le samedi de 10h à 18h30.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité