A la uneActualitésÉducationGardPolitiqueSantéSociété

ÉDITORIAL Deux ans après la crise covid

Photo d'illustration DR
Photo d’illustration DR

Ce 14 mars est à marquer d’une pierre blanche. Après deux ans d’une crise sanitaire sans précédent, l’espoir d’un retour à une vie normale est enfin là. En effet, en raison de ce que le Gouvernement considère comme une amélioration de la situation sanitaire face à l’épidémie de Covid-19, il a été décidé de la suspension du pass vaccinal dans les lieux où il est exigé et la levée du port du masque en intérieur, sauf dans les transports collectifs et les établissements de santé. Ce nouvel assouplissement des mesures sanitaires est en réalité majeur. Car depuis la fin du confinement strict en 2020, l’obligation du port du masque n’a jamais été levée dans les lieux publics, encore moins en intérieur. Mais que les choses soient très claires : le port du masque reste recommandé. D’abord, pour les personnes positives au Covid durant les 7 jours qui suivent leur période d’isolement et les cas contacts à risque, les personnes symptomatiques et les professionnels de santé. Et tout ceux qui souhaitent faire preuve d’une vigilance supplémentaire. En ce qui concerne la suspension du pass vaccinal pour accéder à l’ensemble des lieux (restaurants, bars, discothèques, cinémas, théâtres, salles de spectacle, musées, stades, foires et salons…) où il est actuellement exigé, c’est aussi une vraie surprise. Toutefois, il restera demandé à l’entrée des hôpitaux, des maisons de retraite et des établissements pour personnes handicapées, afin de protéger les personnes les plus fragiles. Enfin, le protocole sanitaire est très largement assoupli en entreprise : plus de masque et plus de distanciation sociale. Même s’il faudra continuer à appliquer des règles d’hygiène comme le lavage des mains, le nettoyage des surfaces et l’aération des locaux. La meilleure nouvelle de ce lundi pour finir concerne les jeunes. Eux qui ont subi le plus lourd tribut de cette pandémie, ils vont enfin pouvoir passer des journées de cours sans masque. Et manger le midi avec leurs amis sans contraintes particulières. C’est aussi pour eux une vraie libération sur le plan de la pratique sportive avec le retour des sports de contact en intérieur. Espérons que ces évolutions positives soient pérennes. On peut en douter. Le coronavirus nous a habitués à des phénomènes de cycles. Les chiffres depuis quelques jours repartent d’ailleurs à la hausse. Le Gard n’est pas épargné avec un taux d’incidence qui frôle les 500 pour 100 000 habitants. Et plus la liberté est retrouvée, plus le virus se propage. Le dernier variant Omicron nous laisse plein d’espoir tout de même. Bien qu’il soit encore très contagieux, on n’observe pas de dangerosité particulière. Mais jusqu’à quand ?

Abdel Samari

Abdel Samari

Créateur d'ObjectifGard, je suis avant tout passionné par les médias et mon département. Ce qui me motive chaque jour : informer le plus grand nombre sur l'actualité du Gard ! Pari tenu ?

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité