A la uneGardSociété

FAIT DU SOIR La fin des rues sans nom dans le Gard

Philippe Barral le maire d'Aumessas (photo Liliane Tarrou)
Philippe Barral, le maire d’Aumessas a mis sa commune en conformité (photo Liliane Tarrou)

Depuis le mois de février, la loi 3DS oblige les communes de moins de 2 000 habitants, qui en étaient jusque-là exemptées, à nommer et numéroter toutes les voies sans exception. Dans le Gard, certains villages doivent se mettre en conformité. L’opération peut-être longue et coûteuse. De son côté, La Poste a mis en place un dispositif d’accompagnement pour les communes concernées.

Le lieu-dit ou le hameau faisant office d’adresse commune pour plusieurs habitations, c’est terminé. L’adresse est l’élément indispensable pour assurer l’ensemble des services à la population. La numérotation et la dénomination des voies sont des compétences municipales. Depuis quelques années, la fusion des communes peut donner lieu à des doublons comme deux « place de l’église » ou plusieurs « rue de la République ». Cela n’est pas sans poser des problèmes aux habitants, mais ça peut aussi représenter un danger quand les secours ne trouvent pas facilement une adresse.

La mise en conformité facilite la distribution du courrier (photo La Poste)

« Il n’y avait aucune adresse dans le village »

Sur son site Internet, la poste rappelle qu’en 2017, il y avait en France 12 000 voies homonymes au sein d’une même commune et 3,6 millions de foyers et entreprises ne disposaient pas d’une adresse précise. C’est pour mettre de l’ordre dans tout cela que la loi 3DS est entrée en vigueur au mois de février. Les communes doivent désormais alimenter une base nationale d’adresses standardisées avec numéro, nom de voie et commune. Mais beaucoup de villages ont pris les devants.

Toutes les rues doivent être nommées et numérotées (photo La Poste)

Dans le Gard, c’est le cas d’Aumessas, un petit village situé à 15 kilomètres à l’Ouest du Vigan. Philippe Barral en est le maire depuis 2020 et une de ses premières missions a été de mettre sa commune de 240 habitants en conformité : « Il n’y avait aucune adresse dans le village. Pour nommer les rues, nous avons fait participer les Aumessois. Cela a coûté 3 000 € pour une commune dont le budget annuel est de 250 000 €. Nous sommes classés village de caractère et village fleuri, nous avons essayé de le faire en harmonie avec ce qui existait déjà ».

Faciliter l’accès aux secours

Dans ce village, la mise en conformité a récemment facilité la réception des cartes d’électeur et la propagande de l’élection présidentielle. De plus, le raccordement à la fibre nécessite une adresse précise. La Poste propose un dispositif d’accompagnement pour identifier les voies, le numérotage, et renseigner la base d’adresse locale. « C’est un service que nous proposons depuis 2016. Nous avons déjà mené 70 actions et il y en a trois concernées en 2022. Il n’y a pas de délai pour se mettre en conformité. C’est un sujet qui préoccupe les communes depuis longtemps », explique Thomas Couderc, le responsable de l’action commerciale sur l’établissement du courrier à Alès. Pour Julien Pascal, le technicien data sur la plateforme du courrier d’Alès, la mise en conformité des rues va régler certains problèmes : « Cela va aider les facteurs remplaçants qui ne connaissent pas très bien les communes. Mais ça facilite aussi l’accès aux secours. Désormais, tout bâtiment et terrain doit être numéroté ». Une fois toutes les communes nommées et numérotées, le Gard n’aura donc plus aucun secret pour votre GPS.

Norman Jardin

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité