A la uneFaits DiversGardNîmes

NÎMES Enquête pour « corruption » : le directeur du CHU placé en garde à vue ce lundi

Nicolas Best, directeur du CHU de Nîmes (DR)
Nicolas Best, directeur du CHU de Nîmes, montrant les évolutions de l’hôpital nîmois (Photo archive)

Info Objectif Gard. Le directeur du CHU de Nîmes, Nicolas Best, a été placé en garde à vue ce lundi à Lyon concernant une enquête ouverte en décembre 2021 sur des soupçons de « favoritisme et de corruption ».

Il avait reçu une convocation pour se rendre dans la capitale du Rhône depuis plusieurs semaines. Il est entendu dans le cadre d’une enquête préliminaire supervisée par le parquet national financier au sujet d’éventuelles malversations alors qu’il était le directeur de l’hôpital d’Annecy entre 2015 et 2018. Au sujet de cette garde à vue, la direction du CHU de Nîmes contacté par notre rédaction ce lundi 23 mai à 16h, indique :  » Il n’y a aucun commentaire de la direction de l’hôpital à ce stade. »

Si Nicolas Best (*) est soumis au feu roulant des questions de la police judiciaire aujourd’hui, c’est pour apporter des précisions et se justifier sur certaines interrogations constatées durant les investigations… Des irrégularités éventuelles alors qu’il dirigeait le centre hospitalier d’Annecy et que des travaux avaient été réalisés pour un montant de près de 47 millions d’euros.

Un volet de l’enquête du parquet national financier concerne aussi des investigations dans le cadre de ses fonctions nîmoises et notamment de ses relations avec deux entreprises, deux sociétés œuvrant dans la conception et la réalisation de travaux dans les établissements hospitaliers. Des entreprises qui travaillaient avec le directeur de l’hôpital d’Annecy et qui ont continué à collaborer avec l’hôpital de Nîmes lorsque Nicolas Best en a pris la direction.

Le 10 février dernier une perquisition était survenue à son domicile de fonction et dans ses bureaux du CHU de Nîmes et de nombreux documents et pièces informatiques avaient été saisis. Dans le même temps, d’autres enquêteurs perquisitionnaient à l’hôpital d’Annecy et dans un logement, propriété de Nicolas Best.

Pour rappel le 10 février dernier, la direction du CHU de Nîmes indiquait par communiqué : « Une perquisition a eu lieu ce jour dans le cadre d’une enquête préliminaire menée par le parquet national financier et dans laquelle le nom du directeur général du CHU est cité au titre notamment de ses fonctions antérieures de directeur de l’hôpital d’Annecy. La direction de la communication souligne que ces perquisitions sont intervenues alors qu’aucune convocation préalable à une audition n’a été adressée et qu’il n’a fait à ce jour l’objet d’aucune audition de la part des enquêteurs. Le directeur général se tient bien sûr à la disposition des fonctionnaires de police et des magistrats et leur réserve exclusivement toutes les informations et précisions qu’ils jugeraient nécessaires. Le directeur général reste pleinement mobilisé dans l’exercice de ses fonctions. »

B.DLC

* Toute personne est présumée innocente tant qu’elle n’a pas été définitivement condamnée.

Boris De la Cruz

Journaliste, je suis passionné par les faits divers, la justice et la politique. Je collabore à Objectif Gard et à des médias nationaux.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité