A la uneActualitésÉducationGardNîmesSociété

NÎMES Méta-Jardin, mano a mano photo entre Arles et Nîmes

L'Hôtel Rivet à Nîmes (Photo Anthony Maurin).
L’entrée de l’Hôtel Rivet (Photo Anthony Maurin).

Des photographies d’étudiants de l’École supérieure des beaux-arts de Nîmes et de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles. Voilà ce qui sera à découvrir si vous franchissez les portes de Méta-Jardin, à l’Hôtel Rivet du 7 au 22 juillet 2022.

L’exposition Méta-Jardin est l’aboutissement d’un projet mené par Tadashi Ono et Brigitte Bauer, photographes et enseignants, avec 22 étudiants de l’Esban et de l’ENSP et Morteza Herati, artiste invité. Durant l’année 2021/22, au rythme de leurs multiples déambulations dans un périmètre se situant entre les villes d’Arles et de Nîmes ainsi qu’à leurs abords (Berre l’Étang, La Grande Motte, Pont du Gard…), ils ont cherché à documenter, réinterpréter, appréhender visuellement la complexité de notre environnement de manière singulière et multiple.

La cage d’escaliers de l’hôtel Rivet (Photo Anthony Maurin).

« Les récentes et successives restrictions de déplacements dues au contexte sanitaire nous ont amené à reconsidérer nos habitudes face à l’espace qui nous entoure dans notre quotidien urbain. Nous serions désormais plus attentifs au rapport que nous entretenons avec l’univers des vivants et prêts à observer notre milieu de manière alternative, tout en étant conscients de notre ère appelée l’Anthropocène« , explique le document évoquant l’exposition à venir. Pour cette exposition Méta-Jardin, nous cherchons à reconsidérer et à redéfinir la notion de jardin comme l’espace d’expérience physique et visuelle, où nous prenons conscience de l’environnement, de paysage, de marche, et d’image comme jardin virtuel. Les travaux visuels nés de ces questionnements et des séances d’exploration, prennent plusieurs formes : photographie numérique et argentique, vidéo, anthotype, installation, édition. »

Le hall d’entrée (Photo Anthony Maurin).

Voici un court texte écrit par les étudiants qui s’exposent : « Selon le paysagiste Gilles Clément, nous évoluons dans un Jardin planétaire. Le monde, cet enclos géant, abrite des milliers d’espèces animales et végétales qui co-existent, se croisent et évoluent, à travers un phénomène de vagabondage. Le vivant, par essence, se caractérise par ses mouvements, de la même façon que les traditions culturelles et intellectuelles mises en place par l’homme définissent ses façons de vivre avec et dans le monde au fil des époques. Mais qu’y a-t-il au-delà du jardin et que racontent nos façons de cohabiter ? »

Le plan de l’ésban (Photo Anthony Maurin).

Les participants sont Tarek Al Haddad, Adam Baillon, Doriane Bellet, Brigitte Bertelle, Simon Bouillère, Camille Canal, François Charbonnier, Nicolas Coquel, Florian Dautcourt , Antonio Del Vecchio, Thelma Garcia, Morteza Herati, Carmen Koerner, Antonin Langlinay, Lucie Le Cocquen, France-LanLê Vu, Huiqin Li, Laure Marc, Arthur Morin, Clarisse Piot, Kaelis Robert, Anaïs Roubertou, Marton Takacs.

Le vernissage aura lieu le 6 juillet à 18h. Entrée libre au 10 Grand’Rue à Nîmes du lundi au vendredi, de 13h à 18h.

Anthony Maurin

Bonjour, je m'appelle Anthony Maurin, j'ai 38 ans et je suis journaliste depuis près de 15 ans. Le sport, les toros, le patrimoine, le tourisme, la photographie et le terroir sont mes principales passions... Sans oublier ma ville, Nîmes!

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité