A la une
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 17.02.2015 - thierry-allard - 3 min  - vu 179 fois

DÉPARTEMENTALES 2015 Bagnols : les socialistes prônent « union et rassemblement »

Emmanuelle Crépieux et Jean-Yves Chapelet, candidats officiellement investis par le PS sur le canton de Bagnols (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Qui a dit que la gauche partait divisée sur le canton de Bagnols ? « La gauche n’est pas divisée, elle est unie », affirme Jean-Yves Chapelet, investi par le PS aux côtés d’Emmanuelle Crépieux face notamment au conseiller général socialiste sortant Alexandre Pissas.

« On a un leitmotiv : l’union et le rassemblement, appuie Jean-Yves Chapelet. On a l’investiture du PS, le PRG nous soutient, le MRC est présent ainsi que la société civile. Dans le Gard, je ne vois pas d’autre endroit où ça a été fait ainsi. »

« Les listes qui n’ont ni queue ni tête, ça pose un problème »

Aux côtés du premier adjoint bagnolais et de l’adjointe à l’éducation, c’est le chef d’entreprise Michel Valentin, responsable local du parti chevènementiste, et la retraitée tresquoise Maria Blériot, investie dans le milieu associatif et non encartée, qui ont été choisis.

Une équipe très axée sur la ville centre, pas un souci pour Jean-Yves Chapelet : « on a choisi une équipe en fonction des compétences, de notre complémentarité. »

Les candidats socialistes devront faire face à la concurrence d’une liste PCF-Front de Gauche et à celle du sortant Alexandre Pissas — qui part en binôme avec la maire divers droite de Sabran Sylvie Nicolle ­— pas reconduit par son parti. Un sortant pas épargné par Jean-Yves Chapelet : « le FN parle d’UMPS et quand on fait des listes qui n’ont ni queue ni tête, ça pose un problème. Nous on sait où on est, on est à gauche. La liste Pissas, je ne sais pas où elle est. Ça fait le lit du FN en faisant une confusion qui n’est jamais bonne. »

Au delà, pas question pour les candidats investis par le PS d’endosser le qualificatif de « téléguidés » : « notre volonté est claire depuis le début, le PS doit être présent, la gauche doit être représentée », pour Jean-Yves Chapelet. Emmanuelle Crépieux poursuit : « c’était impossible que le PS ne soit pas présent. »

Quant au risque de ne pas se qualifier pour le second tour, « il y a toujours des risques, quand on fait de la politique on n’est jamais certains de l’arrivée », explique Jean-Yves Chapelet, qui estime toutefois que « les électeurs ne se trompent pas. » En même temps, la gauche bagnolaise a l’habitude de ce genre de situation rappelle le premier adjoint bagnolais : « localement, on a toujours le PCF, le PS et un invité », comme aux dernières municipales à Bagnols ou encore (au hasard) à Tresques.

« On est des élus de proximité et on veut le rester »

Voilà pour la politique politicienne. Question programme, « on est ‘majorité départementale’, on a rencontré Jean Denat qui nous a apporté son soutien. Nous on assume le bilan complet, on a la même façon d’aborder les choses. Aucune ambigüité, notre programme sera celui de Jean Denat. »

Emmanuelle Crépieux détaille « la démarche » : « On prend des engagements. Par exemple, on a une antenne du Conseil général à Bagnols, un outil exceptionnel et complètement méconnu. Il faut que ce lieu vive, que les élus, les citoyens et les associations y trouvent un lieu ressource. »

Et Emmanuelle Crépieux de jouer la carte de la transparence et de la proximité : « on doit des comptes, on présentera un bilan annuel dans toutes les communes. On est des élus de proximité, disponibles, à l’écoute et on veut le rester. » « C’est ce qu’on a fait pour les municipales, c’est ce qu’on fait au quotidien, on ne se force pas », complète Jean-Yves Chapelet.

Et pour ce faire, les titulaires comptent aussi sur leurs remplaçants, et Jean-Yves Chapelet a déjà prévu de se dégager du temps : « si je suis élu, je lâcherai la vice-présidence de l’agglo, je resterai premier adjoint mais je ne garderai que la délégation des finances et je laisserai la présidence du conseil de surveillance du centre hospitalier. C’est la condition sine qua none depuis le début. »

La campagne lancée, l’équipe s’apprête à prendre la route des communes du canton dans une camionnette à leurs couleurs. « Nous n’aurons pas de local de campagne. On fera une campagne mobile », assure Emmanuelle Crépieux.

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais