A la une
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 31.03.2022 - philippe-gavillet-de-peney - 2 min  - vu 3797 fois

ÉDITORIAL Marine Le Pen : la p'tite (pas) bête qui monte...

Marine le Pen, candidate à la Présidentielle 2022 lors de son entretien avec Objectif Gard Photo : Yannick Pons - Yannick Pons

Marine le Pen, candidate à la présidentielle 2022 lors de son interview avec Objectif Gard (Photo : Yannick Pons) • Yannick Pons

On prend les mêmes et on recommence et c'est reparti pour un (2e) tour ! Si l'on en croit le dernier sondage réalisé par Elabe pour nos confrères de L'Express et publié hier, à 15 jours du premier tour de l'élection présidentielle, Emmanuel Macron et Marine Le Pen se retrouvent en position de faire bégayer l'histoire en se qualifiant pour le tête-à-tête final de cette Présidentielle 2022. Toujours en avance des intentions de vote avec 28% des sondés prêt à rempiler à ses côtés, le Président sortant voit pourtant son avance sur la candidate du Rassemblement national se réduire comme peau de chagrin. Désormais débarrassée des encombrants oripeaux couleur brun foncé de feu le Front national cher à son paternel, pas bête, la fille de Jean-Marie, qui leur préfère nettement le bleu ... marine plus seyant, affiche désormais une attitude et des propos beaucoup plus policés que naguère et un profil plus rassurant qui a conséquemment élargi son électorat vers la Droite traditionnelle conservatrice. Créditée à ce jour de 21% d'intention de vote, l'égérie du RN se présente bien armée pour la revanche de 2017, un face-à-face qui avait à l'époque largement tourné à l'avantage de l'ancien ministre de l'Économie. À condition toutefois de réussir son grand oral face aux Français... Selon ce même sondage, et alors que l'actuel chef de l'État caracolait en tête avec 61% début mars, les prévisions le créditent désormais de 52,5 % d'intentions de vote et sa blonde rivale de 47,5 %. À noter toutefois que 18% des sondés n'ont pas émis d'intention de vote dans l'hypothèse d'un duel Macron-Le Pen. De son côté, avec 15,5%, Jean-Luc Mélenchon et ses troupes ont entamé le sprint et se verraient bien coiffer au poteau les gars de (la) Marine et leur arracher le pompon. Alors bien sûr en quinze jours les choses peuvent encore évoluer dans un sens comme dans l'autre et les sondages ne valent que ce qu'ils valent mais toujours est-il que Marine Le Pen n'a jamais été aussi proche d'exploser le plafond de verre qui l'empêchait jusqu'alors de pouvoir briguer la magistrature suprême. D'autant qu'on peut imaginer que les électeurs d'Éric Zemmour et de Valérie Pecresse, à la peine et mal engagés pour se qualifier pour le deuxième tour (9,5% des intentions de vote, NDLR), pourraient être tentés d'offrir leur suffrage à la figure de proue du RN. Ne serait-ce que dans le cadre d'un vote de défiance à l'égard du président sortant dans un scrutin où l'abstention reste plus que jamais le facteur X d'une équation à plusieurs inconnues.

Philippe GAVILLET de PENEY

Philippe Gavillet de Peney

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais