A la une
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 09.06.2021 - abdel-samari - 2 min  - vu 1602 fois

ÉDITORIAL N'en déplaise au Guignol de la Drôme

Le président de la République Emmanuel Macron Photo DR - Remi Jouan

Les images sont choquantes, l'acte est grave. Comment imaginer qu'un individu ne trouve rien de mieux que de mettre une gifle au président de la République à l'occasion de sa visite dans la Drôme ? Que ce soit le Président ou n'importe qui d'ailleurs, la violence n'a aucun sens. Que l'on soit d'accord ou contre, que l'on ne partage ou pas les mêmes idées. Que l'on soit farouchement opposé à ce que le Président représente, il n'y a  jamais de bonnes raisons de faire appel aux instincts les plus primaires. Si l'on n'est pas content, il y a des urnes pour cela. Et si l'on est minoritaire avec ses idées, il faut se résoudre à s'incliner devant la majorité. C'est aussi et surtout cela la démocratie. Cet acte, aussi scandaleux qu'il soit, reste un cas isolé, fort heureusement. Rappelons-le. En giflant lâchement Jupiter c'est aussi Marianne que l'imbécile a souffletée et insultée. Et on se demande ce qu'il aurait pu advenir si l'agresseur avait été muni d'une arme ! ... Que le guignol à la baffe facile n'imagine pas qu'il est devenu un héros. À l'image de son acte il restera  un idiot. Pas plus, pas mieux. Qui en plus a raté son coup, car toute la classe politique s'est montré solidaire du Président face à ce comportement indigne. Sans compter que dans la foulée Emmanuel Macron a reçu des habitants de la Drôme, mais pas seulement, d'innombrables messages de sympathie. Ce geste violent est d'autant plus regrettable que le chef de l'État, à qui on reprochera pas un manque de courage, n'est pas opposé à la confrontation d'idées. Il aime plutôt cela. Au plus fort de la crise des gilets jaunes, il aurait pu s'enfermer dans sa tour d'ivoire. Il a préféré organiser des débats dans toute la France pour se confronter au réel et aller à la rencontre des Français. Dans cette démarche, ne soyons pas dupes, il y a de la malice électorale, mais son tour du pays pour aller prendre la température, il aurait pu aussi s'en passer. Comme de la gifle. Qui restera fort probablement comme le symptôme des tensions actuelles dans le pays. Exacerbé par des partis aux extrêmes qui, à coup de complots et de démagogie, veulent s'imposer dans l'opinion. Ils ont à moitié réussi sur une chaîne d'informations en continu qui n'a rien à envier à sa soeur d'outre-Atlantique, Fox News. Il en faudra largement plus pour convaincre la majorité du pays. N'en déplaise au Guignol de la Drôme et son coup pourri. Son coup pour rien.

Abdel Samari

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais