A la une
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 24.04.2022 - corentin-migoule - 4 min  - vu 409 fois

EN DIRECT Présidentielle : à Alès, une mobilisation mesurée mais de nouveaux visages

Le conseiller municipal Christian Chambon a relevé une centaine de votants en moins au bureau de vote de l'école primaire de Clavières. (Photo Corentin Migoule)

Il y a quinze jours, les Alésiens ont placé Marine Le Pen en tête (26,36%), juste devant Jean-Luc Mélenchon (26,13%), éjecté du second tour au profit d'Emmanuel Macron (21,42%). Aujourd'hui à la mi-journée, si le taux de participation moyen des 28 bureaux de vote de la ville n'est pas déterminé, il semble plus faible que le 10 avril dernier. Les assesseurs notent toutefois la présence aux urnes de nouveaux électeurs, lesquels ne s'étaient pas déplacés au premier tour. Un vote barrage à l'extrême-droite ou un coup de pouce à la candidate du Rassemblement national ? L'incertitude demeurera jusqu'à 20 heures.

17 heures : Les bureaux de vote alésiens ne sont pas tous logés à la même enseigne en matière de participation. Au bureau centralisateur de l'hôtel de ville, à deux heures du terme, 60% des inscrits se sont rendus aux urnes. "C'est un poil plus qu'il y a quinze jours à la même heure", prévient Simon Rossini.

La participation ne dépasse pas 43% au bureau n°1 des Près-Saint-Jean qui avait placé Jean-Luc Mélenchon largement en tête au premier tour.

Présidés par Hélène Cayrier et Marc Benoit, les deux imposants bureaux de vote de l'espace Jules-Cazot, qui réunissent plus de 2 100 électeurs, affichent une moyenne de 58% de participation. "On est sur les mêmes standards que la dernière fois mais avec quelques nouvelles têtes", avertit le dernier nommé.

À l'école du Faubourg du soleil, Nicolas Perchoc annonce que 670 des 1 078 électeurs inscrits ont fait le déplacement ce dimanche. Ce qui porte le taux de participation à 62%.

15 heures 45 : Présidente du bureau de vote n°1 de l'école primaire des Près-Saint-Jean, la conseillère municipale Léa Boyer s'est éclipsée quelques minutes pour accomplir son devoir civique à l'école maternelle Mandajors. Un bureau de vote qui, à un peu plus de trois heures de sa fermeture, a accueilli 57% des inscrits (909).

La conseillère départementale du canton d'Alès 1 a voté ce dimanche après-midi. (Photo Corentin Migoule)

14 heures 30 : Accompagné de sa fille, Paul Planque, élu d'opposition à la mairie d'Alès (Parti communiste français), a pris la peine d'aller voter à la halle des sports de Clavières. "Je suis un fainéant. Je préfète voter l'après-midi", a-t-il plaisanté.

Le communiste Paul Planque a voté à la halle des sports de Clavières. (Photo Corentin Migoule) 

12 heures 30 : Avec seulement 407 votants à la mi-journée, soit une grosse centaine de moins que le 10 avril dernier, le conseiller municipal Christian Chambon, mobilisé à la halle des sports de Clavières pour y tenir le bureau de vote de l'école primaire, annonce "une mobilisation générale moindre de manière certaine". "Normalement, le matin c'est toujours le pic du nombre de votants. Même si la météo n'est pas la même qu'au premier tour, le fait que les options soient réduites fait fatalement baisser la participation", commente-t-il. Tout près de lui, le bureau de vote Chantilly ne connaît pas meilleure fortune avec 11,16% de votants.

Midi : Il est 12 heures pétantes lorsque le conseiller municipal Alain Bensakoun annonce que la barre des 350 votants a été franchie au niveau du bureau centralisateur de l'hôtel de ville. "Je n'ai pas les chiffres exacts en tête mais c'est beaucoup mieux qu'il y a quinze jours", glisse-t-il. Il est l'un des seuls présidents de bureaux de vote à noter une hausse.

11 heures 55 : Peu avant midi, le bureau de vote de l'espace André-Chamson a vu se présenter 40% des inscrits (943).

11 heures 45 : Le petit bureau n°1 de l'école primaire du quartier des Près-Saint-Jean ne compte que 154 inscrits et une affluence famélique à l'approche de midi (seulement 34 votants). Juste à côté, le second, plus imposant (955 inscrits), n'a mobilisé que 172 électeurs en un peu moins de quatre heures.

11 heures 30 : Particulièrement souriants ce dimanche, Ysabelle Castor, conseillère municipale alésienne, et Arnaud Bord, conseiller municipal d'opposition et premier secrétaire fédéral du Parti socialiste du Gard, ont voté à l'école de la montée de Silhol. Ils y tiennent le bureau de vote n°2, lequel affiche 39,68% de participation à 12 heures, contre 52% le 10 avril dernier. Une baisse spectaculaire de plus de 12 points de pourcentage qui permet aux deux amis, supporters de l'OAC et présents dans la tribune de Pibarot ce samedi soir, de refaire le match de la veille. Comme plusieurs autres présidents de bureaux de vote, l'élue aux manifestations taurines dit avoir croisé "beaucoup de nouveaux visages" dans la matinée.

Arnaud Bord (PS) et Ysabelle Castor (LR) tiennent le bureau de vote n°2 de la montée de Silhol. (Photo Corentin Migoule)

11 heures : Avec 1 077 inscrits, le bureau de vote de l'école maternelle du Faubourg du soleil est l'un des plus importants de la capitale des Cévennes. Présidé par Nicolas Perchoc, élu de la ville et vice-président d'Alès Agglo, il a réuni 769 votants lors du premier tour. Ce dimanche, à 11 heures, 254 électeurs y sont déjà passés, soit une centaine de moins qu'il y a quinze jours à la même heure.

Nicolas Perchoc, conseiller municipal de la ville d'Alès. (Photo Corentin Migoule)

10 heures 15 : La conseillère municipale d'opposition Aurélie Wagner, ex-RN, et qui a rejoint le parti Reconquête d'Eric Zemmour en début d'année, a glissé son bulletin dans l'urne ouverte par Marie-José Veau-Veyret, dont le bureau de vote (Chantilly) est situé dans la halle des sports de Clavières.

9 heures 45 : Francis Bassier, conseiller municipal d'opposition de la ville d'Alès (Rassemblement national), accomplit son devoir citoyen à l'école maternelle Mandajors où, après 1 heures 45 d'ouverture, le bureau de vote a vu passer peu ou prou le même nombre de votants qu'il y a quinze jours (14%). Après s'être quelque peu emmêlé les pinceaux dans l'isoloir au point de se faire chambrer par un assesseur lui demandant s'il a "hésité", l'élu RN commente au sujet de sa candidate favorite : "On a marqué l'essai, mais on ne le transformera pas. En revanche, la prochaine fois sera la bonne."

Francis Bassier a voté à l'école maternelle Mandajors. (Photo Corentin Migoule)

9 heures : Dans la foulée, le premier magistrat de la capitale des Cévennes vote à son tour. Après s'être isolé, Max Roustan grille la politesse à une dame toute heureuse de laisser passer "Monsieur le maire".

8 heures 55 : Comme les 27 autres bureaux de vote de la ville, le bureau centralisateur de l'hôtel de ville est ouvert depuis déjà près d'une heure lorsque Christophe Rivenq, premier adjoint de la ville d'Alès, rieur, glisse son bulletin dans l'urne sous les yeux du maire, Max Roustan, et de Simon Rossini, responsable communication LREM dans le Gard.

Christophe Rivenq, tout heureux de voter ce dimanche matin. (Photo Corentin Migoule)

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais