A la une
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 27.02.2018 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 874 fois

EN DIRECT Qui sont les agriculteurs gardois présents au Salon ?

Ils s’appellent Adrien, David ou Frédéric… Jusqu’au 4 mars, plusieurs agriculteurs font la promotion de leurs produits du terroir. Dans quel but ?

Grand-messe de l'agriculture, le Salon parisien est prisé par les professionnels qui ont les moyens d'y monter. Jusqu'au 4 mars, viticulteurs, producteurs de bière et même éleveurs d'escargots s'exposent au pavillon 3 des régions françaises. Leur but ? Se faire connaître et vendre plus facilement leurs produits.

David Sève, secrétaire général de la FDSEA (Fédération Départementale des Syndicats Exploitants Agricoles) (Photo : Coralie Mollaret)

Il y d'abord David Sève. Alors oui, un nom pareil ça ne s'invente pas. Arboriculteur, le Gardois cultive aussi des céréales à Beaucaire. Si son visage vous est familier, c'est parce que l'agriculteur, en plus de ses fonctions syndicales a subi comme beaucoup des retards de paiement de la PAC (Politique agricole commune).

Cette année, c'est la première fois que ce professionnel vient au Salon de l'agriculture. Médaillé l'année dernière, il reconnaît que "c'est une vitrine du savoir-faire français. Ce n'est pas un vrai marché où les gens achètent... Toutefois, c'est utile pour la promotion de notre territoire."

Adrien Jourdan, éleveur d'escargots de la Vaunage. (Photo : Coralie Mollaret)

À ses côtés, il y a le jeune Adrien, 29 ans. Cet éleveur d'escargots se rend pour la première fois au Salon. De l'espoir plein les yeux, ce passionné espère se faire connaître afin de dynamiser son activité naissante.

Fabien de Lanzac et Frédéric Grasset du domaine de Lanzac (Photo : Coralie Mollaret)

En continuant notre balade, on tombe sur Frédéric Grasset. Son beau-père est propriétaire du domaine de Lanzac. Une propriété de 60 hectares plantée entre Lirac et Tavel. Insolite : sa belle-famille gère la propriété du pilote automobile Jean Alesi à Villeneuve. Son vin, labellisé AOP (Appellation d'origine protégée) répond à des règles strictes.

"Ce Salon est une chance supplémentaire de se faire connaître des Parisiens et du reste du monde...", explique-t-il. Si sa production a diminué de moitié cette année en raison de la sécheresse, ses bouteilles sont vendues aux États-Unis, en Europe -notamment en Norvège- et au Japon.

La Méduz : concentré de Méditérranée et d'Anduze (Photo : Coralie Mollaret)

On conclut cette escapade gardoise intra-muros avec la bière "made in Gard". Pour la deuxième année, Christophe est venu présenter son breuvage à Paris. L'une de ses productions, "la Blanche et Bio" est réalisée à partir de raspaillou. Du blé cultivé dans le Gard, servant à l'origine à faire du pain. Installé à Uzès, l'artisan fait plus de 50% de chiffre d'affaires pendant la période estivale. 

Coralie Mollaret

coralie.mollaret@objectifgard.com

Coralie Mollaret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais