A la une
Publié il y a 3 mois - Mise à jour le 16.10.2022 - marie-meunier - 3 min  - vu 786 fois

EN IMAGES Le public au rendez-vous pour les vendanges de l'Histoire à Chusclan

Ces 15 et 16 octobre, s'est tenue la 23e édition des vendanges de l'Histoire, à Chusclan. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce week-end, s'est tenue la 23e édition des vendanges de l'Histoire, à Chusclan. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ce week-end, les vendanges de l'Histoire étaient de retour pour une 23e édition, après deux ans d'interruption. Organisée par le syndicat des vignerons de Chusclan, la manifestation oenotouristique attire chaque année 4 000 à 5 000 personnes. La fête a encore connu un beau succès cette année : les rues du village pavoisées étaient bondées de visiteurs en quête de bons produits gardois, de tradition et qui ont pu en savoir plus sur l'appellation Côtes du Rhône Villages Chusclan (*).

Les femmes aussi savent manier le tonneau ! (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le programme de ces deux jours était bien rempli. Le samedi, la Jeune chambre économique de Bagnols et du Gard rhodanien a proposé un jeu de piste culturel dans le village, tandis que le syndicat a orchestré sa fameuse course de tonneaux. Il y avait aussi des voitures anciennes, un bar à vins, un spectacle de fauconnerie et de nombreux stands avec des vins et des produits du terroir. Ce dimanche, les visiteurs ont pu faire un véritable bond dans le passé durant la vendange à l'ancienne. Comme on la faisait avant les tracteurs et les progrès techniques.

Tout un cortège est parti de la place de l'église pour rejoindre la parcelle chemin du Mâle où un viticulteur a laissé quelques grappes pour l'occasion. En tête, on trouve la compagnie de la côte du Rhône gardoise suivie des ânes et de la charrette Saint-Vincent tirée par deux chevaux de trait chargés d'acheminer le matériel agricole. Ils ont ensuite ramené les cornues remplies de raisins sucrés gorgés de soleil.

"C'est sympa de continuer à faire vivre la tradition"

Serpette en main, les visiteurs étaient nombreux à ramasser les derniers grains de l'année et découvrir cette tradition. "Ça replonge dans les souvenirs, j'ai moi-même connu ces cornues. Quand j'étais jeune, je me faisais quatre sous grâce aux vendanges", indique Marylise, qui a participé pour la première fois à cette fête folklorique. "C'est sympa de continuer à faire vivre la tradition", se réjouissent Jean-François et sa compagne, Michèle, deux camping-caristes, eux-mêmes fils et fille de viticulteurs.

La compagnie de la Côte du Rhône gardoise ouvrait le cortège qui a marché jusqu'à la vigne. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Derrière les animaux, suit tout un flot de personnes en costume d'époque et de groupes folkloriques. Une fois de retour sur la place de l'église, le public découvre comment fonctionnait une cave d'époque. Plusieurs cavistes reproduisent les gestes de leurs aïeux et expliquent quelques méthodes anciennes de préparation du matériel. Il fallait par exemple mettre de l'eau chaude dans les tonneaux pour dilater le bois et ainsi qu'il devienne hermétique, avant d'y laisser reposer le vin.

Le public était nombreux pour écouter les techniques anciennes qu'utilisaient les vignerons. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Pour clôturer cette vendange historique, il fallait verser les raisins dans le pressoir vertical. Tandis que deux hommes vident les seaux un à un dans la machine, un autre fait tourner la manivelle. Le mécanisme écrase les grains de raisin sans abîmer les rafles (petites branches pédonculeux sur lesquelles les grains sont accrochés, NDLR). Le jus contenu dans cette dernière peut donner un goût amer, il ne faut donc pas les compresser. On obtient à la fin du jus de raisin fraîchement pressé, aussi appelé moût. Très goûteux et sans alcool, il ne faut tout de même pas en abuser pour éviter les désagréments digestifs. Mais un petit verre ne fait pas de mal et permet de trinquer à ce week-end, sympathique parenthèse au siècle dernier.

Marie Meunier

(*) L'appellation Côtes du Rhône Villages est présente sur cinq communes : Chusclan, Bagnols-sur-Cèze, Orsan, Codolet et Saint-Étienne-des-Sorts et bénéficie d'un terroir riche et varié. 

Découvrez notre reportage en images :

Le temps d'un week-end, Chusclan vit au rythme des vendanges de l'Histoire (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le temps d'un week-end, Chusclan vit au rythme des vendanges de l'Histoire (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La traditionnelle course de tonneaux, que le président du syndicat des vignerons de Chusclan, Grégory Brunel (au premier plan), remporte chaque année (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le temps d'un week-end, Chusclan vit au rythme des vendanges de l'Histoire (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Les rues de Chusclan étaient pavoisées pour l'occasion. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Le maire, Pascal Peyrière, avait lui aussi revêtu le costume d'époque. (Marie Meunier / Objectif Gard)

De nombreuses animations étaient proposées tout au long du week-end. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La compagnie de la Côte du Rhône gardoise ouvrait le cortège. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Une charrette tirée par deux chevaux de trait a acheminé le matériel agricole. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Plusieurs ânes faisaient aussi partie du cortège. (Marie Meunier / Objectif Gard)

La charrette Saint-Vincent a été décorée pour l'occasion. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Plusieurs groupes folkloriques composaient aussi le cortège. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Les visiteurs étaient nombreux à prendre part au cortège. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Et ils étaient aussi nombreux à ramasser les dernières grappes de raisins dans la vigne. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Ces derniers grains de raisin sont particulièrement sucrés. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Chacun met la main à la grappe... (Marie Meunier / Objectif Gard)

Toutes les grappes sont mises dans des seaux. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Les seaux sont ensuite chargés sur la charrette. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Pendant la vendange... (Marie Meunier / Objectif Gard)

Pendant la vendange... (Marie Meunier / Objectif Gard)

Tout est chargé sur la charrette. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Place ensuite au foulage et au pressurage. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Les grains de raisin sont versés dans le pressoir. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Il faut actionner la manivelle pour presser le raisin. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Le public a ensuite pu goûter le jus de raisin, aussi appelé moût. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Le liquide extrait est du jus de raisin, sans alcool. (Marie Meunier / Objectif Gard)

Marie Meunier

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais