A la une
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 05.03.2015 - tony-duret - 2 min  - vu 342 fois

FAIT DU JOUR L’espace Bourgier a 25 ans : l’anniversaire qui décoiffe

Les jeunes coiffeuses de l'Espace Bourgier. Photo Tony Duret / Objectif Gard

Alignées en rang, brosse dans une main, sèche-cheveux dans l’autre, les coiffeuses de l’Espace Bourgier à Nîmes réalisent les dernières retouches sur les têtes de leurs clientes. Ici, tout ressemble à un salon de coiffure à quelques exceptions près : la majorité des clientes sont des mannequins et les jeunes coiffeuses des étudiantes.

Créé il y a 25 ans par Robert Bourgier, l’espace éponyme n’a jamais cessé de former les futures générations de coiffeuses et aujourd’hui d’esthéticiennes. La jeune directrice de l’établissement, Eline Enriquez-Bouzanquet, a repris l’école en 2009 : « A l’époque, l’espace Bourgier était sur le Jean Jaurès et comptait une soixantaine d’élèves. Aujourd’hui, sur le site de la rue Henri IV depuis 2010, on a triplé de superficie et on accueille entre 150 et 170 élèves ». Dans cette école privée, les étudiants ont plusieurs options : le CAP, le BAC PRO et, à la rentrée prochaine, un nouveau BTS coiffure devrait faire son apparition.

Le coin esthétique. Photo Tony Duret / Objectif Gard

L’autre attrait de l’Espace Bourgier, c’est cette formation pratique que suivent les élèves : « On a un vrai salon de coiffure en face de Dhuoda, précise la directrice. Là-bas, les élèves apprennent non seulement la coiffure mais ils doivent aussi répondre au téléphone et gérer le salon dans son ensemble ». Les clients, essentiellement des habitués, en redemandent : « Il y a beaucoup de clients qui nous sont fidèles depuis le début. Et certains d’entre eux ont leurs chouchous », s’amuse Eline Enriquez-Bouzanquet. Une autre clientèle fréquente le salon : celle des personnes exclues du Samu social qui viennent se faire coiffer par les élèves environ deux fois par mois.

Encadrés par une vingtaine de professeurs, les étudiants sont placés dans des conditions de travail réelles et doivent au quotidien respecter des valeurs comme la politesse qui seront indispensables dans leur futur métier. Après l’école, les débouchés sont variés : « Les étudiants en esthétique partent vers la parapharmacie, dans des hôtels ou dans des spas. Pour les coiffeurs, certains rejoignent des enseignes prestigieuses comme l’Oréal, notre partenaire, ou ouvrent leur salon ».

Espace Bourgier – 2 rue Henri IV à Nîmes. 04 66 29 24 04. A partir de 2 600€ l’année.

Tony Duret

Tony Duret

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais