A la une
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 04.05.2022 - anthony-maurin - 5 min  - vu 469 fois

FAIT DU SOIR Le savoir-faire au service du spectacle : R2B déboule avec Hadrien en exemple

L'équipe de R2B production pour les opérations nîmoises (Photo Jean-Claude Azria). - JEANCLAUDE.AZRIA

Dans les gradins des arènes de Nîmes, avec en toile de fond le mur d'Hadrien et un camp romain. Au premier plan un autre romain... Romain Bilowus, le PDG de R2B (Photo Anthony Maurin).

R2B, société de production nîmoise, devient un acteur majeur du monde des spectacles culturels. À quelques jours de la grande première du nouveau spectacle Hadrien, cette pépite locale mérite le détour.

Les Grands Jeux Romains sont morts, vive Hadrien ! Si le nom change, la production aussi. Mais rassurez-vous, le spectacle sera assuré par les même protagonistes et les mêmes troupes. Si vous l'ignoriez, c'est une société nîmoise, célèbre à l'international, qui produit ce tout nouveau show. Une même équipe œuvre depuis des années dans la galaxie R2B et forme en quelque sorte son noyau dur. Marie-José Blancart, Yann Guerrero, Laurent Gonzalez, Olivier Vadrot, Éric Teyssier, Jvan Morandi, Christophe Dupin… Certains noms vous sont familiers, c'est normal.

75 millions de vues pour Notre-Dame de Paris

En partenariat avec la société Edeis, R2B a remporté les marchés publics pour l’organisation des spectacles romains des Arènes de Nîmes jusqu’en 2025 et de l’exploitation culturelle et touristique du théâtre antique d’Orange jusqu’en 2031. Producteur, producteur exécutif et éditeur de ces spectacles, R2B pourra y déployer son expertise dans les secteurs de la création artistique, de la conception et de l'organisation des spectacles vivants sans oublier la programmation artistique, la direction technique ou la gestion logistique.

Tout débute en 2010 à la création de R2B. Dix ans après, la société marque les esprits en France avec un concert mémorable de Jean-Michel Jarre en décembre 2020 dans une reconstitution virtuelle de Notre-Dame-de-Paris. Cette performance a été vue par 75 millions de personnes lors de sa diffusion en direct !

R2B et Romain Bilowus sont les producteurs du spectacle Hadrien, la guerre des Pictes qui se tiendra ce week-end aux arènes (Photo Anthony Maurin).

R2B développe un chiffre d’affaires annuel de plus de trois millions d'euros pour 2022 et l’entreprise compte douze salariés équivalents temps pleins. Le crédo de Romain Bilowus, son PDG, est axé vers le nomadisme, la liberté et des équipes de professionnels réunis en mode "projet." Le savoir-faire de R2B repose sur une coordination efficace des meilleurs professionnels de leurs domaines (auteurs, metteurs en scène, directeurs artistiques, programmateurs, directeurs de production...) dans le respect des envies et des compétences de chacun.

600 personnes travaillent autour du spectacle Hadrien

Romain Bilowus explique comment le spectacle Hadrien, la guerre des Pictes, a été monté : "Une production comme celle-là, c'est neuf mois de travail. Nos auteurs, Éric Teyssier et Yann Guerrero, sont partis d'une feuille blanche sur ce thème et ont bossé pendant trois mois sur le scénario. Puis, nous sommes passés à la phase de production, plus technique où l'on regarde la faisabilité de l'ensemble." Haut-parleurs, décors, chorégraphies, mise en scène... Il y en a des choses à penser ! Rajoutez donc quatre mois supplémentaires de travail pour assurer une certaine idée de la qualité. Vient alors la phase opérationnelle, celle des répétitions.

Un briefing dans les arènes avec quelques civils et sénateurs (Photo Anthony Maurin).

"La mairie de Comps nous accueille pour les répétitions. Il y a 500 reconstituteurs sur scène dans les arènes mais, en tout, on compte 600 personnes qui œuvrent pour ce spectacle. Ce temps nous permet de mettre en perspective les réalités du scénario et sa mise en pratique. Les troupes proposent parfois des choses qui enrichissent le spectacle." Là aussi, les répétitions sont une réalité, mais le jour J... c'en est une autre, surtout avec l'amphithéâtre comme décor somptueux. Les dimensions, les volumes, les angles de vue, il faut penser au maximum de choses.

Ce que par le passé les reconstituteurs avaient la chance de pouvoir faire la veille du premier spectacle, cette année, ils l'auront fait plusieurs fois. "Depuis quinze jours, on a pu, pour la première fois, travailler avec les décors et les troupes sur la piste des arènes. On a manipulé les décors et enchaîné les tableaux. On essaie de comprendre les besoins de chacun. Lors du dernier week-end de répétition, nous avons travaillé à rebours. On a commencé par la fin du spectacle de manière à ce que les troupes s'approprient pleinement leur rôle."

Ne vous inquiétez pas, les colonnes du temple seront hissées vers le haut le moment venu ! (Photo Anthony Maurin).

Mais pour une entreprise nîmoise, produire un spectacle dans les arènes... Ça fait quoi ? "On a l'habitude d'accompagner les gouvernements, dans le monde entier, sur la définition et la mise en œuvre d'une politique culturelle. Nous sommes très fiers de pouvoir travailler en local car nous avons une belle expertise à l'international. Nous sommes sûrement l'entreprise qui a le plus d'expérience dans la production de spectacles dans des sites classés à l'Unesco dans le monde. Être à Nîmes et pouvoir apporter au territoire cette expérience nous rend très heureux !"

Le sénat de Rome à Nîmes sera un peu plus garni le jour J (Photo Anthony Maurin).

R2B a en charge la création du spectacle, la responsabilité du plateau artistique, tout ce qui se passe sur scène, enfin en piste. Communication, commercialisation et gestion de la billetterie et l'accueil du public sont assurés par Edeis. Une complémentarité définie depuis le début. La mairie, elle, a un regard sur le tout via la DSP. Elle a par ailleurs été surprise d'avoir sur son territoire une si belle société qu'elle ne connaissait pas encore. Choisi pour trois ans par la Ville, le tandem Edeis-R2B a acté, avec la mairie, les trois thématiques du spectacle d'Hadrien dont le premier volet porte sur la guerre des Pictes.

Une aventure humaine, un spectacle pédagogique

Le plus compliqué dans ce genre de fresque humaine vivante, c'est... "L'accès du toril ! Mais comme tous les sites classés nous sommes contraints et nous nous adaptons toujours. Parfois, ces adaptations sont profitables. Faire d'une contrainte une opportunité, trouver une réponse qui va devenir un atout. Les dimensions du toril nous contraignent à faire un spectacle dans le spectacle avec un véritable ballet de manutention quand les décors changent d'un tableau sur l'autre. L'acoustique... On est dans un amphithéâtre plein de trous, le son se perd. Un acousticien de notre bureau d’études étudiera les lieux pour apporter les meilleures réponses afin d'assurer au spectacle du mois d'août un son de qualité."

Et voilà le temple édifié au coeur de la piste des arènes ! (Photo Anthony Maurin).

Autre contrainte ces dernières années, le déplacement des troupes qui arrivent de l'étranger. Italie, bien sûr, mais aussi Espagne, Suisse, Allemagne, Angleterre ou Croatie. La période Covid semble bel et bien derrière nous et tout le monde s'en réjouit. "C'est une vraie aventure humaine. Tout le monde est heureux de se retrouver et on l'a bien vu quand nous sommes allés à Modène pour répéter avec les joyeux Italiens. L'aventure recommence, je comprends aussi que le doute a pu s'installer quant au changement de délégataire mais c'est le spectacle qui va compter. On espère proposer au public un spectacle qui lui apprend quelque chose sur l'histoire de Nîmes."

Hadrien sera donc didactique et pédagogique. "Hadrien comme Nîmes Cité de Dieux ont pour ambition de faire comprendre aux spectateurs les fondements de Nîmes, son histoire. C'est un réel enjeu. Nous ne sommes pas un parc de divertissement, nous ne faisons pas de la projection d'images géantes où on voit de très belles choses, mais où l'on ne retient pas grand-chose. Notre volonté est de proposer une véracité historique. Notre cible est un public familial, on veut que les 5 à 80 ans apprennent des choses. Tout le monde doit comprendre ce qu'il voit. L'espace d'une parenthèse dans le temps, on doit vivre l'histoire et ce qui est bien c'est qu'avec l'aéroport qui ouvre la ligne Nîmes-Édimbourg le public pourra se rendre sur le vrai mur d'Hadrien !"

À quelques heures du grand saut et de la première représentation, Romain Bilowus et R2B attendent l'engagement de chacun en piste ou à côté. "J'espère qu'on sentira une énergie, celle que l'on a ressentie pendant la production du spectacle. J'espère que le spectacle sera fluide, que l'enchaînement des tableaux et des décors se passera bien. Je ne veux pas de longueur pour que le public ne s'ennuie pas. Il faut que nous soyons exigeants lors des répétitions, mais ne jamais nous endormir sur nos lauriers si tout va bien !"

Romain Bilowus (Photo Anthony Maurin).

Anthony Maurin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais