A la une
Publié il y a 4 mois - Mise à jour le 08.07.2022 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 14018 fois

GARD Disparition et meurtre de Marie-Pascale Sidolle : son ex-compagnon mis en examen et écroué

La section de recherches de Nîmes a interpellé un homme mercredi. Il est mis en examen et écroué ce vendredi pour "l'enlèvement et la séquestration suivis de meurtre" de l'aide-soignante.
Photo DR Marie-Pierre Sidolle/Facebook

Info Objectif Gard. Un homme âgé de 58 ans a été mis en examen ce vendredi au tribunal judiciaire de Nîmes pour "enlèvement et séquestration suivis de meurtre", et placé en détention provisoire. Il est suspecté d'avoir tué son ex-compagne et mère de sa fille, Marie-Pascale Sidolle, une employée de l'hôpital d'Avignon qui vivait à Roquemaure. Un dossier qui rebondit cette semaine avec l'arrestation mercredi matin du suspect. Ce dernier a été interpellé chez lui à Avignon par la section de recherches de Nîmes en charge des investigations dans cette affaire bien mystérieuse depuis le début. 

Tout démarre le 14 avril 2019, avec la disparition de Marie-Pascale Sidolle, une mère de famille et grand-mère sans histoire, qui se volatilise du parking de l’hôpital d’Avignon où elle venait prendre son service ce lundi de Pâques. Elle avait quitté un quart d'heure plus tôt son domicile de Roquemaure où elle vivait seule depuis quelques mois après s'être séparée de son compagnon.
Les caméras de vidéosurveillance du centre hospitalier prouvent qu’elle est arrivée seule ce 14 avril 2019 pour prendre son service. Elle conduisait sa voiture. Quelques minutes plus tard, elle est ressortie dans cette même voiture, mais elle était accompagnée d’un homme qui avait pris la place du conducteur. Marie-Pascale Sidolle était passagère avant, sans que l'on sache si elle était retenue de force dans l'habitacle ou si elle suivait cet homme qu'elle connaissait. Malgré les investigations importantes et la fouille d'un bois à Pujaut où son téléphone a borné en dernier, l'aide-soignante, unanimement décrite comme ponctuelle et sérieuse dans son travail, ne donnera plus de signe de vie.  

Des os retrouvés à Aramon en janvier 2021 relancent l'enquête

L'affaire rebondit en janvier 2021, avec des ossements humains trouvés par un chasseur sur la commune d'Aramon. L'ADN prouve que les os sont ceux de la mère de famille. Pour autant cette enquête de "disparition inquiétante", puis de "meurtre", est difficile car le meurtrier n'a pas laissé de traces exploitables. Les caméras de vidéosurveillance de l'hôpital et les caméras lors du retour dans le Gard de la voiture de Marie-Pascale Sidolle, n'ont pas permis d'identifier le mystérieux conducteur qui était introuvable malgré un appel à témoins lancé par les gendarmes. La voiture de la victime avait été retrouvée incendiée le lendemain de sa disparition, le 15 avril 2019, dans le quartier sensible de Monclar à Avignon.

Mais il en faut plus pour décourager la section de recherches de Nîmes. Pendant trois ans, les enquêteurs ont fermé les portes une à une, avant cette interpellation du mercredi 6 juillet 2022.

photo illustration

Un dossier vide, un homme qui nie les faits

"J'ai immédiatement fait appel de la décision de détention provisoire de mon client qui nie totalement les faits. Et je vais déposer dans les prochaines heures une requête en nullité de la mise en examen, affirme ce vendredi après-midi l'avocat du mis en cause, maître Carmelo Vialette. Ce dossier est vide, on retient sa culpabilité car il n'y a personne d'autre à accuser. C'est une mise en examen par défaut", dénonce le pénaliste nîmois. À suivre...

Maître Carmelo Vialette avocat de l'homme mis en examen pour le meurtre de son ex compagne

Boris De la Cruz

Boris De la Cruz

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais