A la une
Publié il y a 7 ans - Mise à jour le 01.10.2015 - thierry-allard - 3 min  - vu 235 fois

GARD EN PACA ? La droite appelle à l’organisation d’un référendum

Roland Chassain, Alain Dufaut, Jean-Marc Roubaud, Pascale Bories, Jean-Louis Banino, Patrick Vacaris et Carine Fournier, ce matin aux Angles (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

Le choix de la date, à deux mois des élections régionales, ne devait rien au hasard. Celui du lieu non plus, puisque c’est au Forum des Angles, à un jet de pierre d’Avignon et donc de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, que le Bon Sens Républicain avait choisi de se réunir pour évoquer la possibilité d’un rattachement du Gard à la région d’outre-Rhône.

Autour de Laurent Burgoa, le chef de file de la droite au Conseil départemental, plusieurs élus étaient présents, parmi lesquels les conseillers départementaux du canton Pascale Bories et Jean-Louis Banino, leur prédécesseur et vice-président du Grand Avignon Patrick Vacaris, le président du Grand Avignon Jean-Marc Roubaud, le sénateur de Vaucluse Alain Dufaut et le maire des Saintes-Maries-de-la-Mer Roland Chassain.

« Notre avenir passe plus par PACA »

« Nous lançons un appel au niveau du département pour que la population et les élus aient l’occasion de s’exprimer sur le devenir du Gard, que ce soit en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées ou en PACA », explique Pascale Bories. « Nous demandons une consultation, c’est aux gardoises et aux gardois de se déterminer », poursuit son binôme et maire des Angles Jean-Louis Banino, avant d’affirmer que « notre avenir passe plus par PACA. »

Pour appuyer leurs propos, les élus Les Républicains ont fait appel à la géographe et maître de conférence, accessoirement conseillère municipale d’opposition à Pont-Saint-Esprit, Carine Fournier. Avec force cartes « appuyées sur des chiffres de l’INSEE » sur les flux de personnes habitant dans une région et travaillant dans la région voisine, la géographe explique que « les liens les plus forts sont vers PACA et nettement moins vers le Languedoc-Roussillon. » On découvre sur la carte 23 173 déplacements du Gard vers PACA contre 13 778 vers le Languedoc-Roussillon et seulement 313 vers Midi-Pyrénées, via l’Aveyron. Et quand on affine, « on constate qu’il n’y a quasiment pas d’interactions entre le Gard et l’Hérault hors Montpellier, alors que vers PACA c’est un ancrage multi-territorial vers Avignon, Arles et Marseille », explique Carine Fournier.

« Une démarche qui correspond à la réalité d’un bassin de vie »

D’un point de vue économique, l’idée du rattachement du Gard à PACA se défendrait, à en croire le vice-président de l’UPE 30 le bagnolais Philippe Broche : « Il y a des liens avec PACA, toute une organisation économique a été mise en place ces dernières années, avec des groupements d’entreprises, des passerelles vers les grands donneurs d’ordres. Le Gard, à travers les flux économiques, est plus naturellement tourné vers PACA que vers Toulouse. »

« C’est une démarche cohérente, qui correspond à la réalité d’un bassin de vie », estime pour sa part le sénateur vauclusien Alain Dufaut, fustigeant au passage « des grandes régions déshumanisées, qui ne correspondent à rien. » Patrick Vacaris parlera quant à lui de « loupé législatif », quand Jean-Marc Roubaud arguera des compétences des collectivités territoriales, prenant l’exemple des collégiens villeneuvois, « qui quand ils ont des options à choisir, doivent aller à Nîmes, Uzès ou Bagnols alors qu’ils ont les mêmes à côté à Avignon, mais ils ne peuvent pas y aller car ce n’est pas la même académie. »

« Il faut sortir de ce mutisme »

Autre argument : la culture et les traditions. « Nous avons depuis toujours des liens avec le Gard, affirme le maire des Saintes-Maries Roland Chassain. Les traditions et les coutumes sont les mêmes, les deux rives du Rhône sont liées. » Là encore, pour appuyer leurs propos les élus convoquent un spécialiste, le vice-président du collectif Prouvènço Jean-Charles Tabacchi, qui estime qu’« au niveau sociolinguistique, le Gard en PACA c’est une évidence. Il y a une même langue vernaculaire, le provençal, et les mêmes centres d’intérêts, une culture commune. » Le manadier Pierre Aubanel évoquera quant à lui « le rôle très important du Gard au point de vue des traditions camarguaises. »

Ceci dit, les exécutifs départemental et régional, à gauche, ne veulent pour l’instant pas entendre parler du rattachement du Gard à PACA, pourtant légalement possible. Alors les élus du Bon Sens Républicain ont pris leur bâton de pèlerin et sont allés rencontrer les maires pour forcer le destin. Pour l’heure, les élus de droite revendiquent 76 signatures de communes à leur appel à une consultation sur les 353 que compte le département. 76 communes — parmi lesquelles Nîmes et Alès — qui représentent en tout 51,8 % de la population gardoise. Et encore, « il y a des pressions fortes pour que les maires ne signent pas cet appel », assure Pascale Bories, qui l’affirme : « le débat doit être ouvert, il faut que chacun donne ses arguments. Aujourd’hui on impose et on se tait, il faut sortir de ce mutisme. »

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais