Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 19.02.2022 - pierre-havez - 2 min  - vu 794 fois

GARD Violences conjugales, drogue, radicalisation : les nouvelles priorités fixées

Le procureur de la République de Nîmes Eric Maurel et la préfète du Gard Marie-Françoise Lecaillon signent le plan de prévention de la délinquance du Gard 2021 – 2024

Signature du plan de prévention de la délinquance du Gard 2021 – 2024 (Photo : PH)

Ce vendredi 18 février 2022, a préfète du Gard, Marie-Françoise Lecaillon a signé le nouveau plan de prévention de la délinquance du Gard pour la période 2021 à 2024 avec les procureurs de la République de Nîmes et d’Alès, Éric Maurel et François Schneider, la conseillère départementale Amal Couvreur, le lieutenant-colonel Didier Ressayre et le commissaire général, Pierre Delannoy.

« Nos priorités seront de lutter contre la délinquance des jeunes, les violences intrafamiliales et sexuelles, les trafics de stupéfiants, la radicalisation, mais aussi de renforcer la sécurisation des transports, indique Marie-Françoise Lecaillon. En effet, si la délinquance a globalement baissé en 2021 par rapport à 2019, et notamment les atteintes aux biens, les atteintes aux personnes ont de leur côté explosé de plus 13,5%, en particulier les violences intra-familiales (1 982 victimes contre 1878, NDLR) ou contre les forces de l’ordre (242 policiers et gendarmes visés contre 151 en 2020, NDLR). »

+ 60% de violences contre les forces de l’ordre

De mêmes, les infractions sur les stupéfiants bondissent (1 577 infractions contre 1 403 en 2020 en zone gendarmerie, NDLR) malgré 56 points de deal démantelés et plusieurs dizaines d’interpellations réalisées l’année dernière. « Autour d’Alès, nous observons par exemple une augmentation de plus de 30% des violences les plus graves et de 60% contre les forces de l’ordre, et, depuis la semaine dernière, contre un magistrat », s’alarme son procureur François Schneider, mettant par ailleurs en avant le risque croissant de la cyber-criminalité. « Mais il existe aussi de bons résultats comme notre taux d’élucidation de 40%, très largement supérieur à la moyenne nationale », tempère son homologue nîmois Éric Maurel.

Au premier plan, le procureur de la République d'Alès, François Schneider (Photo : PH)

Financements nationaux

Ces orientations seront ensuite déclinées au sein des conseils locaux de sécurité et de prévention de la délinquance (CLSPD) de chaque commune et collectivité du Gard, ainsi qu'auprès des associations partenaires de prévention ou de lutte contre les violences faites aux femmes (La CLède, le CIDFF, etc.), en finançant leurs actions par l’intermédiaire du fonds ministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation. L’efficacité de ce plan sera mesurée grâce à une évaluation tous les six mois de ses différents indicateurs.

Pierre Havez

Pierre Havez

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio