Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 06.03.2022 - anthony-maurin - 3 min  - vu 629 fois

JONQUIÈRES-SAINT-VINCENT La Préfète en visite pour imaginer l'avenir du village

Jean-Marie Fournier et Marie-Françoise Lecaillon (Photo Anthony Maurin).

Catherine Climent, Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, Catherine Climent, première adjointe, la préfète Marie-Françoise Lecaillon, Frédéric Martin adjoint aux finances, Jean-Marie Fournier, maire de Jonquières-Saint-Vincent et Françoise Dumas, députée du Gard (Photo Anthony Maurin).

Bienvenue à Jonquières-Saint-Vincent un village de 3 900 âmes qui passera la barre des 4 300 d'ici moins de dix ans. Il est temps de parler d'avenir avec Marie-Françoise Lecaillon, préfète du Gard, en déplacement dans le village.

"Ici, madame la préfète, vous avez une équipe top, une vraie équipe municipale !" lance la députée Françoise Dumas à la préfète qui ajoute, "J'aime bien les maires qui ont des projets !" Et c'est le cas, l'équipe en place depuis 2008 a de nombreux projets déjà réalisés ou encore à concrétiser.

Accompagné de Catherine Climent, sa première adjointe et de Frédéric Martin son adjoint aux finances, Jean-Marie Fournier, maire de Jonquières-Saint-Vincent, est un habitué des lieux. "Mon arrière-arrière-grand-oncle s'appelait Théophile Michel, il était le maire du village et c'est lui qui a construit cette mairie inaugurée en 1902-1903." Inspirée d'une construction qu'il avait vu alors qu'il était parti en cure à Vichy, le maire d'alors a érigé cette Mairie spéciale, atypique. "Il avait fait mettre une fontaine sur la place du village, il voulait créer une percée qui l'aurait mise en valeur... Depuis, on ne sait pas où est passée cette fontaine !" L'actuelle a été refaite en 2015.

La Mairie de Jonquières-Saint-Vincent (Photo Anthony Maurin).

Intriguée, la préfète se rappelle de son ancien poste. "À Vichy ? C'état mon dernier déplacement quand j'étais préfète de l'Allier, juste avant que je ne vienne dans le Gard." Après l'accueil protocolaire en Mairie, le petit cortège s'est rendu sur les lieux du Jonquières version 2030.

Nous voici juste à côté de la halle des sports inaugurée en décembre dernier (et qui a coûté 3,6 millions d'euros). "Je suis heureux d'avoir la visite de madame la préfète. Pour notre village, c'est important, très important. En tout cas ça nous donne de l'importance et en voyant ce que nous avons à faire, nous espérons qu'elle fasse remonter quelques dossiers, sans aide on ne peut pas tout faire ! Ici, Nous allons faire un pôle pour les enfants, pratique pour les parents. Nous avons déjà acheté une grande partie du foncier qu'il nous faut. Ici on aimerait transférer la maternelle et le groupe scolaire, créer une cuisine centrale qui servirait pour les écoles mais aussi pour les personnes âgées..."

À deux pas de la halle des sports, le futur pôle éducation de Jonquières (Photo Anthony Maurin).

La ZAC s'étendrait sur 6,5 hectares dont 1,4 en partie de réserve naturelle. Pour concrétiser toutes ses idées, le PLU doit être, révisé, changé. La Municipalité travaille sur le sujet. "Le but serait de faire tout d'un coup mais le budget est élevé, plus de cinq millions d'euros mais cela comprendrait le déménagement des 18 classes. Nous travaillons dessus, nous faisons des économies et notre désendettement est passé de neuf ans à cinq ans."

Pas mal d'établissements profiteraient de ce grand déménagement (Photo Anthony Maurin).

Libérer l'espace de la maternelle, par exemple, servirait pour créer d'autres projets. Pourquoi ne pas y imaginer de l'habitat pour les primo-accédants, pour de l'habitat mixte ou spécifique aux personnes âgées... Pour l'école Le Mistral, les Domaines ont donné leur expertise et estiment bâtisse et terrain à 610 000 euros. Un chocolatier de l'ouest du département serait intéressé mais la Mairie verrait bien un chef étoilé s'installer dans ces murs.

Sous les personnages inspirants de Frédéric Mistral et d'Alphonse Daudet peints en fresque par l'artiste de Saint-Remy-de-Provence Denis Carenco (Photo Anthony Maurin).

Pour l'école de Font-Couverte, celle qui surplombe la maternelle, et la maternelle, le maire estime une possible vente des locaux pour 600 000 à 800 000 euros. À la place un éco-quartier ? Pourquoi pas avec un habitat mixte ou plus vraisemblablement comme évoqué plus haut. "Ce qui est intéressant dans ce genre de projets, c'est de voir leur globalité. Pour qu'ils soient cohérents, il faut qu'ils comprennent de nombreuses choses. Dans le même temps, il est difficile de continuer avec des passoires énergétiques comme le sont les actuels bâtiments..." affirme la préfète Marie-Françoise Lecaillon.

Jonquières, un bien joli village (Photo Anthony Maurin).

Ces établissements scolaires sont tous dépassés ou en passe de l'être. Il faut dire qu'en 20 ans la population de Jonquières s'est fortement accrue. "D'un côté on est passé de trois classes à huit classes et de l'autre de trois à sept en moins de quarante ans. Depuis les crues du début des années 2 000 beaucoup de Beaucairois viennent habiter Jonquières et nous ne sommes pas loin de Nîmes alors..." Gageons de la qualité de services offerts à ses riverains par la Mairie. Après la visite du village, préfète, députée, maire et son équipe sont allés se restaurer rapidement à Saint-Roman avant de revenir en Mairie pour une réunion de travail.

Anthony Maurin

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio