Publié il y a 8 ans - Mise à jour le 03.05.2016 - abdel-samari - 2 min  - vu 308 fois

L’ECO DU MARDI L’hôtellerie de plein air, une autre façon de préférer ses vacances

Le Mas des Bulles perché dans les Cévennes à saint-Sébastien d'Aigrefeuille. Photo DR/S.Ma

En partenariat avec les CCI Alès et Nîmes, Objectif Gard vous propose, chaque mardi, un focus sur la situation économique du département. Ce mois-ci, zoom sur l’hôtellerie et camping de plein air, en fort développement dans de nombreux territoires de l’hexagone et particulièrement dans le Gard.

Patrick Chirac revient pour la troisième fois au camping des Flots Bleus dans Camping 3 le 29 juin prochain. Même si le film depuis sa première édition s'amuse du côté "has been" du camping, dans la réalité, l'hôtellerie de plein air est en pleine mutation depuis de nombreuses années en France. Véritable tendance, cette forme de vacances "pas cher" a muté pour s'adapter aux attentes d'une nouvelle clientèle, plus exigeante et plus aisée. Dans le Gard, les exemples ne manquent pas avec des offres de nuitée dans les arbres, dans des yourtes ou face aux étoiles, dans des bulles transparentes. Insolite ou plus glamour, l'offre est alléchante.

Selon une enquête de fréquentation d’hôtellerie de plein air en 2015 restituée par l’INSEE à l’ADRT du Gard, on constate que notre département est riche en camping. On ne compte pas moins de 164 campings pour 56580 lits soit 66 % des hébergements marchands de tout le Gard.

Dans le détail, tout ne se vaut pas. 40% des établissements comporte trois étoiles, 27% quatre étoiles, 14% deux étoiles et 8%, 5 étoiles.

En ce qui concerne la fréquentation, on remarque fort logiquement que les périodes les plus propices sont durant la période estivale en juillet et en août. Toutefois, de plus en plus, un étalement s'opère dès le mois de mai et jusqu'en septembre avec un taux d'occupation autour de 20 à 25%. Mieux, au mois de mai 2015 dans le Gard on enregistre une hausse de 17 % et de près de 5 % durant le mois de septembre. Là encore, les taux moyens d’occupation de la saison 2015 entre les emplacements nus et ceux qui sont équipés passent quasiment du simple au double en faveur de ceux munis d’un mobil-home ou d’un petit chalet. Aujourd'hui, on ne va plus au camping uniquement quand les hôtels sont pleins. C'est un véritable mode de vie et un choix délibéré pour passer de bonnes vacances.

Et le tourisme est aussi au rendez-vous dans les campings du Gard : la clientèle étrangère accueillie dans l’hôtellerie de plein air est à 81 % hollandaise, belge ou allemande. On note une écrasante majorité des nuitées hollandaises qui représentent 41 % des nuitées étrangères, suivies par les nuitées belges et allemandes. L’hôtellerie de plein air connait également une embellie pour les nuitées réalisées par la clientèle espagnole, italienne et suisse.

Mode ou véritable tendance durable, le camping semble donc avoir encore de beaux jours devant lui ... D'autant que l’hôtellerie traditionnelle a tendance à occuper de plus en plus le cœur des villes, il laisse le champ libre au développement de ces nouveaux modèles qui devrait encore faire des petits avec l'explosion de l'« Uber économie ».

Abdel Samari

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio