A la une
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 25.04.2022 - corentin-migoule - 2 min  - vu 759 fois

LÉGISLATIVES Jean-Charles Bénézet : "Il aurait fallu lâcher la mairie, ce que je ne souhaite pas du tout"

Jean-Charles Bénézet dans son bureau en mairie. (Photo Corentin Migoule)

Investi chef de file par l'Union des démocrates et indépendants (UDI) en début d'année, le maire de Saint-Christol-lez-Alès renonce officiellement à une candidature aux élections législatives sur la 5e circonscription au nom de son "respect" pour la candidature Les Républicains et de son engagement communal.

Ce n'est pas tout à fait une surprise, pas plus qu'une déflagration. Mais la décision que vient de prendre Jean-Charles Bénézet au lendemain de la réélection d'Emmanuel Macron, et alors que tous les partis se ruent vers le "troisième tour", dénote dans le mundillo politique local. Car si d'aucuns sont tentés de prôner la sacro-sainte "union" à l'envi, peu d'élus savent s'effacer le moment venu pour la mettre véritablement en œuvre.

"Je déclare officiellement que je ne pars pas aux législatives sur la 5e circonscription", balance ce lundi le maire de Saint-Christol-lez-Alès, qui avait été investi chef de file par l'UDI en début d'année. Et d'ajouter : "J'attendais le second tour pour me positionner. Comme toujours depuis que je fais de la politique, je ne partirai pas contre un candidat Les Républicains. C'est ma ligne de conduite. Qui plus est quand cette candidate est également ma binôme au conseil départemental. En plus, elle est plus motivée que moi pour y aller."

Jean-Charles Bénézet se positionne pour Philippe Ribot

Jean-Charles Bénézet évoque évidemment la conseillère municipale de la ville d'Alès, Léa Boyer, avec laquelle il a été élu conseiller départemental sur le canton d'Alès 1 en juin 2021. Même s'il a un temps revendiqué sa "légitimité" inhérente à son score "honorable" réalisé en 2012 lorsqu'il avait obtenu 18% des suffrages exprimés au premier tour des Législatives sur cette même circonscription, le maire de Saint-Christol-lez-Alès fait aussi valoir son attachement à la deuxième commune d'Alès Agglomération pour justifier son choix : "Il aurait fallu lâcher la mairie, ce que je ne souhaite pas du tout. J'ai beaucoup pensé aux Saint-Christolens au moment de prendre ma décision. Ils s'inquiétaient déjà l'an dernier lorsque j'ai été élu au Département. Je les avais assurés que je ne les lâcherais pas ! D'ailleurs, ils n'ont pas vu la différence depuis."

Désormais, celui qui est aussi vice-président de l'Agglo observera "attentivement les tractations" entre le Centre et la Droite sur les différentes circonscriptions gardoises. Car s'il a volontiers tendu la main au rassemblement, Jean-Charles Bénézet attend que lui soit rendue la monnaie de sa pièce. Un Philippe Ribot incarnant une candidature de l'union de la Droite et du Centre sur la 4e circonscription, avec un retrait des Républicains, lesquels se mettraient en ordre de bataille derrière le maire de Saint-Privat-des-Vieux, serait perçu comme un "très bon signal" par l'élu saint-christolen.

Corentin Migoule

La réaction de Léa Boyer : "Je remercie Jean-Charles Benezet, mon binôme avec qui j’ai beaucoup de plaisir à travailler dans l’intérêt du canton d'Alès 1. Au vu du travail que nous accomplissons depuis juin 2021, on ne pouvait pas aller l’un contre l’autre. Il peut compter sur mon engagement pour défendre la vision commune que nous avons dans l’intérêt du territoire."

Corentin Migoule

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais