Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 24.04.2022 - thierry-allard - 3 min  - vu 424 fois

PRÉSIDENTIELLE À Bagnols-sur-Cèze, Marine Le Pen devant d'une courte tête

La joie du président de l'Agglo du Gard rhodanien Jean-Christian Rey, du co-référent gardois de LREM Jérôme Talon, du député Anthony Cellier et du maire de Bagnols Jean-Yves Chapelet, à l'annonce de la victoire d'Emmanuel Macron ce soir (Photo : Thierry Allard / Objectif Gard)

La joie en mairie de Bagnols à l'annonce de la victoire d'Emmanuel Macron (Marie Meunier / Objectif Gard)

Comme au premier tour il y a deux semaines, la candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, arrive en tête ce dimanche soir à Bagnols, dans un fief de La République en marche, avec 51,61 % des voix (4 104 voix) contre 48,39 % (3 848 voix) pour Emmanuel Macron. 

Pas de quoi ternir la joie des élus LREM locaux, le député Anthony Cellier, le président de l’Agglo du Gard Rhodanien, Jean-Christian Rey, et le maire de Bagnols, Jean-Yves Chapelet, même si ce dernier n’est pas encarté, à l’annonce des résultats nationaux. « Je suis satisfait de la réélection du président de la République, dans un contexte plus délicat qu’en 2017, avec des sérieuses questions sur le vote qui s’était porté sur Jean-Luc Mélenchon », affirme le co-référent gardois de LREM, le Bagnolais Jérôme Talon. 

Cependant, « L’extrême-Droite n’a jamais été aussi forte dans notre pays », relève Jérôme Talon, qui estime qu’il faut « se poser des questions ». Ainsi, « ce sera à nous de tenir compte du vote massif du premier tour pour Jean-Luc Mélenchon, être à la hauteur. Mais ça ne veut pas dire qu’on va se renier. On va continuer les réformes, mais ce sera sur la méthode, au niveau national les gens ont pu se sentir pas écoutés », poursuit-il. 

Et au niveau local, « il y a quelque chose qui visiblement n’imprime pas complètement dans le Gard, l’inquiétude du premier tour est toujours là. L’extrême-Droite est massivement présente dans notre département », reconnaît Jérôme Talon. Alors pour les législatives, qui « démarrent demain, il va falloir mener un vrai travail sur le terrain ». 

Message reçu par le député sortant LREM Anthony Cellier, candidat à sa propre succession sur la troisième circonscription. « Je vais poursuivre ce que je fais depuis quatre ans et demi : travailler, bosser pour la circonscription et pour les missions qui m’ont été confiées au niveau national. » Cette victoire nationale du soir, le député la prend « avec humilité. On ne peut pas se résigner que dans notre pays il y ait des scores aussi importants pour le RN ». 

Pour autant, le Bagnolais refuse de « stigmatiser le vote Marine Le Pen. Il est l’expression d’une colère, et face à ça il n’y a pas 36 solutions : il faut travailler, convaincre ». 

Dans le camp d’en-face, on a le sourire malgré la défaite. « Nos résultats prouvent qu'une grande force s'est levée, estime Corine Martin, représentante du RN à Bagnols. Je pense qu'aujourd'hui, il nous faut capitaliser sur ce résultat qui est quand même historique. » Et ça passe par les Législatives, qui suivront en juin. 

Car à Bagnols comme dans de nombreuses communes du Gard Rhodanien, le RN fait la course en tête ce soir. « C’est une grande fierté. Il y a eu notre électorat mais je pense que le peuple a voté, a enfin décidé de montrer sa vraie opposition, affirme Corine Martin. Il voulait un changement au niveau gouvernemental. » 

Dans le détail, on constate qu’Emmanuel Macron a bénéficié d’un large report de voix, doublant son nombre de suffrages par rapport au premier tour (de 1 804 à 3 848 voix), insuffisant toutefois pour le faire passer en tête, Marine Le Pen ayant elle aussi bien augmenté son capital voix (de 2 629 à 4 104 voix). Reste que comme ailleurs, le taux d’abstention est élevé ce soir à Bagnols avec 33,45 %, soit 2 % de plus qu’au premier tour il y a deux semaines. 

Thierry ALLARD

thierry.allard@objectifgard.com

Thierry Allard

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio