A la une
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 11.09.2022 - corentin-corger - 3 min  - vu 1590 fois

TEMPS ADDITIONNEL Nîmes-Bastia vu à la loupe

Thibaut Vargas a été exclu tôt dans la rencontre (Photo Anthony Maurin). - Anthony MAURIN

Axel Maraval a été décisif ce soir (Photo Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

Chaque lendemain de match du Nîmes Olympique, Objectif Gard vous propose de revenir sur la rencontre passée à travers plusieurs points. Zoom sur ce qu'il faut retenir après ce triste match nul entre Nîmes Olympique et Bastia (0-0). 

L'analyse : La principale information à retenir c'est que Nîmes Olympique fait à nouveau tourner le compteur avec ce point récolté après deux défaites consécutives, ce qui porte la série à trois matches sans défaite aux Costières. Mais sinon, il y a peu de choses à retenir de cette rencontre en termes de jeu produit. En difficulté, les Crocos ont été réduits à dix dès la 28e minute de jeu après un carton rouge logique reçu par Vargas, le premier de sa jeune carrière. Les locaux ont réussi une bonne entame de deuxième période avec deux actions coup sur coup (57e et 59e) mais Boucher s'est interposé devant Tchokounté puis Pagis. Dans la foulée, l'exclusion de Vincent semblait être un tournant en faveur des Nîmois mais ce ne fut pas le cas. Derrière, les hommes de Nicolas Usaï ont manqué d'allant offensif pour marquer ce petit but de la victoire et ont été trop frileux offensivement. Les Bastiais ont même terminé la rencontre à neuf au terme d'une partie âpre et rugueuse qui ne restera pas dans les annales. Les Nîmois descendent à la 14e place et n'ont que deux points d'avance sur la lanterne rouge, Rodez.

Le Croco clé : Axel Maraval décisif !

Hier, en conférence de presse d'avant-match, son coach insistait sur le fait qu'il n'y avait pas de hiérarchie établie au poste de gardien de but. Force est de constater que la donne a certainement changé après cette huitième journée. Dès la 5e minute, Maraval a été décisif en remportant son duel devant Alfarela. Juste avant la pause, c'est sur une frappe lointaine que l'ancien dunkerquois s'est déployé pour éviter aux siens d'être mené. Une prestation aboutie à l'image de ses sorties aériennes où il a su faire preuve d'autorité dans sa surface. Il dégage une certaine sérénité que l'on peut parfois reprocher à Dias. À noter la belle performance défensive de Guessoum, surtout en deuxième période, celle de Fomba qui a grappillé quelques ballons au milieu et puis Tchokounté qui a joué esseulé à la pointe de l'attaque. Le Niçois a su conserver des ballons alors que le NO était en infériorité numérique.

Les notes :

Axel Maraval (6)

Thibaut Vargas (2)

Ronny Labonne (5)

Maël Durand de Gevigney (5)

Kelyan Guessoum (6)

Patrick Burner (5)

Lamine Fomba (5)

Jean N'Guessan (4)

Mickaël Pagis (5)

Malik Tchokounté (6)

Elias Mar Omarsson (3)

Nicolas Usaï, entraîneur Nîmes Olympique (Photo Anthony Maurin). • Anthony MAURIN

La décla' : "Très sincèrement à onze, j'ai eu le sentiment que l'on était plus en danger que quand on s'est retrouvé à dix. À onze, on essayait de ressortir et on a eu des situations où Axel Maraval a été très bon."

En conférence de presse d'après-match, Nicolas Usaï a évidemment constaté le manque d'appétence offensive de son équipe en début de rencontre lorsqu'elle évoluait encore à onze. En effet, quand les Crocos se sont retrouvés à un de moins et un passage en 4-4-1, ils ont retrouvé des couleurs. À l'image du premier quart d'heure de la deuxième période où les Rouges ont enfin eu des opportunités et cadré au but. Pagis aurait pu fêter parfaitement sa première titularisation en professionnel mais il a buté sur le portier adverse. Derrière, les Gardois n'ont pas su garder cette dynamique.

L'image : Les Gladiators sont restés dehors ! Ils avaient annoncé en début de semaine leur retour au stade des Costières pour cette rencontre. De son côté, Rani Assaf, qui ne veut plus entendre parler de ce groupe depuis l'épisode de Dunkerque et les insultes proférées à son encontre, avait passé des consignes pour ne laisser entrer aucune bâche, drapeau et banderole à l'effigie des GN91. Le moment de l'arrivée des Gladiators, drapeaux en main, devant la tribune Sud était donc redouté. Une vingtaine de policiers était présent à cette occasion. Une demi-heure avant le match, environ 200 supporters se sont avancés. Malgré un échange du président des GN Dimitri Pialat avec les agents de sécurité, le club n'a pas changé son fusil d'épaule. Pour les ultras nîmois, hors de question d'entrer sans leur matériel. Alors dans le calme, ils ont décidé de rebrousser chemin après avoir entonné quelques chants. Il ne reste que trois matches à disputer dans le stade des Costières avant de déménager aux Antonins et on ne reverra sans doute pas les GN91 d'ici là.

Corentin Corger

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio