Publié il y a 1 an - Mise à jour le 29.12.2022 - Thierry Allard - 2 min  - vu 364 fois

2022 DANS LE RÉTRO C’est sec, c’est chaud, ça brûle

Le feu de Bordezac et les pompiers à la lutte sur chaque maître carré. Photo Sdis/30

2022 s’achève, il est grand temps de jeter un oeil dans le rétro de ce qui a fait l’actualité tout au long de l’année sur Objectif Gard. Pour ce nouveau numéro de la rétro 2022, retour en juillet et en août.

Si le Gard n’a pas été le seul département touché par les feux de forêts cet été, loin s’en faut, il n’aura tout de même pas donné sa part aux chiens. À l’heure des comptes, les chiffres sont éloquents : 1 800 départs de feux et 2 200 hectares brûlés sur la saison feux de forêts, les pompiers n’ont pas chômé. Les noms des communes concernées font remonter de très mauvais souvenirs : Bordezac début juillet, plus de 650 hectares détruits et un village évacué, Vallabrix, plus de 40 hectares, Manduel, puis Aubais début août, plus de 350 hectares ravagés… Des feux nombreux encouragés par un été chaud mais surtout sec.

Très sec, même. Alors que l’eau vient à manquer, certaines communes, comme Saint-Marcel-de-Careiret, à une quinzaine de kilomètres de Bagnols, devant même être alimentées par camions-citernes depuis le printemps, la préfecture prend des restrictions tout au long de l’été, parfois sévères. Face à cette sécheresse jamais vue ou presque, certains vont jusqu’à remettre en cause leur activité professionnelle. Ainsi en août, des éleveurs de brebis se mettent à vendre leurs bêtes, parfois sur le Bon Coin, faute de pouvoir les nourrir : pas d’herbe à brouter, et un prix du fourrage qui s’envole. L’offre et la demande…

S’il y en a bien un qui n’a pas connu la sécheresse ce soir-là, c’est bien Julien Doré. Le très populaire chanteur originaire d’Alès donnait un concert tout début juillet aux arènes de Nîmes, concert qui restera dans les annales, notamment à cause d’une bonne averse orageuse. Une panne de fibre et une demande en mariage plus tard, le show s’achève et laisse des souvenirs impérissables à tous ceux qui ont eu la chance d’y assister.

Enfin, au rayon faits divers, signalons ce bébé de 7 mois mordu à la joue fin juillet près de Nîmes par… un humain. Sans doute quelqu’un qui prend trop à la lettre l’expression « mignon à croquer ». Souvenons-nous aussi de cette intoxication collective au chlore dans une piscine du camping de l’Espiguette, au Grau-du-Roi, mi-juillet, qui laisse un mystère en suspens : pourquoi aller à la mer pour se baigner dans une piscine ?

Thierry Allard

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio