A la une
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 01.08.2022 - marie-meunier - 4 min  - vu 16451 fois

FAIT DU JOUR À Aubais, 350 hectares brûlés : "Notre petit coin de paradis va prendre un grand coup"

Le feu d'Aubais a brûlé 350 hectares de pinèdes et de chênes verts, dimanche 31 juillet. (photo SDIS 30)

Les habitants évacués observent l’incendie avec inquiétude (photo Norman Jardin / Objectif Gard)

Difficile pour Romain de dire combien de temps s'est écoulé entre le moment où sa fille lui a montré les canadairs qui volaient au-dessus de la maison et le moment où il a dû évacuer ne prenant avec lui que l'essentiel. Dans ces moments, les minutes se confondent avec les heures. Ce papa et sa famille font partie des habitants d'Aubais qui ont dû quitter dimanche après-midi leur habitation menacée par les flammes. 350 hectares de pinèdes et de chênes verts ont été brûlés.

Dimanche 31 juillet, 14h57. Les sapeurs-pompiers commencent à intervenir sur un feu de forêt qui s'est déclaré à Aubais à proximité de la route départementale 12. Presque au même moment, un feu de végétation démarre aussi à Beaucaire. Ce dernier évoluera rapidement de manière favorable. À Aubais, la situation est plus délicate. Les vents changeants compliquent la mission des soldats du feu. Le panache de fumée est visible depuis Nîmes et à plusieurs kilomètres de là.

Quatre soldats du feu ont malheureusement été blessés alors qu'ils essayaient de contenir l'incendie. "Un camion citerne feux de forêt a brûlé partiellement, suite à un changement brutal du vent. Ils (les pompiers à bord) se sont faits prendre par le feu et malgré la procédure de mise en sécurité, on a trois blessés légers qui ont été hospitalisés à Nîmes et un blessé grave en urgence absolue évacué par hélicoptère au centre hospitalier de Montpellier. Il a des brûlures aux mains et au visage", déplore le commandant Borelly. Deux autres pompiers ont eu un coup de chaud et ont respecté une période de repos, avant de repartir à la lutte.

Le feu d'Aubais vu du ciel . (SDIS 30)

Les papiers, les chats, les poules et on évacue

Côté civils, aucune victime n'est à déplorer. Dès le début de l'incendie, le centre équestre d'Aubais et une maison à proximité ont été mis en sécurité. Sur un chemin, deux jeunes filles quittent la zone dangereuse choquées. Mais elle ont la satisfaction d'avoir sauvé deux chatons promis aux flammes. Tous les animaux et habitants ont été évacués. On charge à la hâte les moutons dans les voitures et les chevaux dans les remorques. Les évacuations préventives se sont étendues au fur et à mesure de l'après-midi et selon la progression des flammes. "Au début, je n'étais pas affolé. Je disais à ma fille : "Ne t'inquiète pas, il doit juste y avoir un incendie dans le coin". Puis, je suis sorti, j'ai vu l'amas de fumée et j'ai paniqué. Avec ma femme et ma fille, nous avons commencé à préparer nos affaires au cas où. Mais très vite les gendarmes sont arrivés, ont toqué à notre portail pour nous obliger à évacuer", témoigne Romain.

Il a juste eu le temps de prendre quelques papiers, les chats, les poules et les deux voitures. Dans un premier temps, un couple d'amis a hébergé la famille puis ils se sont rendus à la salle communale d'Aubais. La mairie a activé son Plan communal de sauvegarde (PCS) a ouvert cet espace pour accueillir et ravitailler en nourriture et en eau près de 700 personnes. "Maintenant, on est dans l'attente avec la boule au ventre pour savoir si on va devoir tout reconstruire ou pas. Quoi qu'il en soit l'environnement en sera impacté et notre petit coin de paradis va prendre un grand coup", se désole le papa.

"Les sapeurs-pompiers vont lutter toute la nuit pour protéger les habitations et circonscrire le feu"

À 22h30 ce dimanche, le commandant William Borelly indiquait : "Le feu dont l’intensité baisse fortement, est en évolution favorable mais il n’est pas fixé. Les sapeurs-pompiers vont lutter toute la nuit pour protéger les habitations et circonscrire le feu". La mairie a tout de même informé les habitants qu'ils pouvaient regagner leur domicile, en gardant les fenêtres fermées pour se prémunir de la fumée. Le bilan provisoire d'hier soir faisait tout de même état de deux habitations, de deux hangars de stockage divers de 70 m² et d’un mobil-home détruits par le feu.

De nombreux moyens ont été engagés pour circonscrire le feu qui s'est étalé jusqu'aux communes d'Aigues-Vives et de Villetelle (Hérault). À 19h30, alors que le sinistre évoluait enfin favorablement, 450 sapeurs-pompiers se trouvaient sur les lieux. Plusieurs colonnes sont venues en renfort des autres départements. Au plus haut, les effectifs ont dû atteindre 670 sapeurs-pompiers. Plusieurs largages ont aussi été effectués : neuf pour le Dash, 80 pour les canadairs et 57 pour les deux hélicoptères bombardiers d’eau du SDIS 30.

L'autoroute A9 coupée dans les deux sens pendant trois heures

Dans le village d'Aubais, des habitants ont fait preuve d'une grande solidarité. Des riverains ont aidé les pompiers en aspergeant les flammes avec leur propre tuyau d'arrosage.  Il y a aussi ceux qui ont participé à l'évacuation des chevaux du centre équestre, et beaucoup d'autres petits ou grands gestes.

Mais chacun à Aubais se souviendra de ce dimanche 31 juillet 2022 et de la violence du brasier. Il a tout de même engendré la fermeture de l'autoroute A9 entre Lunel et Gallargues-le-Montueux entre 16h30 et 19h30. La visibilité était trop altérée et il s'avérait dangereux de rouler dans ces conditions. La prudence doit rester de mise ce lundi 1er août : tout le Gard est placé en vigilance orange risque incendie sauf le Gard rhodanien qui est en vigilance rouge. Météo France passe également le département en vigilance orange canicule à partir de cet après-midi.

Marie Meunier et Norman Jardin

À relire sur le même sujet : www.objectifgard.com/2022/07/31/aubais-le-violent-feu-de-foret-a-parcouru-deja-plusieurs-hectares/?fbclid=IwAR1-fYgfCkSf-e8tLluIlT9vorAr0d1DbGrLlew5M7eijHv0yk15dCDCqM0

Marie Meunier

A la une

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio