Actualités
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 11.02.2021 - corentin-corger - 2 min  - vu 3194 fois

CORONAVIRUS Directeur général de l’ARS Occitanie : "Nous avons une inquiétude sur la dynamique des variants"

Pierre Ricordeau, directeur régional de l'Agence Régionale de Santé Occitanie [Photo via MaxPPP] - PHOTOPQR/LE REPUBLICAIN LORRAIN

Fréquemment, Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS Occitanie, fait un point sur la situation de l’épidémie dans notre région. C'était de nouveau le cas ce jeudi après-midi. Si le taux d’incidence est légèrement en baisse, ce dernier s’inquiète de la propagation des variants de la Covid-19.

Pour ce nouveau point, Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS, a commencé par une nouvelle plutôt encourageante : "depuis une dizaine de jours, on assiste à une certaine stabilisation du taux d’incidence qui est retombé avec une moyenne régionale redescendue autour de 190." Le nombre de nouveaux cas positifs en une semaine pour 100 000 habitants est donc est en légère baisse même si ce chiffre est quasiment quatre fois supérieur au seuil d’alerte de la pandémie.

Si la baisse est générale dans les 13 départements, quatre d’entre eux conservent néanmoins un taux d’incidence supérieur à 200. C’est le cas pour la Haute-Garonne, la Lozère, le Tarn et le Gard. Dans notre département, on compte 239 hospitalisations dont 39 en réanimation, selon les chiffres publiés mardi soir. On recense près de 700 nouvelles hospitalisations par semaine en Occitanie dont 150 en réanimation, "on n’est pas loin du pic de la deuxième vague", analyse Pierre Ricordeau.

Ainsi, dans certains départements comme le Gard, l’ARS demande aux hôpitaux de déprogrammer une partie des interventions pour faire face à l’afflux de patients. L’Agence enregistre environ 150 décès par semaine dans la région auquel il faut en ajouter 75 en Ehpad. "Le nombre de décès en Ehpad remonte, ce qui signifie qu’il n’y a pas encore d’effet de la vaccination sur cette courbe", confie notre interlocuteur. Pour le moment, près d’un Occitan sur cinq âgé de plus de 75 ans a reçu au moins une injection.

Trois vaccins et trois variants

215 000 personnes ont bénéficié d’une première injection et seulement 50 000 patients de la deuxième. En termes de taux de vaccination, l’Occitanie se situe pour l’instant au quatrième rang national. La vaccination va se poursuivre avec 154 000 rappels prévus au mois de février pour l’administration de la seconde injection, ce qui va entraîner l’ouverture de nouveaux centres. Après le Pfizer, le Moderna, l’ARS a reçu les doses AstraZeneca, réservées dans un premier temps au personnel de santé et aux pompiers sans condition d’âge.

Si cette baisse du taux d’incidence est plutôt encourageante, Pierre Ricordeau craint la propagation des autres virus britannique, sud-africain et brésilien : "nous avons une inquiétude sur la dynamique en cours des variants. On va regarder l’évolution de manière très attentive." La décision a donc été prise de renforcer les mesures liées aux variants.

"Tout test positif doit être complété par un test RT-PCR de criblage qui permet de voir la présence d’un variant", complète le directeur général de l’ARS. Ce dernier salue les effets de la généralisation du couvre-feu à 18h et de la fermeture des grands centres commerciaux et exclut donc, pour le moment, la nécessité d’un troisième confinement.

Corentin Corger

Corentin Corger

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais