Actualités
Publié il y a 11 mois - Mise à jour le 01.12.2021 - corentin-corger - 3 min  - vu 525 fois

COVID Professeur Alain Fischer : "Il paraît impossible de renoncer aux fêtes de famille"

Le Professeur Alain Fischer, président du conseil national d’orientation de la stratégie vaccinale (Photo Twitter)

Ce matin, le professeur Alain Fischer, président du conseil national d’orientation de la stratégie vaccinale, était convié à une réunion en visio avec l’ARS Occitanie et le préfet de région. L’occasion d’évoquer la situation épidémique et la problématique des fêtes de Noël.

"Il y a une forte reprise épidémique qui concerne tous les territoires et tranches d’âge", résume Étienne Guyot, préfét de région, ce matin, lors d’une réunion avec Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS (Agence régionale de santé) et Alain Fischer, président du conseil national d’orientation de la stratégie vaccinale. En Occitanie, selon les chiffres publiés hier soir, on compte désormais 878 hospitalisations en cours (+99) dont 208 en réanimation et soins critiques (+41) et 5 335 décès à l’hôpital (+19 en quatre jours). Dans le Gard, 93 personnes sont actuellement hospitalisées dont 27 en réanimation. C'est 14 hospitalisations de plus que vendredi et 7 réanimations supplémentaires.

Une cinquième vague présente en Occitanie dont la progression est comparable au reste du territoire avec une croissance forte ces deux dernières semaines. En dix jours, le taux d’incidence, le nombre de personnes contaminées durant sept jours pour 100 000 habitants, a été multiplié par 2,5. En Occitanie, il n’y a que trois départements en dessous de 300. Dans le Gard, le taux d’incidence est de 306. "Il n’y a pas de différences aussi marquées que sur les vagues précédentes. On observe une certaine homogénéité dans les taux de croissances plus élevés chez les enfants qui ne sont pas encore vaccinés", constate Pierre Ricordeau.

Des chiffres qui ont forcément un impact sur les établissements de santé. Les hospitalisations ont augmenté de 30% en une semaine avec près de 300 nouvelles hospitalisations par semaine dont 100 en réanimation, sur la région. Concernant la vaccination, si près de 90% de la population cible est vaccinée en Occitanie, 73% dans le Gard, il y a un enjeu sur le rappel principalement pour les personnes fragiles et les personnes âgées de plus de 65 ans. "On compte plus de 740 000 doses de rappel, ça a doublé en deux semaines. Mais ce n’est pas suffisant car 45% des personnes de plus de 65 ans n’ont pas encore fait cette troisième dose", regrette Pierre Ricordeau.

"Concilier des objectifs contradictoires"

Ce dernier alerte la population à se faire vacciner – on recense environ 30 000 primo vaccinés par jour - et à respecter les gestes barrières. C’est ensuite le professeur Alain Fischer qui s’est exprimé sur le variant Delta : "Il est plus transmissible et infecte plus facilement les personnes non protégées par le vaccin ainsi que ceux vaccinés il y a plus de six mois. Après ce délai, la protection décline, d’où le rappel." Le président du conseil national d’orientation de la stratégie vaccinale insiste particulièrement sur la vaccination des publics fragiles avant la fin de l’année, juste avant les fêtes où les familles vont se retrouver, facilitant ainsi la transmission du virus.

Faut-il ainsi renoncer aux fêtes de famille, professeur ? "C’est un sujet difficile mais il faut concilier des objectifs contradictoires. Humainement, il paraît impossible de renoncer aux fêtes de famille. Il faut trouver des aménagements adéquats pour limiter les regroupements, respecter les gestes barrière et aérer les pièces." Concernant le variant Omicron, très répandu en Afrique du Sud, Alain Fischer attend d’avoir plus d’informations mais néanmoins, "il est possible que le variant Omicron ne s’implante pas en raison de la présence du variant Delta."

Enfin, il tient à rappeler qu'il est mieux d’utiliser le Pfizer seulement sur les personnes âgées de moins de 30 ans. Au-delà, il n’y a aucune raison de limiter l’utilisation du Moderna plus dosé en ARN que le Pfizer, "de ce fait, il est probablement un petit peu plus efficace si on regarde les résultats sur les formes graves", conclut le professeur Alain Fischer.

Corentin Corger

Corentin Corger

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais