Actualités
Publié il y a 8 mois - Mise à jour le 21.06.2023 - CC - 1 min  - vu 381 fois

GARD Des élèves ambassadeurs pour lutter contre le harcèlement scolaire

Les élèves ambassadeurs de Révolution avec leur CPE Alexandra Verdière, une des référentes harcèlement de l'établissement

- Photo DSDEN du Gard

La semaine dernière, Philippe Maheu, directeur académique des services de l'Éducation nationale (Dasen), s'est rendu au collège nîmois Révolution pour promouvoir la prévention face au harcèlement scolaire. 

C'est accompagné de son adjoint, Cyril Normand, que le Dasen Philippe Maheu a rencontré les neuf jeunes ambassadeurs harcèlement au collège Révolution de Nîmes ainsi que les neuf référents adultes du collège dans le cadre du dispositif Phare, un dispositif national pour la prévention du harcèlement. Les jeunes ambassadeurs ont expliqué leur rôle, à savoir qu'ils étaient à l'écoute des collégiens et de les orienter ensuite vers des adultes. 

Ces ambassadeurs ont créé un film de sensibilisation au harcèlement, qui a été diffusé à l'ensemble des élèves. L'objectif est qu'un élève victime de harcèlement sache qu'il n'est pas seul et que des personnes sont là pour l'aider. Les représentants de l'Éducation nationale dans le Gard sont ensuite allés dans une classe de troisième, où une professeur de français a diffusé une vidéo nationale sur la prévention du harcèlement avant un moment d'échange avec des questionnements de la part des élèves.

Une vidéo de sensibilisation montrée aux Troisièmes en présence du principal de l'établissement M. Bracq • Photo DSDEN du Gard

Dans l'établissement, une salle "zen" est dédiée à l'écoute des collégiens, ainsi qu'une urne pour déposer des messages. Pap Ndiaye, ministre de l'Éducation, a souhaité en effet que dans chaque classe de collège soit organisée une sensibilisation au harcèlement. L'occasion pour le Dasen du Gard de rappeler les dispositifs existants : Phare, actuellement dans chaque collège et aussi au lycée à la rentrée, trois référents harcèlement dans chaque DSDEN, un référent dans chaque établissement à la rentrée et une campagne de communication à la rentrée.

Deux numéros ont été mis en place pour les élèves victimes de harcèlement : 30 18 et 30 20. "La prise en compte des situations de harcèlement est une priorité des services de l'Éducation nationale", assure Philippe Maheu. 

CC

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio