Actualités
Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 06.03.2020 - stephanie-marin - 3 min  - vu 155 fois

INTERVIEW Asa de retour à Nîmes : "Maintenant, je m’amuse quand je me produis sur scène"

Asa en concert ce samedi 7 mars, à 20h, à Paloma, à Nîmes.

Asa, Bukola Elemide de son vrai nom, a sorti son quatrième album studio "Lucid" en fin d'année dernière. La chanteuse franco-nigériane sera sur la scène de la SMAC Paloma à Nîmes ce samedi 7 mars dès 20h. Interview.  

Objectif Gard : « Lucid » est votre quatrième album studio, enregistré cinq ans après « Bed of stone ». Pourquoi avez-vous attendu si longtemps entre ces deux albums ?

Asa : La sortie d’un nouvel album après « Bed of stone » devait se faire au bon moment. J’avais besoin de temps pour que les choses arrivent, le cours de la vie. Mais pendant tout ce temps, j’ai continué à écrire. Je n’ai jamais arrêté d’écrire.

À quoi fait référence cette « lucidité » présente dans le titre de votre album ?

C’est ma phase de vie en ce moment, là où j’en suis. Pour être plus claire, « Lucid » est une introspection. Je veux que les gens se voient eux-mêmes quand ils écoutent cet album, plutôt que de me voir moi.

Peut-on parler d’un album autobiographique ?

Il est en partie autobiographique. Mais les histoires que je raconte peuvent possiblement arriver à chaque personne qui écoute mon album.

L'amour est le fil conducteur de cet album. On y découvre des histoires qui se finissent, des cœurs brisés, des déceptions après avoir tant donné aux autres... 

Il y a du bonheur aussi, de l’amour coquin, notamment dans les titres ”Until we try” et ”You and me”. Il y a aussi des gens heureux. Même si ça ne parle pas directement d’amour, il s'agit de parler de personnes qui, malgré une vie difficile, restent positives. L'amour est un état d’esprit.

Vous abordez aussi la jalousie, la violence qui peuvent mener au pire. « Murder in the USA » ouvre cet album. Dites-nous en plus sur ce morceau. Quelle inspiration vous a menée à écrire cette chanson ?

La chanson « Murder in the USA » est inspirée d'un documentaire que j’ai regardé à la télé. J’ai été choquée par les raisons très légères pour lesquelles les personnes dans le documentaire tueraient leurs conjoints. Comme si c’était familier, que ça viendrait de l’enfance. Je savais qu’il fallait que j’écrive sur ce sujet.

Dans le titre « Happy People », vous mélangez l’anglais et le yoruba (*). Qui sont ces personnes heureuses ? De quoi parlent-elles dans cette chanson ?

« Happy people » est un morceau sur des personnes qui vivent sur l’île de Lagos. C'est un port maritime, son nom est dérivé du portugais. Lagos ne dort jamais. C'est là où ma mère et sa mère avant elle sont nées et ce sont des femmes indépendantes. L’ambiance de Lagos m’inspire.

Depuis 2006, l’année ou le public vous a découvert, comment avez-vous évolué en tant qu’artiste ? Comment avez-vous fait évoluer votre musique ?

J’ai enregistré quatre albums studio et deux albums live. Je ne suis pas réellement la même que quand j’ai commencé. Les gens avaient l’habitude de dire que j’étais timide et que je ne les regardais pas dans les yeux quand on discutait. Je ne me souviens pas très bien de cette période mais je me rappelle que j’avais l’impression de porter le poids du monde sur mes épaules. Maintenant, je suis plus relaxée. J’ai plus confiance en moi et je m’amuse quand je me produis sur scène !

Propos recueillis par Stéphanie Marin

* Une langue d'Afrique de l'Ouest 

Stéphanie Marin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais