Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 17.06.2024 - Propos recueillis par Abdel Samari - 6 min  - vu 6403 fois

L'INTERVIEW Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes : "Franck Proust et Julien Plantier doivent se mettre d'accord, sinon, ce sera lourd de conséquences"

Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes dans son bureau.

- Photo AS

"Emmanuel Macron a allumé le feu partout et il demande aux autres de l’éteindre. Il ne sera plus président de la République, selon moi, dans quelque temps…" explique Jean-Paul Fournier.

Situation en France avec les législatives anticipées, l'exclusion de Ciotti, l'alliance du Nouveau front populaire, les municipales à Nîmes, les renouvellements des marchés des arènes et les festivités de cet été, le maire de Nîmes s'exprime sur Objectif Gard.


Objectif Gard : Qu’est-ce qui se passe chez Les Républicains ?

Jean-Paul Fournier : Avant de parler des Républicains, je voudrais d’abord savoir ce que fait la gauche. C’est pire qu’Éric Ciotti. C’est une association de margoulins. J’ai lu la déclaration de François Hollande dans la presse. Et Carole Delga, la présidente de la Région Occitanie, qu’est-ce que c’est que cette histoire ? Tous les socialistes n’approuvent pas ce qu’ils font. Tant mieux, qu’ils votent pour nous.

Vous êtes toujours en retrait des LR ?

J’attends qu’Éric Ciotti parte. Avant de revenir. On savait qu’il était proche du RN, mais pactiser comme cela sans en parler avec personne, c’est incompréhensible ! M. Tiberino me l’avait dit qu’il était proche de Marine le Pen. Lui-même était un inconditionnel de M. Ciotti.

Si vous êtes confronté au choix Nouveau front populaire face au Rassemblement national, quel sera votre choix ?

Je m’abstiens. Que faire ? Entre la peste et le choléra, on choisit quoi ?

Votre expérience politique doit aider à comprendre ce qu’il se passe à l’heure actuelle. Qu’est-ce que vous pouvez nous en dire ? 

On a un président de la République incompris d’un côté. Et de l’autre, il fait n’importe quoi. S’il dirigeait et s’il était resté maitre de la situation, on n’aurait pas ce bordel. Il est fautif. Il a allumé le feu partout et il demande aux autres de l’éteindre. Il ne sera plus président de la République, selon moi, dans quelque temps…

À ce point-là, vous pensez qu’il va démissionner ?

Je pense oui. Il va nommer qui comme Premier ministre ?

L’immigration est à mon sens la priorité numéro 1

Jean-Paul Fournier

Quel est le message que les Français ont envoyé au président durant les élections européennes ? Qu’est-ce qui est exprimé par les Nîmois ?

Le pouvoir d’achat, bien sûr. Mais la question de l’immigration revient beaucoup. À Nîmes, c’est réel. Quand on se balade à Nîmes, beaucoup de gens sont voilés et cela questionne. Ce n’est plus possible. L’immigration est à mon sens la priorité numéro 1. C’est pour cela que Jordan Bardella est arrivé largement en tête. Après, ce candidat du RN est assez intelligent, avec un discours qui plait. Il pourrait être Premier ministre. Mais je pense que ce serait catastrophique pour la France…

Un sondage récent indique que plus de la moitié des militants LR veulent voter pour la nouvelle union Ciotti-RN. Qu’est-ce que vous leur dites ?

Cela ne m’étonne pas. Mais je leur dis qu’ils se trompent. Ce n’est pas du tout notre histoire, on est les héritiers du gaullisme, on ne peut pas faire cela. Ce n’est pas d'aujourd’hui que j’entends des militants me demander de faire l’union avec le Rassemblement national. On n’a rien à voir avec eux. 

Sur le plan économique aussi, le RN n’a rien à avoir avec la droite, non ?

La retraite à 60 ans, baisser la TVA, etc. Mais comment le faire ? Les finances comptent. Où ils vont trouver l’argent ?

Bardella ou Mélenchon, ce n’est pas possible…

Jean-Paul Fournier

Vous êtes inquiet pour le pays ?

Oui, je le suis. Je suis inquiet de savoir ce qu’il va sortir des urnes le 30 juin et le 7 juillet prochain. Bardella ou Mélenchon, ce n’est pas possible… Moi, ce n’est ni l’un ni l’autre.

Vous avez demandé aux élus de votre majorité de ne pas s’engager dans la campagne. Pourquoi ?

Parce que nous avons une éthique. On est engagé pour les Nîmois. Ensuite, dans ma majorité, tout le monde n’est pas républicain. Mais tout le monde doit me suivre, car ils sont avec moi sur un programme municipal. Et doivent soutenir nos candidats.

Une élue de votre majorité aurait exprimé le souhait de voter pour le Nouveau front populaire. Vous lui autorisez la possibilité de le faire ?

Je lui déconseille fortement. Elle ne me l’a pas dit. Je lui aurais dit le reste. Qu’elle ne vote pas RN, je le comprends. Mais le Nouveau front républicain, pas question non plus. Surtout que nous avons des candidats partout que la majorité municipale doit soutenir. 

Qu’est-ce que vous pensez du casting proposé par Franck Proust et Richard Tiberino ?

J’étais informé à chaque moment. Donc, je suis satisfait, même si cela n’a pas été simple. Le problème aujourd'hui, c’est le temps qui nous manque. Il faut tout imprimer, les professions de foi, les affiches, les bulletins. Comment trouver un imprimeur pour tout faire en si peu de temps. Sans compter que nous devons mobiliser les agents municipaux. Mais aussi les élus qui doivent être là. Cela fait partie du boulot. La quasi-totalité est là, deux ou trois ont trouvé un remplaçant pour compenser leur absence.

Quel est votre message aux Nîmois pour ces élections législatives anticipées ?

Il faut qu’ils aient une vraie réflexion là-dessus. La situation est grave. La décision qu’ils vont prendre aura des répercussions. Les Nîmois sont des gens responsables qui ont bien en tête tout cela. Il faut qu’ils adhèrent à une formation politique neutre. Malheureusement, ils n’auront pas beaucoup de choix…

M. Mélenchon est antisémite. Pas du tout républicain. Je vais le dénoncer.

Jean-Paul Fournier

Cette union de la gauche aura aussi des répercussions localement. Avec certainement le communiste Vincent Bouget en tête de liste et derrière lui, toute la gauche. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour vous ?

Est-ce que dans 18 mois, le Nouveau front populaire sera toujours là ? Je ne sais pas. Le fait en tout cas que M. Bouget s’allie avec Mélenchon, c’est incroyable. Le PCF qui a fait 2% aux Européennes cherche une porte de sortie. Ils n'ont trouvé que celle-là ? M. Mélenchon est antisémite. Pas du tout républicain. Je vais le dénoncer. Ce n’est pas possible. Même madame Delga m’a déçu. Ils ont tous critiqué Mélenchon et maintenant, ils sont avec lui…

Les municipales dans votre camp. Nous en sommes où ?

Je vais recevoir Franck Proust et Julien Plantier à la rentrée dans mon bureau. Il faut qu’ils se mettent d’accord à tout prix, sinon, rien ne sera possible. Il faut qu’ils prennent leur responsabilité, surtout avec ce qu’il se passe. Les gens sont déboussolés. S’ils ne se mettent pas d’accord, ce sera lourd de conséquences. Ils risquent de payer longtemps le désengagement des Nîmois pour notre famille politique...

Edeis nous a fait une très bonne proposition.

Jean-Paul Fournier

Les festivités ont démarré avec le célèbre Festival de Nîmes. Vous êtes allé voir la star internationale Dua Lipa ?

Je devais y aller, mais je ne suis pas allé finalement. Je vais voir Patrick Bruel. Sofian Pamart, j’aime bien. Après, les concerts sont tournés vers les jeunes cette année. Qu'ils profitent de ces moments agréables, car leur vie n’est pas toujours simple. Sinon, cet été, il va se passer beaucoup de choses à Nîmes. Le Tour de France avec des animations gratuites. On va fêter les 30 ans des Jeudis de Nîmes. Dans quelques jours, il y aura de nombreuses scènes musicales aussi pour la fête de la musique. Le feu d’artifice de retour le 14 juillet. Un vrai feu d’artifice. Et puis en août, le nouveau spectacle d’Edeis dans les arènes de Nîmes. Enfin, un mot pour les 20 ans du festival Un réalisateur dans la ville. Et les deux courses libres dans les arènes. Il y en a pour tout le monde. C’est très étoffé et beaucoup de choses seront gratuites. Moi, je suis heureux de voir du monde dans la ville.

Deux grands marchés sont renouvelés cette année. La gestion des monuments romains par Edeis et la DSP Tauromachie… Simon Casas pourrait faire un dernier tour de piste ?

Le choix n’est pas encore fait. On est en phase finale, mais ce n’est pas encore décidé.

Vous pourriez vraiment faire le choix de quelqu’un d’autre que Simon Casas ?

Bien sûr. Pourquoi pas. S’il y a des différences, le marché est ouvert. Il a 75 ans quand même. On va voir ce qu’il propose. On sait certainement les qualités qu’il a, on sait le pouvoir qu’il a dans ce milieu. Mais les deux autres jeunes en face nous font aussi des propositions très intéressantes. 

Pour Edeis, est-ce que la concession pour neuf ans est actée ?

Edeis nous a fait une très bonne proposition. Kleber-Rossillon a aussi une offre alléchante aussi. Enfin, Culturespaces est encore dans le coup… La décision sera prise cet été. Soyez encore un peu patient…

Propos recueillis par Abdel Samari

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio