Actualités
Publié il y a 4 ans - Mise à jour le 30.05.2018 - veronique-palomar - 1 min  - vu 321 fois

NÎMES Cérémonie du souvenir à la mémoire des victimes des bombardements du 27 mai 1944

commémoration du 27 mai 1944 dans la cour d'honneur de la mairie de Nîmes (photo Véronique Palomar)

Lundi, une cérémonie du souvenir à la mémoire des victimes des bombardements de Nîmes se tenait dans la cour d'honneur de la mairie de Nîmes en présence de Jean-Paul Fournier, maire de Nîmes, et Monique Boissière, adjointe au maire, déléguée au personnel, à l’armée et au monde combattant, d'anciens combattants, d'élus de la Ville et du Département.

271 morts et 289 blessés

Le  27 mai 1944, une importante flotte aérienne de près de 700 appareils, appartenant à la 15eme US Air Force, composée de B24,  « les Libérator », de chasseurs P-38, « les Lightning », et de P-51 « Mustang », a décollé d’Italie et, en passant par la Corse, a survolé les agglomérations entre Nice et Montpellier. Son but était de déstabiliser les défenses Allemandes en multipliant les objectifs, gares de triage, ateliers ferroviaires ainsi que les infrastructures pour préparer le débarquement de Provence du 15 août 1944.

Ce jour là, quatre vagues de Bombardiers B24 fondent sur Nîmes vers 10h. Deux dans l’axe route de Sauve, gare des marchandises et deux autres dans l’axe route de Montpellier, gare des marchandises. Les avions volent entre 6000 et 6600 mètres et seront forcément imprécis. Ils larguent plus de 450 bombes (près de 1 000 selon certaines sources), près de 100 impacts seront recensés en zone urbaine. Le bilan est lourd pour les civils : 271 morts, 289 blessés, 443 immeubles détruits et 5 000 sinistrés. Une morgue provisoire sera installée au Lycée Daudet...

Véronique Palomar

Véronique Palomar

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais