Actualités
Publié il y a 6 mois - Mise à jour le 18.05.2022 - stephanie-marin - 2 min  - vu 1408 fois

NÎMES L'Arène des fiertés, tout nouveau porte-drapeau de la lutte pour les droits LGBTQI+

Ce mardi 17 mai était la journée internationale de lutte contre l'homophobie, la lesbophobie, la transphobie et la biphobie. (Photo : S.Ma/ObjectifGard)

Créée le 21 mars dernier, l'association l'Arène des fiertés organisera un festival LGBTQI+ (*) du 7 au 10 juillet à Nîmes.

Les drapeaux multicolores flottaient dans les airs sur le parvis de la Maison carrée à Nîmes ce mardi 17 mai à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre l'homophobie et transphobie. C'est également la date qu'ont choisi les membres de l'Arène des fiertés pour présenter à la presse leurs actions. Cette nouvelle association nîmoise a été créée le 21 mars dernier en réaction à deux agressions transphobe et homophobe qui ont eu lieu à Nîmes en ce début d'année 2022. "Et ce sont seulement celles dont nous avons connaissance. Ce collectif a été fondé dans la volonté de faire valoir nos droits, on ne peut pas laisser passer ça", ont lancé les membres de l'association.

"Nîmes, un no man's land"

Ils ont donc décidé de prendre le taureau par les cornes et invitent tout un chacun - militants, sympathisants, commerçants, entrepreneurs - à les rejoindre dans l'arène pour mener ce combat qui s'annonce certes difficile, mais essentiel. "Il y a un manque évident de ce type de structures à Nîmes, un no man's land sur le sujet. Faire un peu bouger les choses obéit à une nécessité locale", a réagi Richard Herry. Et de souligner la situation paradoxale de la cité des Antonin et plus largement de son agglomération "très humaniste et qui a su être accueillante mais où il y a une grande disparité entre ce que pensent la population de LGBT et nos élus. Certains n'ont pas montré jusqu'à présent un grand soutien".

L'association l'Arène des Fiertés a été créée le 21 mars dernier à Nîmes. (Photo : S.Ma/Objectif Gard)

L'association espère donc des rencontres et des échanges constructifs à venir avec les représentants des collectivités locales. "Nous devons être force de propositions pour être des partenaires et non pas des demandeurs." D'ores et déjà l'Arène des fiertés a franchi les portes de la mairie de Nîmes et obtenu un soutien démontré ce mardi par la présence de Mylène Mouton, conseillère déléguée aux Droits des femmes, à l’égalité, à la lutte contre les discriminations et à l’aide aux victimes, lors du rassemblement de ce 17 mai.

Lors du rassemblement à Nîmes ce mardi 17 mai à Nîmes. (Photo : S.Ma/Objectif Gard)

Une journée au cours de laquelle les bénévoles ont aussi annoncé la création d'un festival LGBTQI+ qui se tiendra du 7 au 10 juillet 2022 à Nîmes. Un événement inédit monté en seulement trois mois, qui sera ponctué de projections-débats, de conférences, d'expositions, de soirées dansantes, etc. La Marche des fiertés organisée le samedi 9 juillet dès 16h sera le point d'orgue de ce festival. "Cinq à dix chars sonorisés sont prévus pour le moment", a précisé Coline Lacome. Le tracé fera une boucle au départ des arènes en empruntant les principaux boulevards de la ville.

L'Arène des fiertés mettra en place, à l'occasion de ce festival, des activités pour impulser une vraie dynamique dans la communauté LGBTQI+. Le mot d'ordre étant "debout, fier et solidaire". L'une des premières actions prochainement mise en place par l'association concerne la création d'un macaron inspiré du dispositif Angela lancé dans le Gard en mars 2021, "pour que les personnes se sentent en sécurité et à l'aise dans le domaine public."

Stéphanie Marin

*Lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queer, intersexes et toutes les autres minorités de genre ou sexuelles. Pour soutenir l'Arène des fiertés, cliquez ici.

Stéphanie Marin

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais