Actualités
Publié il y a 7 jours - Mise à jour le 20.11.2022 - Corentin Corger - 2 min  - vu 230 fois

NÎMES Un arbre planté par chaque enfant de CP

enfant cp plantation arbres forêt des enfants courbessac

Dylan (7 ans), scolarisé à l'école Charles-Martel, manie la pelle comme un pro

- Corentin Corger

Dans le cadre de l'opération la Forêt des enfants portée par la ville de Nîmes, les 1 554 élèves de CP de la capitale gardoise auront planté chacun un arbre d'ici le 25 novembre. Un projet pédagogique visant à sensibiliser les enfants au maintien de la biodiversité.

Après le domaine de la Bastide en 2021, cette année c'est le site de l'aérodrome de Nîmes Est-Courbessac qui connaît une plantation d'arbres de grande ampleur. Sur 13 000 m2 de surface, 1 554 arbres auront été plantés jusqu'au 25 novembre. Et ce sont tous les enfants de CP de Nîmes qui auront mis les mains dans la terre pour planter symboliquement chacun leur propre arbre avec leur prénom accroché sur une étiquette. 

Cette opération intitulée la Forêt des enfants était dans le programme électoral de Jean-Paul Fournier. L'objectif d'ici la fin du mandat est d'atteindre environ les 10 000 arbres plantés. Le maire est venu sur place, jeudi dernier, pour partager un moment avec les enfants. La volonté municipale est d'installer des refuges pour la biodiversité, lutter contre le réchauffement climatique et sensibiliser les enfants aux problématiques actuelles de l’environnement.

fournier arbres plantés CP courbessac
Le maire Jean-Paul Fournier et les élues à l'éducation Véronique Gardeur-Bancel ainsi que Chantal May à la végétalisation sont venus rendre visite aux enfants  • Corentin Corger

Chaque classe se rend donc sur place pour prendre la pelle et être sensibilisée aux questions environnementales. On retrouve des espèces végétales variées comme des chênes pubescents, des arbres de Judée, des frênes du midi ou encore des lauriers sauce. Cette année, les porteurs de ce projet ont souhaité planter des arbres fruitiers tels que des noyers, poiriers, figuiers, amandiers ou encore pêchers de vigne. À terme, cela permettra de nourrir les oiseaux, mais aussi aux familles de venir cueillir les fruits.

"C'est par l'éducation que l'on arrivera à avancer"

"Chaque enfant repart avec un diplôme mais aussi un petit arbre à planter à l'école ou à la maison. C'est par l'éducation que l'on arrivera à avancer sur la préservation de l'environnement", explique Chantal May, adjointe déléguée à la Végétalisation, aux parcs et jardins. Le coût annuel de cette opération représente environ 200 000 € TTC pour la municipalité. 

Le but est évidemment de changer chaque année de lieu de plantation afin d'étendre ces zones nourricières de biodiversité sur différents secteurs de Nîmes. Ainsi, en 2023, cela devrait avoir lieu sur la zone humide située au mas de Vignolles à côté du stade des Antonins de Nîmes Olympique dont la construction a été décalée pour préserver ce lieu. 

Corentin Corger

Actualités

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais