Publié il y a 2 ans - Mise à jour le 09.03.2022 - boris-de-la-cruz - 2 min  - vu 1078 fois

GARD/VAUCLUSE Condamné pour pédophilie en décembre dernier, il est placé sous contrôle judiciaire

Le palais de Justice de Nîmes (Photo Anthony Maurin).

Un militaire à la retraite, aujourd'hui âgé aujourd'hui de 73 ans a été condamné en décembre dernier devant la cour d'assises de Vaucluse pour des viols et atteintes sexuelles commis sur une fillette âgée de 10 à 14 ans au moment des faits.

Elle aurait été abusée à la fin des années 80 et début des années 90. Le retraité a été également sanctionné pour avoir abusé sexuellement une autre fillette, âgée de 12 ans, au moment des faits qui datent eux de 2006, 2007. Il a écopé de 10 ans de réclusion. Un septuagénaire qui a été libéré dernièrement par la cour d'appel de Nîmes et placé sous contrôle judiciaire en attendant son procès en appel. Un mis en cause qui a toujours nié les accusations.

L'affaire a été initiée par une plainte déposée en 2010 par un papa qui accusait un de ses amis d'attouchements sexuels sur sa fille. C'est à ce moment là que les gendarmes ont fait le lien avec un autre dossier de "viol", concernant la même personne. Quelques temps auparavant une femme avait osé pousser la porte d'une caserne de gendarmerie pour dénoncer des actes sexuels datant d'il y a vingt ans et subis alors qu'elle avait une dizaine d'années. Elle précisait qu'elle avait été accueillie par ce militaire et sa famille et qu'elle avait été abusée à ce moment-là.

L'accusé défendu par maître Patrick Gontard a toujours nié les dérives sexuelles sur ces fillettes de son entourage. Il a écopé en décembre de 10 ans de réclusion et a fait immédiatement appel de cette sanction. Lors d'une demande de remise en liberté évoquée il y a quelques jours devant la cour d'appel de Nîmes, le pénaliste avignonnais avait estimé que son client "pouvait être libéré. Les faits sont très anciens, de plus de 35 ans pour les plus vieux". De plus son client avait été placé sous contrôle judiciaire pendant les cinq ans d'instruction du dossier. Des arguments qui ont fait mouche, le septuagénaire attend désormais son procès d'appel chez lui, sous contrôle judiciaire.

B.DLC

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio