Publié il y a 10 mois - Mise à jour le 05.07.2023 - Boris De la Cruz - 3 min  - vu 4821 fois

NîMES Elsa, 4 ans, "une petite fille qui n'est pas née sous une bonne étoile"

Un homme déjà condamné aux assises pour "viol" a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur sa fillette. Il a écopé de 7 ans de prison dans cette affaire de viol qui a été correctionnalisée en "agression sexuelle". La petite victime était âgée de 3 ans lorsque les faits se sont déroulés. 

On l'avait laissée à 13 mois nue dans une rue de Nîmes, seule et abandonnée, errant dans le quartier de Richelieu... En septembre 2020, cette fillette avait été retrouvée par des passants, recouverte d'excréments. Le père en avait la garde, mais il était parti ce soir-là pour s'ennivrer et l'enfant avait quitté le logement. Depuis, elle est placée, d'abord dans un foyer, puis maintenant dans une famille d'accueil qui essaie de lui faire oublier les premières années de sa vie.

Mais si la vie de Elsa*, 4 ans, a été évoquée une nouvelle fois ce mardi 5 juillet 2023 à l'audience du tribunal correctionnel de Nîmes, c'est pour des abus sexuels dont elle a été victime de la part de son père. 

En avril 2022, la fillette qui a 3 ans voit ses parents dans le cadre d'un droit de visite. Le père revoit pour la première fois sa fillette depuis deux ans, en tête à tête. C'est dans le cadre de cette visite que des abus auraient été commis. Le fillette évoquera ensuite à l'assistante éducative que son papa a touché "sa coquotte". Elle expliquera ensuite, avec ses mots devant la professeure Anne Dorandeu de l'institut médico-légal de Nîmes, les faits dont elle a été victime. Des faits précis. "Comment peut-on penser qu'une fillette puisse imaginer de telles choses ?", insiste une partie civile, d'autant que la petite victime a refusé de donner d'autres éléments en indiquant : "Le reste c'est un secret". 

Perquisition et arrestation du père 

D'autant qu'après la révélation des actes, une perquisition a été effectuée chez le père. Des centaines d'images et vidéos à caractère pédo-pornographiques ont été retrouvées. "C'est un fichier unique qui comporte plus de 1 000 images et vidéos", essaie de se justifier la papa incarcéré depuis avril 2022 pour cette "détention d'images" et pour "agression sexuelle" sur sa fille. "Je suis une victime, je suis devenu un prédateur alors que je suis un modèle de résinsertion", ose même le prévenu. "Je ne comprends pas comment elle a pu dire cette chose ma fille (...) D'autant qu'elle ne ment jamais ma fille", insiste le papa à l'audience. Pour le prévenu au casier judiciaire bien fourni, des éléments de son passé ressurgissent. 

"Vous avez un casier judiciaire important et vous avez été condamné aux assises pour viol", rappelle le président du tribunal correctionnel, Jérôme Reynes. Il avait alors écopé de 7 ans de prison. "Il est en récidive légale", poursuit le vice-procureur, Vincent Edel. 

Une fillette placée à l'âge de 13 mois

"Elle a aujourd'hui 4 ans et demie, c'est l'âge de l'innocence, c'est l'âge où l'on est content d'être avec papa et maman, où il ne peut rien vous arriver avec eux. Mais Elsa est une petite fille qui n'est pas née sous une bonne étoile, elle a été placée dès l'âge de 13 mois par le juge des enfants", plaide maître Audrey Moyal pour la fillette.

"La maman a une trentaine d'années. Elle aussi a été placée et a été victime de violences, elle a été notamment brûlée avec un fer à repasser, puis ensuite violée à l'adolescence", ajoute maître Isabelle Vignon en évoquant la maman de la petite fille. "Monsieur avait une domination sur ma cliente (...) Il s'agit d'un microcosme qui inquiète", complète maître Vignon.

Le prévenu reconnaît l'existence des fichiers à caractère sexuel avec des enfants et des nourissons, mais il nie formellement le moindre agissement déviant vis-à-vis de sa fille. "Tout accable monsieur, y compris son comportement à l'audience. Il est révolté, pas sympathique, maladroit, avec un fichier pédo pornographique et une condamnation aux assises", estime l'avocat de la défense, maître Florence De Prato. 

Le papa, âgé de 41 ans, est finalement condamné à 7 ans de prison avec un suivi socio-judiciaire obligatoire... S'il ne respecte pas ce suivi, il a sur sa tête deux années supplémentaires. Il écope en outre d'un retrait total de l'autorité parentale et d'une inscription au fichier des délinquants sexuels. Il a également l'interdiction définitive d'avoir des contacts avec des mineurs.

* Le prénon a été modifié. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio