Faits Divers
Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 21.07.2023 - Boris De la Cruz - 2 min  - vu 4363 fois

NÎMES Un jeune tué par balles, un blessé grave... et deux erreurs de cible

photo archive B.DLC. Le RAID était intervenu pour arrêter un suspect mis en cause dans un meurtre et une tentative de meurtre. 

Un homme, mis en examen pour "meurtre en bande organisée" et "tentative de meurtre", serait le commanditaire de deux affaires criminelles distinctes avec à deux reprises.... des erreurs de cibles ! 

Il nie tout. Cet homme, âgé de 40 ans, demande ce mercredi 19 juillet à la chambre de l'instruction de Nîmes de le placer sous contrôle judiciaire. Pourtant plusieurs éléments d'enquête, ainsi que son passé judiciaire, ne plaident pas en sa faveur. 

Cet homme est connu pour avoir 12 mentions sur son casier judiciaire. La dernière remonte au 17 octobre 2022 pour des menaces de mort. Un casier qui compte de nombreuses violences et du trafic de stupéfiants.

Ce coup-ci, il est mis en examen pour une tentative de meurtre en bande organisée, une exécution plus exactement où un jeune adulte avait trouvé la mort dans le quartier de Vaquerolles le 19 janvier 2021. Ce soir-là, dans une petite rue située juste derrière l'Intermarché du quartier, les secours ont découvert ce jeune, inconnu de la justice, tué après une salve de tirs. Il a été mortellement atteint par des projectiles provenant d'une arme de guerre, alors qu'il était le passager d'une voiture qui circulait dans le quartier voisin de Pissevin. Un homme avait fait feu sur la voiture dans laquelle se trouvait la victime. Le conducteur du véhicule visé était parvenu à s'enfuir pour retourner au quartier de Vacquerolles ou le décès du passager a ensuite été constaté par les secours.

Si plusieurs personnes ont été appréhendées par les enquêteurs dans ce dossier, le mis en cause, présent devant la cour d'appel mercredi, indique : "Je n'ai rien à voir avec cette affaire. Je n'ai jamais tué quelqu'un, je suis un délinquant oui, mais je n'ai pas participé de près ou de loin à cet assassinat", estime le quadragénaire qui veut s'occuper de ses enfants adolescents qui font des "bêtises" en son absence. Dans ce dossier, le jeune homme tué n'était pas celui qui faisait l'objet d'un contrat. Un s'agit d'une erreur de cible !

"Il veut s'occuper de ses enfants alors qu'il n'en a aucun à sa charge", s'insurge l'avocat général qui s'oppose à cette demande de libération. Le parquet général craint de plus une "concertation frauduleuse dans ce dossier", et met en avant "un risque très important de réitération de l'infraction". 

Le mis en cause, chose assez incroyable, fait l'objet d'une autre enquête de tentative de meurtre où il est soupçonné d'être le commanditaire d'un tir qui a blessé un jeune homme à Pissevin en octobre 2022. "Une vraie victime collatérale : il était au mauvais endroit au mauvais moment", résume Christophe Teissier, le président de la cour d'appel. Le suspect serait le donneur d'ordre de l'exécution d'un homme selon l'enquête, mais le tireur se serait trompé de cible et aurait blessé gravement ce jeune qui marchait dans le quartier !

Une fois de plus, le père de famille réfute les accusations et les rapprochements effectués lors des investigations. Le lendemain, la cour d'appel a refusé le contrôle judiciaire du double mis en examen qui reste donc en détention provisoire. 

Boris De la Cruz

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio