Publié il y a 7 mois - Mise à jour le 11.10.2023 - Lïana Delgado - 1 min  - vu 1179 fois

NÎMES Un trafic de chiens à la barre du tribunal

Trafic de chiens à Nîmes

Trafic de chiens dans un réfuge canin nîmois. 

- Archive

Mardi 10 octobre, une femme a été jugée au tribunal correctionnel pour avoir vendu six chiens illégalement et effectué de faux passeports canins.

Depuis 1997, cette dame a un refuge de chien à Nîmes. En août 2017, elle importe de Serbie sept chiots Dobermann. Lors de son voyage, la douane l’a contrôlée et s’est emparée de l’affaire. Six seront vendus sur Leboncoin à 1500€, le dernier avait un problème à la patte donc il n’a pas été vendu. Une absence de certificat de bonne santé est notée lors des ventes.

En fin d’année 2017, les douanes se sont intéressées une nouvelle fois au refuge canin. La responsable dit avoir ramené six chiots de Bulgarie à Nîmes. Pourtant, le 11 octobre 2017 ils étaient identifiés en Serbie. Une dizaine de faux passeports de chiens ont été retrouvés dans son véhicule. Certains chiens avaient les oreilles et la queue coupée, or depuis 2004, ces opérations sont interdites en France.

Le président explique : “sur les comptes bancaires de madame, de nombreux règlement à des éleveurs Serbe ont été identifiés. Depuis 2017 elle a encaissé au total 62 074€”. De plus, ces revenus et la TVA n'étaient pas déclarés à l’État français. La femme est aide à la personne et perçoit un salaire de 1400€.

“Ma cliente est la victime. Elle est dans une affaire de menace et de chantage de la part d’un homme pour qu’elle vende des chiots ”, révèle Maître Josserand pour la prévenue. Depuis la Nîmoise serait dans un engrenage. Elle vend les chiens d’un éleveur serbe, puis elle lui envoie la quasi-totalité du montant de la vente sinon elle est menacée.

Le tribunal a finalement condamné cette femme à 6 mois ferme et 10 000 euros d’amende. Maître Josserand indique faire appel de la décision.

Lïana Delgado

Faits Divers

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio