Publié il y a 1 mois - Mise à jour le 20.06.2024 - Louis Valat - 3 min  - vu 2819 fois

FAIT DU SOIR À Anduze, une importante résidence de 32 logements sociaux inaugurée

L'inauguration de la résidence, le 18 juin, à Anduze.

- Photo Louis Valat

Quatre mois après l'installation des locataires, les deux bâtiments, reliés par des coursives extérieures, abritant trente-deux logements collectifs, ont été inaugurés en présence de la maire, Geneviève Blanc, de Laurence Barduca-Fauquet, présidente d'Habitat du Gard et conseillère départementale, ainsi que quelques résidents.

En 2024 en France, le logement s'affirme comme un besoin essentiel. Face à une crise croissante d'accès au logement, que ce soit dans le secteur de l'ancien ou du neuf, que l'on soit locataire ou propriétaire, les logements sociaux se positionnent comme une alternative. Destinés à répondre à cette nécessité pressante, essentielle, ils proposent des solutions abordables et accessibles pour ceux qui éprouvent des difficultés sur le marché immobilier classique. Localement, le Gard est loin d'être épargné. Il y a quelques semaines, la commune de Saint-Privat-des-Vieux déposait la première pierre d'un bâtiment constitué de trente-trois logements sociaux, dans le cadre du contrat de mixité sociale visant à augmenter le nombre de logements sociaux (relire ici).

L'inauguration de la résidence, le 18 juin, à Anduze. • Photo Louis Valat

Sur la commune d'Anduze, le son de cloche est identique. "Le logement est un besoin fondamental", souligne l'édile, Geneviève Blanc. Selon elle, disposer d'un logement permet non seulement de prendre soin de sa santé et de s'investir dans son travail, mais aussi de s'épanouir pleinement dans son environnement quotidien. Dans cette optique, le chantier d'une nouvelle résidence a alors débuté le 14 octobre 2021 sur l'avenue Rollin, baptisée du nom de Charles Gide, instigateur du mouvement coopératif dans le Gard.

Photo Louis Valat

Deux immeubles, trente-deux logements : un chantier sur trois ans

Idéalement située à proximité immédiate du centre historique d'Anduze, des écoles et des commerces, la résidence, projet mené par Habitat du Gard en collaboration avec la municipalité, a été réalisée par la société Immo concept de Vergèze. Composée de deux immeubles de trois étages, elle offre trente-deux appartements avec terrasse, allant du T2 au T4. Les logements incluent cinq T2 de 56 m2 avec une chambre à 350 euros hors charges, onze T3 de 66 m2 avec deux chambres à environ 416 euros, et seize T4 de 82 m2 avec trois chambres à 500 euros par mois, adaptés aux familles. La demande principale s'est portée sur les T2, particulièrement prisés par les personnes seules, handicapées ou âgées, pour du logement ou du relogement. Les bâtiments sont reliés par des coursives favorisant la circulation et les rencontres entre résidents, tout en arborant une architecture à la fois sobre et élégante. "Nous avons très bien travaillé avec tous les services d'Habitat du Gard et le constructeur Immo concept pour que cette résidence soit un cadre de vie le plus agréable possible en tenant compte du changement climatique, des circulations, des espaces communs" explique la maire

L'entrée de la résidence. • Photo Louis Valat

Pour financer ce projet d'un montant total de 4,6 millions d'euros, avec une contribution de 18,5% en fonds propres, 73,5% en emprunts et diverses subventions qui ont été mobilisées soit 74 400 euros de l'État, 34 000 euros de la Région, 233 283 euros du Conseil départemental, ainsi que 33 000 euros d'Action Logement. Ces investissements ont permis l'ajout d'équipements tels que onze caves, dix-huit places de stationnement simples et quatorze places de stationnement couvertes.

Photo DR

Ils ont également répondu à l'objectif prioritaire d'Habitat du Gard et de la municipalité d'Anduze : limiter la consommation d'énergie en obtenant le Label THPE (Très haute performance environnementale), garantissant une efficacité énergétique globale supérieure aux normes réglementaires en vigueur. Une démarche qui vise également à réduire de manière significative les charges supportées par les résidents.

Au total, ce sont 32 logements collectifs qui ont été aménagés, chacun disposant d'une place de stationnement privative. • Photo Louis Valat

Une mise en service difficile

Malgré les avancées que représente la résidence Charles Gide à Anduze avec ses trente-deux logements collectifs, celle-ci a rencontré des déboires depuis sa mise en service en février dernier. Un problème majeur a été l'indisponibilité de l'ascenseur pendant deux mois, en raison de dommages causés par les épisodes cévenols. Les locataires seront néanmoins exonérés de charges pour cette période et l'incident ne devrait se reproduire. En revanche, lors de l'inauguration de la résidence le mardi 18 juin, quelques résidents, notamment un habitant du premier étage, ont exprimé leur déception. Il a qualifié la bâtisse de "l'immeuble aux 1 000 malfaçons", soulignant qu'il avait emménagé dès février et avait déjà dû faire remplacer son carrelage, constaté des fissures au plafond, signalé des problèmes de fonctionnement du portail, et soulevé des préoccupations concernant l'évacuation d'eau de son balcon, qu'il a portées à l'attention de la maire. Est-ce une plainte habituelle de mécontentement ou un véritable problème d'artisanat ? Quoi qu'il en soit, lors de l'inauguration, la maire d'Anduze, Geneviève Blanc, a interpellé Laurence Barduca-Fauquet et demandé à Habitat du Gard de collaborer à nouveau sur le site des Jardins des Filatures, désormais à la vente, pour un nouveau projet de logements sociaux. Une première collaboration d'une longue série à venir ?

Louis Valat

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio