Publié il y a 23 jours - Mise à jour le 20.06.2024 - Louis Valat - 5 min  - vu 1485 fois

FAIT DU SOIR Nadia El Okki, candidate Renaissance sur la 4e circonscription, porte le bilan présidentiel et prône une "France apaisée"

Nadia El Okki, ce mardi.

- Photo Louis Valat

Fonctionnaire à la mairie d'Alès où elle est référente pour la laïcité, Nadia El Okki fut première adjointe à Saint-Martin-de-Valgalgues et est actuellement conseillère municipale d'opposition de cette même commune. Candidate aux prochaines élections législatives anticipées, elle se présente dans la 4e circonscription du Gard sous l'étiquette Renaissance (Ensemble).

"Il faut donner une chance à ce gouvernement Attal, nous ne sommes pas à trois ans près." Défendre le bilan présidentiel, renforcer la voix du président de la République sur le territoire et empêcher le Rassemblement national d'accéder au pouvoir, voilà les leitmotiv de Nadia El Okki qui se présente pour la toute première fois aux élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet.

"J'aime la politique et j'en ferai toujours"

Née à Alès, Nadia El Okki a occupé pendant treize ans, de 2001 à 2014, le poste de première adjointe à la mairie de Saint-Martin-de-Valgalgues. Elle a également assumé la vice-présidence de l'Agglomération d'Alès sous la présidence de Max Roustan. Après s'être retirée de la scène politique pendant un certain temps, elle a rejoint il y a quelques années la majorité présidentielle, anciennement "En Marche", pour soutenir Emmanuel Macron tout au long de ses mandats successifs. Malgré son attachement à la politique, elle avait initialement exclu toute ambition de se présenter à un mandat électif : "J’aime la politique et je continuerai à m'y engager, mais je n'avais pas du tout l'intention de me présenter."

Nadia El Okki, à l'époque où elle était candidate à la mairie de Saint-Martin-de-Valgalgues, en 2020. • Photo Tony Duret

Suite à la dissolution de l'Assemblée nationale le 9 juin dernier, à l'issue des élections européennes, Nadia El Okki s'est retrouvée sous les projecteurs. Face à la montée en puissance du Rassemblement national, elle a décrit sa décision de se présenter aux législatives anticipées comme un "acte de résistance". Malgré le court laps de temps de deux semaines pour mener sa campagne, elle a pris conscience des enjeux majeurs en comparant les programmes du RN et du Nouveau Front populaire : "Je me suis rendu compte que leurs politiques pourraient plonger la France dans un gouffre financier, menaçant nos retraites et la stabilité des services publics. Ce qui m'inquiète le plus, c'est le risque de division profonde au sein de la société française, avec des tensions entre concitoyens exacerbées par les résultats de ces élections."

"Je veux pouvoir dire que j’y étais, que je me suis battu. Je ne veux pas juste être présente ; je veux aussi défendre les points positifs du gouvernement. Je veux être actrice, je veux apporter ce que je suis."

Nadia El Okki, candidate Renaissance (Ensemble) sur la 4e circonscription

Poussée par ces diverses motivations, Nadia El Okki a décidé de se présenter dans la 4e circonscription du Gard, soutenue principalement par Valérie Rouverand, présidente de Renaissance Gard. Elle a laissé entendre que cette candidature bénéficiait également d'un soutien provenant potentiellement de Gabriel Attal, le Premier ministre, tout en ajoutant avec une pointe d'ironie : "si je vous le disais, vous ne me croiriez pas".

Un bilan de sept ans à défendre

En 2017, année marquée par l'accession d'Emmanuel Macron à la présidence de la République, Nadia El Okki a exprimé son soutien à ce nouveau mouvement politique et à son leader. Ayant précédemment des affiliations avec la gauche centriste, le Parti socialiste et la droite modérée, l'élue de Saint-Martin-de-Valgalgues a été séduite par l'ancien ministre de l'économie de François Hollande, en raison de "son ambition pour la réussite de la France". Depuis lors, Emmanuel Macron a continué de diriger le pays jusqu'à aujourd'hui, une période de sept années marquée par de nombreux conflits avec la population. À ce sujet, Nadia El Okki admet que "tout n'était pas parfait" "Je suis consciente des problèmes de pouvoir d’achat et de sécurité, mais nous devons continuer notre travail avec un gouvernement calme et réaliste comme celui proposé par Attal. Je pense qu'il est nécessaire de donner une dernière chance à ce gouvernement."

"Avec Gabriel Attal, que je trouve compétent, le pays était sur une voie de reprise. Une reprise économique sûrement trop lente pour les Français, mais en tout cas amorcée. C'est pourquoi de mon côté, je veux continuer dans cette lancée et éviter de me retrouver avec des programmes et des promesses qui ne pourront jamais être tenus."

Nadia El Okki, candidate Renaissance (Ensemble) sur la 4e circonscription

Proche des socialistes et des socio-démocrates, une affiliation qu'elle revendique pleinement, Nadia El Okki a initialement visé, dans ses premiers documents de campagne, les électeurs de gauche qui ne se reconnaissent pas en Jean-Luc Mélenchon. Elle exprime une certaine réserve envers La France Insoumise et son leader, soulignant : "Procéder à des purges au sein de son propre parti alors qu'on n'est pas encore au pouvoir ne témoigne pas d'une grande démocratie."

Nadia El Okki, ce mardi. • Photo Louis Valat

Pouvoir d'achat, laicité, enseignement, écologie... son programme en quelques lignes

La candidate du parti présidentiel pour la 4e circonscription du Gard présente un programme autour de plusieurs axes, illustrés par des exemples. En matière de pouvoir d'achat, elle propose notamment une amélioration de la prime d'activité, une réduction significative des factures d'électricité de 15%, ainsi qu'une baisse du coût de la rentrée scolaire pour alléger le budget des familles. En ce qui concerne la laïcité, elle défend une approche qui garantit la liberté religieuse tout en évitant une laïcité perçue comme oppressive. Elle déclare : "La laïcité doit garantir la liberté pour tous les croyants, je rejette toute forme de laïcité punitive."

"Je veux que ce gouvernement Attal réussisse. Je me battrai pour mes convictions, je ne vendrai pas mon âme au diable. Je ne me bats pas pour un poste ; si je sens que les promesses ne sont pas tenues, je ne resterai pas."

Nadia El Okki, candidate Renaissance (Ensemble) sur la 4e circonscription

Dans le domaine de l'éducation, l'ancienne adjointe à l'enseignement de Saint-Martin de Valgalgues met l'accent sur la lutte contre le harcèlement scolaire, en proposant des mesures de sensibilisation et de soutien aux élèves. Elle souligne également l'importance de détecter précocement les signes de malaise chez les enfants pour prévenir le décrochage scolaire. Concernant l'écologie, elle soutient l'extension du "Leasing social" visant à rendre 100 000 véhicules électriques accessibles à 100 euros par mois aux ménages moins aisés, une initiative promue il y a quelques heures par Gabriel Attal.

"Cela fait trois décennies que des promesses sont faites sans être tenues. Si je suis élu, ma priorité sera d'accélérer sur la question du pouvoir d'achat et de travailler activement à résoudre cette violence qui se développe dans notre pays. Je refuse de faire des promesses que nous ne tiendrons pas."

Nadia El Okki, candidate Renaissance (Ensemble) sur la 4e circonscription

Enfin, Nadia El Okki aborde également la question de l'immigration en affirmant : "Je ne suis pas pour la préférence nationale, mais je suis pour la préférence de celui qui travaille. J'estime qu'il n'y a que le travail qui compte. Celui qui travaille, nous n'avons pas à critiquer sa nationalité ou ses origines." Pour elle, une intégration efficace est essentielle pour assurer la sécurité et la cohésion sociale, tout en respectant les principes de solidarité et de respect mutuel. En définitive, la candidate Nadia El Okki défend une vision centrée sur la "préservation de la paix sociale".

Le suppléant

Nadia El Okki a désigné Philippe Maçon, médecin à Pont-Saint-Esprit, comme son suppléant, soulignant son "implication active" dans la vie sociale.

Louis Valat

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio