Publié il y a 28 jours - Mise à jour le 16.06.2024 - Louis Valat - 3 min  - vu 6420 fois

LÉGISLATIVES L'avocat alésien Nordine Tria dépose sa candidature sur la 5e circonscription

Nordine Tria, candidat "société civile".

- Photo DR

Information Objectif Gard. Avocat alésien de 64 ans, Nordine Tria a déposé cet après-midi sa candidature en tant que société civile pour les élections législatives anticipées des 30 juin et 7 juillet dans la cinquième circonscription du Gard. Il est également le frère d'Assia Tria, première femme directrice de l'IMT Mines Alès.

Connu depuis de nombreuses années sur le bassin alésien, avec un bagage de trente-deux années d'exercice au barreau, dont deux en qualité de bâtonnier en 2006 et 2007, Nordine Tria, natif de la sous-préfecture du Gard, a passé son enfance aux Prés-Saint-Jean jusqu'à l'âge de onze ans.

L'effet de surprise

Depuis une semaine, la scène politique locale et nationale est en constante agitation, chaque heure apportant son lot de bouleversements. Ce samedi 15 juin, une candidature dans la cinquième circonscription pourrait bien créer la surprise, tant par son dépôt tardif que par l'identité de la personne concernée. En effet, il s'agit de Nordine Tria, qui se décrit comme un "pur produit du territoire". Cet avocat alésien, souhaitant aller au-delà de "la critique des extrêmes depuis (son) fauteuil", s'engage désormais sur le plan politique. Sa candidature n'étant pas encore officielle - se trouvant actuellement dans les bureaux de la préfecture avec les documents nécessaires -, elle ne devrait être qu'une question d'heures. C'est donc dans la cinquième circonscription que celui qui se présente comme membre de la société civile entend concourir lors de ces élections législatives anticipées. Une décision prise le soir de l'annonce de la dissolution de l'Assemblée nationale par Emmanuel Macron, après des années d'attente, estimant qu'il était temps de "se lancer". Ayant constitué une solide équipe, de conseillers notamment, il se dit "fin prêt" à faire campagne dès ce lundi 17 juin. 

Laïcité et justice au cœur de son programme

Selon nos informations, Nordine Tria devrait publier sa profession de foi ce soir ou demain. L'Alésien se présente comme candidat sans étiquette, en dehors des structures et des partis politiques traditionnels. Ni de gauche, ni de droite, il se dit avant tout attaché au drapeau français, qui, selon lui, "n'appartient à personne, et encore moins à un parti en particulier, ni à des idées extrêmes". Pour lui, tenter de l'étiqueter politiquement serait une erreur : "Il y a suffisamment de place entre la Droite et la Gauche pour que des idées émergent et qu'un travail commun soit réalisé", explique-t-il.

Nordine Tria. • Photo DR

Dans son programme à venir, prochainement présenté à la presse, Nordine Tria place la défense de la laïcité parmi ses engagements principaux.  "Je défends les valeurs de la laïcité avec force, car une République ne peut fonctionner sereinement que lorsque cette laïcité est respectée par tous, indépendamment de l'origine ou de la religion", affirme-t-il. En tant qu'avocat, il met également l'accent sur la justice : "L'élaboration de la loi (il fait référence à la fonction de député, NDLR) est quelque chose que je maîtrise en qualité d'avocat, l'accès à la justice et à la défense des usagers et des citoyens sont des domaines que je connais bien, les problèmes de la justice et le manque de moyens sont des éléments que j'ai défendu et que je défendrai toujours".

Enfin, Nordine Tria promet de s'engager activement en faveur de la jeunesse, comme ce fut régulièrement le cas, en tant que membre actif de l'association Culture et Ambition à Alès, notamment à travers l'initiative des "Vendredis de l'ambition" au lycée Jean Baptiste Dumas : "La jeunesse fait partie de mes combats. Elle a besoin plus que jamais d'un soutien, d'une aide, afin de ne pas s'engager sur des chemins difficiles."

Campagne est lancée

Avant même le début officiel de la campagne, les hostilités sont lancées. Nordine Tria a en effet déjà évoqué le député sortant, Michel Sala, candidat à nouveau sur la cinquième circonscription, sans pour autant vouloir le critiquer explicitement. L'avocat soixantenaire a critiqué subtilement l'absence du député sortan sur le terrain, de 2022 - son élection à 2024, particulièrement lors des événements entourant le pont de Chamborigaud, depuis sa chute jusqu'à l'inauguration de la piste provisoire, où le député n'était pas présent (relire ici). Tria compte utiliser divers terrains de jeu, y compris les médias sociaux, pour sa campagne, affirmant qu'il possède "les atouts nécessaires pour réussir" et promettant, s'il est élu, une présence constante sur le terrain et à l'hémicycle de l'Assemblée pour "défendre les intérêts de tous."

Les candidats

En face de Nordine Tria dans la 5e circonscription, nous retrouvons actuellement Léa Boyer, candidate des Républicains, Michel Sala du Front populaire, Emmanuel Espanol du Rassemblement national, ainsi que l'ancienne députée Renaissance, Catherine Daufès-Roux. Ce dimanche 16 juin est le dernier jour pour déposer officiellement sa candidature.

Louis Valat

Alès-Cévennes

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio