Politique
Publié il y a 1 an - Mise à jour le 30.09.2021 - coralie-mollaret - 2 min  - vu 718 fois

EXPRESSO Dans le Gard, le nombre de mineurs étrangers se stabilise

Lors d'une manifestation devant la préfecture (Photo : Anthony Maurin)

Depuis plus d’un an, le nombre de mineurs étrangers se stabilise à la baisse avec environ 508 jeunes pris en charge par le conseil départemental. 

Dans le Gard, la polémique a éclaté il y a deux ans. Le socialiste Denis Bouad, alors président du conseil départemental, soumet au vote une rallonge de six millions d’euros pour abonder le budget des mineurs non-accompagnés. C'est quasiment le double de ce qui a été prévu. Dans ces mineurs non-accompagnés, l’on retrouve 1 200 mineurs d’origine étrangère. Avec pertes et fracas, les élus de la Droite et du Centre refusent de voter ces crédits supplémentaires. En réaction, la préfecture explique que la collectivité n'a pas le choix, cette prise en charge étant l’une de ses compétences obligatoires. Certains récalcitrants expliquent à leur tour que le conseil départemental n’a pas à assumer la politique migratoire de la France.

La loi étant la loi, impossible d’y contrevenir. Plusieurs élus d'opposition se ravisent, entérinant cette rallonge financière. Cet afflux de jeunes est causé par la guerre en Syrie et l’instabilité politique en Libye. Il est dû aussi, certains en conviendront, à des contrôles pas toujours très rigoureux sur la minorité des jeunes. Des contrôles qui peuvent parfois ébranler la conscience de certains élus. Le conseil départemental se met alors à coopérer davantage avec les services de l’État. « Aujourd’hui, le dispositif est maîtrisé mais c’est aussi en raison de la crise sanitaire et de la fermeture des frontières », commente Maryse Giannaccini, vice-présidente en charge de la Petite enfance. 

Les mois passent, le nombre de mineurs accompagnés diminue. Selon nos informations, environ 503 jeunes sont actuellement pris en charge (237 mineurs non-accompagnés, 251 majeurs anciens mineurs non-accompagnés- 20 en attente du résultat d’évaluation). Pour rester dans les chiffres, Maryse Giannaccini souligne que « en terme de flux plus général du 1er janvier au 24 septembre, il y a eu 7 510 mineurs non-accompagnés accueillis en France dont 88 dans le Gard. Ça fait 1,08% des mineurs. Ce n’est pas beaucoup. » En conséquence de quoi, le conseil départemental a prévu une enveloppe d’environ 8 M€ pour 2021 contre 12 M€ en 2019.

Coralie Mollaret 

coralie.mollaret@objectifgard.com 

Coralie Mollaret

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio

Connectez-vous


Déjà abonné ?
Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n’avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

J'y vais