Publié il y a 6 mois - Mise à jour le 06.10.2023 - CM - 1 min  - vu 675 fois

EXPRESSO Résidences secondaires : quand les propriétaires passent à la caisse

Plusieurs maires du Gard ont voté une hausse de la taxe d’habitation sur les résidences secondaires. De l’argent frais sorti de la poche d’administrés habitants à l’extérieur des villages.

C’est une possibilité que la loi de Finances a offert aux maires avant le 1er octobre. À Rodilhan, commune de 2 900 habitants, le maire Patrice Planes n’a pas tergiversé : il a augmenté de 20% le taux de sa taxe d’habitation sur les résidences secondaires, passant de 12,98% à 15%. « Jusqu’à présent, nous n’avions pas le droit de le faire. Grâce à la loi, nous avons une nouvelle rentrée d’argent. Et toute rentrée d’argent est précieuse pour nos finances », explique l'élu, mettant en avant la hausse de sa facture d’électricité de 300%.

C’est bien « le contexte particulier » qui a convaincu le Rodilhanais « de faire ce genre de chose », assure-t-il. Au bord du Gardon, même combat : plusieurs communes ont également sauté sur l’occasion, en votant courant septembre une hausse de cet impôt. C’est le cas de Castillon-du-Gard, Vers-Pont-du-Gard ou encore Pouzilhac. À Vers, la majoration de 60% sur 250 logements permet de rapporter 30 000€, soit le budget des fêtes votives du versoises. 

Toutefois, tous les élus ne partagent pas ces décisions. « Quand le nombre de résidences secondaires n’est pas élevé, ça donne le sentiment de faire la chasse aux sorcières envers ceux qui n’habitent pas le village à l’année, commente l’un d’entre eux. C'est oublier que les étrangers propriétaires d’un bien paient déjà la taxe foncière. À l'intérieur, on retrouve la redevance pour le ramassage des déchets alors qu’ils ne sont là que deux mois par an ! Quand on est élu, ce n’est pas pour augmenter les impôts. »

CM

Politique

Voir Plus

A la une

Voir Plus

En direct

Voir Plus

Studio